GLOBALIZATION
ALTERMONDIALISME
DESARMEMENT
SOLIDARITÉ
ACCUEIL
CONSCIENCE
OUVERTURE
ÉCOLOGIE
COMMUNICATION

 

L'ALTERMONDIALISME

 

DU RÊVE A LA RÉALITÉ

 

LES ORIENTATIONS DU RÊVE PLANÉTAIRE 1990

UN RÊVE SOCIAL PRÉMONITOIRE ?

-

 

Les dix objectifs qui ont guidé les actions du

FORUM SOCIAL MONDIAL 2009





Les diverses activités autogérées du FSM seront axées sur l'un des 10 objectifs ci-dessus. Elles sont proposées par des organisations, des groupes d'organisations ou réseaux, au cours du processus d'inscription des activités pour le FSM 2009. Les objectifs ont été fixés après une vaste consultation publique auprès de divers organisations et entités qui participent au processus du FSM. Vous pouvez prendre connaissance des objectifs, enregistrer votre organisme pour y participer à l'événement et proposer de une à quatre activités autogérées.

Pour le FSM 2009, vous pouvez également vous inscrire pour des activités qui ne sont pas nécessairement liées à l'un des 10 objectifs spécifiques : autour d'échanges d'expériences, de bilans des FSM et du mouvement altermondialiste, ainsi que sur les perspectives d'avenir.

1 . Pour la construction d'un monde de paix, de justice, d'éthique et de respect des diverses spiritualités, sans armes, en particulier sans armes nucléaires;

2 . Pour la libération du monde de la domination du capital, des multinationales, de la domination impérialiste, patriarcale, coloniale et néo-coloniale et des systèmes inégaux de commerce, pour l'annulation de la dette des pays appauvris;

3 . Pour assurer l'accès universel et soutenable aux bien communs de l'humanité et de la nature, pour préserver notre planète et ses ressources, en particulier l’eau, les forêts et les sources renouvelables d'énergie;

4 . Pour la démocratisation et décolonisation de la connaissance, de la culture et de la communication, pour la création d’un système partagé de connaissances et de savoirs, avec le démantèlement des Droits de Propriété Intellectuelle;

5 . Pour la dignité, la diversité, la garantie de l'égalité de genre, de race, d'ethnie, de génération, d'orientation sexuelle et pour éliminer toutes les formes de discrimination et de castes (discrimination fondée sur la descendance);

6 . Pour la garantie (au long de la vie de toutes les personnes) des droits économiques, sociaux, humains, culturels et environnementaux, en particulier le droit aux soins de santé, à l'éducation, au logement, à l'emploi, au travail décent, à la communication et à l'alimentation (avec la garantie de de la sécurité et de la souveraineté alimentaire);

7 . Pour la construction d'un ordre mondial basé sur la souveraineté, l'autodétermination et les droits des peuples, y compris des minorités et des migrants;

8 . Pour la construction d'une économie démocratisée, émancipatrice, soutenable et solidaire, avec un commerce éthique et juste, centrée sur tous les peuples;

9 . Pour la construction et le développement de structures et d'institutions politiques et économiques – locales, nationales et globales – réellement démocratiques, avec la pleine participation des peuples sur les décisions et le contrôle des affaires et des ressources publiques.

10 . Pour la défense de la nature (l'Amazonie et les autres écosystèmes) comme source de vie pour la Planète Terre et pour les peuples originaires du monde (indigènes, afro-descendants, tribaux, côtiers) qui exigent leurs territoires, langues, cultures, identités, justice environnementale, spiritualité et bien vivre.

 

Le mouvement altermondialiste

Source : http://www.alter-actif.com

Voir aussi : Le mouvement de la contre-culture "hippie"

Le «mouvement hippie», bien que peu structuré, portait en lui les germes d'un bouleversement du mode de vie des années d'après-guerre qui arrivait, à la fin des Trente Glorieuses, à un essoufflement particulièrement perceptible par la jeunesse. Dans différents domaines, des idées nouvelles perçaient comme l'autogestion, l'écologie et le rejet, attitude rarement affichée à cette époque aux États-Unis, des religions traditionnelles. Il est difficile de déterminer précisément quelle influence peut être exclusivement attribuée aux hippies, mais ils sont, entre autres, crédités de l'émergence des communautés écologiques et des coopératives. Le collectif «Don't make a wave», qui est devenu ensuite Greenpeace, a été fondé par des hippies à Vancouver en 1971 et les écovillages peuvent être vus comme l'aboutissement de certaines de leurs propositions.


Le mouvement altermondialiste, ou altermondialisme, est un mouvement social composé d'acteurs particulièrement divers qui proposent pour la majeure partie un ensemble de valeurs «sociales» et soucieuses de l'environnement comme moteur de la mondialisation et du développement humain, en opposition à ce qu'ils analysent comme les «logiques économiques de la mondialisation néolibérale».

Assez hétérogène, le mouvement se rassemble autour du slogan «Un autre monde est envisageable [possible]» ou plus il y a peu de temps, «D'autres mondes sont envisageables», mais oscille entre un réformisme (par exemple à travers la revendication d'une Taxe Tobin par ATTAC) et un «imaginaire de la rupture».

Néanmoins, on distingue des prises de position et des revendications communes à de nombreuses organisations concernant :

- une contestation de l'organisation interne, du statut et des politiques des institutions mondiales telles que l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le Fonds monétaire mondial (FMI), l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le G8 et la Banque mondiale ;
- des revendications de démocratie selon les différentes orientations politiques ;
- la justice économique;
- l'autonomie des peuples ;
- la protection de l'environnement ;
- les droits humains fondamentaux ;
- une recherche d'alternatives, globales et systémiques, à l'ordre mondial de la finance et du commerce.

Ces thèmes se retrouvent d'une part dans un certain nombre d'ouvrages, de films ou encore de médias, d'autre part dans des textes de diverses organisations du mouvement altermondialiste : plate-forme proposée par ATTAC, manifestes ou rapports élaborés durant les forums sociaux mondiaux, dont le manifeste de Porto Alegre, des textes de l'Organisation des Nations unies de déclarations de droit et d'autonomie dont les altermondialistes «réformateurs» veulent l'application concrète.

 

GLOBALISATION

ALTERNATIVE

ACCUEIL