11. Martin Gasparutto (lieu des rêves ?)

 


 

Rêves du soltice

 

Sirius A et Sirius B - Photo Hubble

 

11.1 - La traversée du trou noir



Je suis dans une société caractérisée par la couleur bleu-céleste que je juge hypocrite car elle se montre grandiose à ses citoyens mais se construit d'artifices.

Il y a un aéroport-frontière, fierté de la société car supposément en lien avec une autre société extraterrestre-intelligente de couleur bleue plus profonde.

Je crie à l'hypocrisie car en vérité nul n'a jamais traversé cette frontière pour voir de l'autre côté, et je veux révéler la farce en passant, et la dirigeante de la société et ses comparses s'agitent et tentent de m'en dissuader, mais c'est mon droit de liberté, je traverse cette frontière qui est un trou noir !

Un petit groupe de quatre ou cinq jeunes personnes amies dont un enfant s'émeuvent de mon acte et traversent à ma suite. L'espace s'étire et se dilue en lignes de couleurs, nous volons figés dans une dimension sombre, puis atterrissons abruptement dans un chemin de campagne près d'un pré. Nous nous examinons : «Tout va bien ?»

Nous sommes bien et entiers, mais je crois que certains ont une teinte plus claire de cheveux, les habits sont rapiécés peut-être, et nous nous mettons en route avec une charrette. Je me demande où nous sommes, sur un autre monde ? Nous arrivons à une ville et je suis déçu, ça ressemble à Chicago, des buildings de ciment gris, nous croisons un couple dans la rue et je les questionne en anglais, me demandant s'ils vont comprendre le langage, et l'homme typé latino me répond que nous sommes dans la ville de... au Panama, dans les années 70 !

Mes amis et moi-même jubilons que la connaissance des évènements futurs vont nous donner un avantage certains pour influencer ce - nouveau - passé !

Voilà ce que donnent les aventures des doubles soleils Sirius A et B ou lorsqu'on décide de s'aventurer dans un trou noir !
Que cela nous servent à nous émerveiller de l'harmonie et des mystères sans limites de notre existence !


Commentaire
         

Voici deux rêves réalisés en accord avec le thème de cette année.

Le second est rêvé par une amie.

Nous nous sommes mis d'accord avant de dormir de nous retrouver dans le système de Sirius * et de visiter ensemble un de ses mondes.

 

Note du webmestre

* Sirius B, compagnon trop discret

Publié le 13-12-2005 par Sciences et Avenir

L’étoile la plus brillante de notre ciel, Sirius, possède une étoile compagnon que sa forte luminosité escamote. Une équipe d’astronomes a réussi à évaluer précisément la masse de ce compagnon, Sirius B, une naine blanche qui n’a été observée pour la première fois qu’en 1862, alors que Sirius est connue depuis l’Antiquité. Grâce à une nouvelle observation menée par le télescope Hubble, Martin Barstow, de l’Université de Leicester, et ses collègues ont pu calculer la masse de Sirius B d’après les perturbations que son champ gravitationnel provoque sur les ondes lumineuses qu’elle émet.
Sirius B est plus petite que la Terre, avec un diamètre de 12.000 km, mais sa masse équivaut à 98% de celle du Soleil. Elle est donc très dense. La température à sa surface est de 25.000°C, contre 10.000°C pour Sirius. Le champ gravitationnel de la naine blanche est 350.000 fois plus puissant que celui de la Terre, ce qui signifie qu’une personne de 68 kg pèserait 25 millions de kg à la surface de Sirius B, expliquent les chercheurs.Sirius B est la naine blanche la plus proche de nous, située à 8,6 années lumière. Or les naines blanches sont les restes d’étoiles similaires à notre Soleil. Cependant, ce compagnon étant 10.000 fois moins brillant que Sirius, il est difficile de l’étudier avec les télescopes terrestres.

L’étoile Sirius est observée depuis des siècles. Située dans la constellation du Grand Chien, Canis Major, elle était autrefois appelée Canicula, ‘’petite chienne’’. Se levant avec le Soleil pendant les mois d’été, nous lui devons le terme de canicule.

C.D.


Amie de Martin

-

11.2 - La danse des galaxies

Je monte avec beaucoup d'autres personnes, certaines que je connais, d'autres non, un grand et long escalier dans l'espace.

Nous passons à côté de deux soleils, un grand et un plus petit jaune, et nous sommes reçus pour assister à une danse réalisés par beaucoup d'êtres plus bas en tuniques de plusieurs couleurs.

Je te vois (Martin) comme participant à la danse. C'est très harmonieux; ça m'évoque la danse des galaxies ensemble.

 


 

Email : martingasparutto@gmail.com

 

 


Rêve précédent
Previous dream


Retour au sommaire
Back to summary


Rêve suivant
Next dream