11. Sophie B. (Ile de la Réunion)

 


 

Nuit du 19 au 20/12/12


11. 1 - Le concert de Joey Starr boudé par le public

S1 - Un préfabriqué dans une cour d'école qui, au lieu d'être utilisé comme classe alors qu'on en aurait besoin, doit servir pour le secrétariat.
S2 - Des élèves en évaluation.
S3 - Un concert de Joey Starr (Je ne l'apprécie pas spécialement en tant que chanteur !). Je suis dans le public mais tout le monde (moi également) tourne le dos à la scène.
S4 - Une amie que je reconnais [avec qui j'ai réellement coupé les ponts car elle était pleine d'ondes négatives, et qui m'a rappelée il y a 4 jours], mais qui en fait n'est pas elle.
S5 - Je choisis dans une bibliothèque le second livre écrit par le cousin de Cédric que je n'ai pas encore lu, de même que le premier (ce cousin est réellement écrivain et vient vraiment de publier ce second livre, intitulé Comme un Albatros *).

Commentaires de la rêveuse

Très peu de souvenirs car je n'ai pas noté le rêve immédiatement (et je ne me suis pas vraiment mise en condition pour incuber le rêve planétaire).

Commentaires du rédacteur

Joey Starr : rappeur et ancien membre du groupe NTM. Voir l'illustration.

* Pierre-Yves Touzot ? Réalisateur et scénariste français d'origine canadienne, qui a à son actif de nombreux films pour le cinéma et la télévision, ainsi que de nombreuses réalisations dans le domaine de la publicité et du film de commande. Son premier long-métrage, Presque Libre, est en production et devrait sortir bientôt dans les salles de cinéma. Depuis quelques années, Pierre-Yves Touzot s'est lancé dans l'aventure littéraire, en publiant en 2008, Terre Lointaine, une fable écologique engagée.
En 2012, son second ouvrage, Comme un Albatros, est opublié aux éditions Découvrance. Voir Amazon.fr.


Nuit du 20 au 21/12/12

11. 2 - Retour de vacances et rendez-vous chez le dermatologue

 

S1 - On revient tous les quatre de vacances, Cédric, les filles et moi. On est dans une salle avec beaucoup de monde, ça ressemble à un restaurant. On est assis mais on se lève pour aller à l'autre bout de la salle. Je me rends compte qu'on a laissé nos affaires à notre table initiale, je retourne les récupérer mais il y en a trop (sacs, sacs à dos, chaussures, polaires, etc). Je fais un premier trajet et, arrivée à la seconde table, je demande à Cédric de venir m'aider, mais il discute avec d'autres personnes. Je retourne à la table, Cédric ne vient pas, mais il faudra quand même un troisième trajet.

(...) (Il manque un bout de mon rêve, semble-t-il)

On va au comptoir régler l'addition avec un couple d'amis. J'ai déjà préparé mes chèques mais je dois en faire un autre et je ne suis pas certaine du montant. Je vois des montants/nombres sur les souches de mon chéquier (300 euros, 25x35) et je me rends compte avec soulagement que j'ai déjà donné la plupart des chèques et que je n'ai donc pas besoin de recalculer. Pour le dernier chèque, je cherche une indication sur les souches mais elles se détachent en partie, les infos sont notées à l'envers ou illisibles.
Je remarque un récépissé de la Poste coincé à la fin du chéquier, je le cache d'abord pour ne pas avoir de remarque de Cédric (j'ai tendance à mettre la paperasse de côté et ainsi oublier de faire certaines choses) mais finalement je décide de le lui montrer. Je sors le récépissé et je me rends compte qu'il fallait récupérer une lettre avant le .../.../2004. Je vérifie à un autre endroit : 2004. J'en déduis que ce récépissé est trop vieux.

S2 - Sans transition, je me retrouve à discuter avec le couple d'un rendez-vous chez le dermatologue que j'ai pris à 10h le jour de notre retour de vacances. La femme me demande si je compte y aller car sinon elle prendrait bien ma place. J'hésite.

On dirait ensuite qu'on est dans un avion, mais avec de l'eau jusqu'à la taille. On est entassé. A un moment donné je ne peux pas me retenir de faire pipi, et malgré l'eau cela s'entend, je m'excuse mais ne suis pas plus gênée que ça.

Arrivés à destination (au soleil mais je ne reconnais pas l'endroit), je sors un étui à lunettes en tissu avec 4-5 figurines de mes filles et des faux billets du style de ceux que l'on trouve à la fin des manuels scolaires de maths. Je donne tout ça aux filles.

Je me retrouve ensuite chez mes parents : ma fille aînée est avec ma mère mais la petite est restée avec le couple, je la récupérerai plus tard. Je décide finalement d'aller au rendez-vous chez le dermatologue mais je ne suis plus sûre de l'adresse. Il est 9h45. Je cherche dans l'annuaire qui me confirme que la dermato est toujours au Tampon (je suis visiblement à St-Pierre).

Je veux partir mais la twingo d'une amie de ma mère (que je ne connais pas dans la réalité) me gêne un peu pour sortir de chez mes parents. Je m'apprête à rentrer dans ma propre twingo pour manoeuvrer mais la femme a pris ma place et je me retrouve côté passager. Elle fait une marche arrière pour sortir de l'allée de mes parents. Arrivées au portail, je reprends le volant, vais au fond de l'impasse pour faire demi tour et rentre un peu dans les bougainvilliers des voisins.

Je me retrouve immédiatement avec la femme sur un vélo. Je tourne à droite pour emprunter la route et je vois dans le rétroviseur une voiture de police qui arrive. Je m'engage quand même sur la route mais je n'arrive pas à avancer. On descend du vélo, je le pousse (c'est une montée qui existe réellement) et la police nous double.

On croise ensuite un groupe de jeunes, on les dépasse et comme la route redevient un peu plate la femme me demande de lui donner le guidon du vélo et les petites roues pour le reconstituer. On se rend alors compte que les jeunes nous les ont volés. On se retourne vers eux, ils se mettent à rire bruyamment, se moquant visiblement de nous. Je reviens sur mes pas, énervée, et je récupère un à un ce qu'ils nous ont pris, sans être intimidée alors qu'ils ont l'air d'être des voyous. J'arrache même des mains de l'un d'eux un gros morceau de viande style entrecôte, qui se déchire en deux.

S3- Rêve  "érotique" dont je ne garde pas vraiment de souvenir.

 

Nuit du 21 au 22/12/12

11.3 - Une classe perturbée


S1 - Je suis dans ma classe, dans cette école que je visualise souvent en rêve mais qui n'est celle de la réalité. Ma salle est petite (le contraire de la réalité), on est serré. Je suis au tableau en train d'expliquer un exercice mais les élèves ne sont pas attentifs. L'un d'entre eux (un nouveau ?) met particulièrement le bazar, me répond, n'obéit pas, n'écoute pas. Je m'énerve, je crie mais personne ne m'écoute. J'envoie alors une élève à ma place au tableau car j'ai conscience de parler depuis trop longtemps. L'élève perturbateur continue alors que les autres se remettent au travail. Puis les élèves sortent de la classe et je commence à parler à l'élève perturbateur en lui disant que ça ne peut pas continuer comme ça, que je vais me faire arrêter pour maladie car je ne tiendrai pas longtemps comme ça. Il répond quelque chose mais j'ai oublié ses paroles. Je lui dit qu'à la rentrée il y aura un nouvel élève (ce qui sera effectivement le cas) et que nous serons encore plus nombreux dans la classe (je ne précise pas que le futur élève a l'air très agité pour ne pas lui forger une réputation avant l'heure – ce qui est réellement le cas). Une fois tous les élèves sortis, une collègue me montre des documents plastifiés en maths, qui ont l'air intéressants. Je reconnais le travail d'une collègue virtuelle (dans la réalité) et commence à chercher dans mon armoire car normalement j'ai moi aussi ces documents en ma possession. Je ne les trouve pas mais j'en trouve d'autres, avec des animaux. En sortant de ma classe je croise ma directrice qui voit tout de suite que ça ne va pas. Je commence à lui raconter ma matinée quand un collègue l'interpelle. Ma directrice lui dit que ça ne l'intéresse pas pour le moment et elle continue à marcher avec moi.


S2 - Je suis à Grand-Bois, j'observe sous tous les angles une grosse maison rouge et blanche. Il fait gris, la façade est un peu sale mais la maison m'attire. Elle est dans la forêt en bord de mer et un chemin la longe et amène à la mer. Le terrain est très grand, assez sauvage. Dans un coin, j'aperçois un homme qui ressemble au jardinier de l'école, assis sur le toit d'une voiture. Il me regarde en souriant mais ne dit rien. Deux hommes arrivent, un brun, grand, charmant, et un autre qui s'avère être un vendeur. Le brun a acheté une petite pièce (d'un objet qu'ils ne nomment pas) et ils ont besoin de quelqu'un, moi en l’occurrence, pour les aider à la fixer chez l'homme brun. Il me semble ensuite me retrouver chez cet homme, il y a un long couloir avec plein de portes, c'est lumineux. Je me sens bien.
 

Nuit du 22 au 23/12/12

11.4 - Marche au bord d'une sorte de précipice


Il fait plutôt gris. Je marche au bord d'une sorte de précipice qui fait penser au sommet des falaises de la route du littoral. En contrebas, il a beaucoup d'eau, et une longue marche très fine «collée» à la paroi. On peut marcher dessus (comme sur la canalisation des orangers, par exemple) en faisant attention. On me dit qu'un enfant s'est noyé juste avant, un garçon d'environ 10 ans me semble-t-il. Mais on me dit (en résumé) qu'il l'a mérité, que c'est bien fait pour lui car il a violé d'autres enfants. Comme ma fille aînée est près de moi, je fais signe à la personne de se taire et je rectifie en disant qu'il a fait du mal à d'autres enfants.



 

Email : c/o univerciel@wanadoo.fr

 


Rêve précédent
Previous dream


Retour au sommaire
Back to summary


Rêve suivant
Next dream