3. Thérèse (France)


3. 1. Où sont les femmes ?


21/12/02


6 H - Je me trouve en compagnie du chanteur Patrick Juvet. Je procède à sa pesée, et à des soins capillaires : je coupe ou égalise sa frange avec de grands ciseaux noirs. Je lui dit que cela va mieux ainsi. Je me réveille avec une de ses chansons en tête :
"Où sont les femmes ...?"
Avec leurs gestes pleins de charme
Dites-moi où sont les femmes ?
Femmes, femmes, femmes, femmes
Où sont les femmes ?
Qui ont des rires pleins de larmes
Auraient-elles perdu leur flamme
Flamme, flamme, flamme, flamme
Où sont les femmes ?

Commentaires
Je ne suis ni esthéticienne, ni coiffeuse... Je n'ai pas de problème de poids, et pas de frange. Je n'ai pas d'attirance particulière pour ce chanteur mais je me souviens en retrouvant les paroles de ses chansons qu'il a fait partie de mon adolescence et pré-adolescence. Une façon d'attirer l'attention sur cette phase de la vie ? les messages allant droit au coeur à cet àge là ? encore protégée par une certaine forme d'insouciance, d'innocence ?
Dans mon rêve je prends soin de ce chanteur au côté féminin très accentué, Je me soucie de son poids, et de son apparence. Je dégage son visage. Je m'occupe de ce côté féminin, et je me réveille avec les paroles de cette chanson en tête : où sont les femmes ? Le chemin du coeur passe-t-il par des retrouvailles avec le féminin, avec la féminitude en chacun de nous ? Autre chanson de Juvet revenue à ma mémoire : "les bleus au coeur" : Laisses ces petits riens qui font des bleus au coeur...

Analyse
Ce chanteur représente-t-il mon animus ? Ou mon anima ? vu l'ambiguïté de l'apparence de ce chanteur dans la réalité, c'est difficile à dire ? Est-ce le côté androgyne qui est mis en évidence ? dans le mariage du côté féminin et masculin présents en tout être ? En tout cas dans ce rêve c'est moi en tant que femme, qui vient dégager le visage de cet être en pesant justement cette partie féminine ?, en posant une question précise : où sont les femmes ? je m'inquiète du poids de cette partie -ci de l'être, de cette partie associée à la sensibilité de l'être humain. Une interrogation sur l'existence de ce côté féminin en chacun des hommes ? Ou autre version : les soins que j'apporte à cet être, contrôle du poids, coupe de cheveux ne seraient-ils pas justement trop "contrôleurs" , empêchant le développement "naturel" de cette partie sensible de mon être ? Cette action que nous pouvons tous avoir en refusant de laisser s'exprimer sans censure notre sensibilité ? Confirmé par ces grands ciseaux noirs qui viennent stopper la pousse des cheveux, et ce contrôle du poids comme si j'avais peur justement que cette partie-là prenne trop de poids ? Version qui peut-être confirmée par le rêve suivant : Alexia.


3. 2. Alexia


22/12/02


Le rêve se passe dans une cour d 'école primaire, cour de récréation. Ecole où se rend ma fille, et aussi école d'enfance, mon école d'enfance. Il y a des enfants qui jouent. A la sortie des classes, Alexia, six ans, petite "copine" de ma fille, vient s'amuser et passer la nuit chez nous... Toutes au bonheur de jouer, nous occultons la toilette du soir. Au moment de la ramener à l'école, je me sens soudainement coupable de ne pas avoir fait faire sa toilette à Alexia. Je me demande ce que va en penser sa mère, tout en pensant que ce n'est pas vraiment quelque chose de vital, et que ce n'est pas si grave pour une fois.

Commentaire
Cette petite fille n'est jamais venu dormir à la maison. Elle est venu pour un gôuter. C'est une petite fille qui paraît plus que son âge, par la taille et sa manière d'être. Elle est très posée, et parlant comme une adulte, donnant parfois l'impression d'être "hautaine"... Dans ce rêve, elle retrouve un "comportement d'enfant", oubliant les contraintes et devoirs. Retrouvant une certaine insouciance.

Analyse
L'attention est attirée sur le fait qu'il n'y a pas de véritable danger à lâcher-prise quelquefois, et retrouver une âme d'enfant, légère et joueuse. Se laisser aller quelquefois et sortir des sentiers tout tracés. Accorder plus d'importance au bien-être moral plutôt qu'à des règles établies. S'engager sur le chemin de l'apprentissage, mais en posant un regard d'enfant sur le chemin de la vie. Sans pour autant tomber dans l'inconséquence, le non-respect de soi et des règles élémentaires de vie. Parvenir à un équilibre salutaire en permettant une libre expression à notre âme-enfant.


3.3. Toboggan géant et camion volant

23/12/2


6 H - S 1. Je me trouve avec ma cousine Rose, mais j'ai parfois l'impression que ma soeur se substitue à elle. Donc je suis par moment avec ma cousine qui devient, à d'autres moments, ma soeur. Nous sommes dans un village, le village d'enfance de ma cousine, et nous le traversons sur un toboggan en bois, géant. Nous crions et rions. La descente est très rapide, et lorsque nous arrivons au bout du toboggan, nous éclatons de rire car je dis : "Mince, il ou on a vu ma culotte".
Puis nous nous retrouvons dans une église devant un bénitier posé devant une fenêtre. Il y a une belle luminosité, et nous trempons nos doigts dans l'eau bénite, pour ensuite faire notre signe de croix. Ma cousine en souriant, avec douceur fait un signe de croix sur mes côtes. Je lui demande : "Pourquoi le fais-tu à cet endroit", mais je n'ai pas de réponse et je passe à une autre séquence du rêve.

Commentaires
Rêve empreint de gaîté et de douceur. Encore ce sentiment d'insouciance. J'aime beaucoup cette cousine. Je la considère comme ma soeur, d'où ce sentiment peut-être d'être parfois avec ma soeur dans le rêve. Complicité joyeuse. Spontanéité enfantine. Lien sacré.

Analyse
Dans ce rêve je suis avec ma cousine et une petite précision, nous avons entre 10 et 12 ans, détail non précisé dans le premier envoi. Autre précision, j'ai 10, 12 ans dans le rêve mais également ma perception d'adulte actuelle. Je vis le rêve en enfant, mais je le visualise et l'analyse en même temps avec mon regard d'adulte. Comme la sensation d'être avec ma cousine et ma soeur par moment. Autre précision que je tiens à apporter et que j'ai du mal à livrer, car elle est encore douloureuse, cette petite cousine est décédée à l'âge de 12 ans, dans des circonstances tragiques : la noyade... Je soigne actuellement en thérapie cette blessure encore fraiche en mon coeur d'enfant. Et grâce à ce rêve, je retrouve ce sentiment d'enfance, de légèreté , d'insouciance, que nous ressentions à être ensemble. C'est la première fois, cela fait 28 ans qu'elle est morte, que je rêve de ma cousine. Je suis en compagnie d'une enfant enjouée et douce. Nous sommes côte à côte sur un ou deux toboggans, je ne sais plus, mais très proches l'une de l'autre, nous pouvons nous toucher la main si nous le voulons. Nous glissons sans aucune crainte, grisées par ce jeu un peu fou. Réunies par cette griserie, cette ivresse de joie. L'impression de retrouver une partie de moi, morte il y a très longtemps, et de l'honorer par l"expression de ma joie de la retrouver. Et cette arrivée dans cette église, belle et claire, lieu de recueillement, de retour en soi. Que l'on soit croyant, pratiquant ou pas, une église est un lieu où l'on peut se réfugier, se retrouver. Il se dégage une telle beauté à l'intérieur de certains édifices, une telle sérenité, faite de simplicité et d'une certaine lumière. Cette ambiance se retrouve dans mon rêve, et je m'y sens bien, en confiance. Et le geste de ma cousine Rose je le comprends à présent comme un don de guérison, qu'elle dispense en mon corps en mon coeur. Un "baptême" en quelque sorte. Une renaissance intérieure. Son geste m'interpelle aussi dans le fait qu'il pointe du doigt l'histoire originelle : "Pendant le sommeil d'Adam, Eve est tirée de son côté "Livre des symboles : Sur un plan d'intériorité, Eve symbolise l'élément féminin dans l'homme, au sens où l'homme intérieur comporte un esprit et une âme. On dit que l'esprit est mâle et l'âme peut-être appelée femelle. De leur entente naissent des fils, ceux-ci désignent les pensées justes et les bons mouvements. Eve signifie la sensibilité de l'être humain et son élément irrationnel, si seule cette partie de l'âme avait succombé à la tentation, les conséquences n'auraient pas été tragiques. Le drame surgit du consentement donné par l'esprit, c'est-à-dire par Adam. La rupture entre Adam et Eve, le rejet par Adam de la faute sur Eve proviennent de l'inimitié qui désormais sépare l'âme de l'esprit. L'homme a "pêché" dans sa totalité puisque l'âme et l'esprit ont donné à la faute leur consentement. Dans cette faute le rôle initial a donc été tenu par l'âme (Eve) et authentifié par l'esprit (Adam). Le tentateur (le serpent) ne pouvait pas s'adresser directement à l'esprit pour assurer sa victoire, il lui fut nécessaire de solliciter l'âme. Placer la faute d'origine sur un plan d'intériorité est singulièreemnt éclairant. La réduire uniquement au consentement d'un couple sexué n'est ce point en détruire le sens et la signification ? (Eve : la femme, la chair, la concupiscence. Adam : l'homme, esprit) Interprétation toute extérieure, littérale des faits. Selon Saint Augustin, l'acte de connaître ressemble à la formation de la femme à partir de la côte de l'homme, dont le but est de signifier une union. Que chacun gouverne ensuite droitement cette partie qui lui est soumise et devienne pour ainsi dire "conjugal" au dedans de lui-même. Que la "chair" ne convoite rien contre l'esprit mais lui soit soumise... telle est l'oeuvre de la sagesse parfaite. La structure de l'homme intérieur est donc "conjugale", elle suppose l'union de 2 éléments distincts. L'union entre l'âme et la chair symbolisant sur un plan intérieur l'union des sexes masculin et féminin. Si la fin dernière du mariage est la procréation, l'union conjugale de l'esprit et du corps comporte aussi la procréation qui lui convient : celle des "bonnes oeuvres". Cela est parlant en ce qui concerne le rêve planétaire : le chemin du coeur passe par une réconciliation, une guérison, de ce couple que l'on porte en nous, ancestralement blessé, et trahi. Ce geste fait par cet enfant dans mon rêve, qui bénit, oint, cet endroit du corps où symboliquement naît notre âme, notre féminité. Sur le plan personnel, mon chemin passe par une guérison, une reconnaissance d'une part de moi-même, une plus grande préoccupation spirituelle, accompagné d'un retour aux sources. Voilà ce que ce rêve m'a inspiré.

S2 - Nous sommes en voiture sur la nationale 7, et nous arrivons à un rond point à la sortie d'Orange. Mon mari conduit, ma petite fille est à l'arrière, moi devant. Je regarde le ciel, croit y voir un ballon dirigeable et le montre à ma fille. Mais en y regardant mieux je me rends compte que c'est un camion citerne qui vole, assez bas et en faisant des acrobaties aériennes. Nous passons le rond-point, et je vois le camion se retourner sur le dos en plein ciel, et je comprends qu'il n'aurait pas du faire cette figure -là. Je dis : "Ho mon dieu, il va s'écraser." Et, effectivement, le camion s'écrase sur le rond-point que nous venons juste de quitter.

Commentaires
Pas de véritable angoisse dans ce rêve. L'impression d'avoir "du pot" comme on dit. Encore un retour à une caractéristique enfantine : tout est possible, camion qui vole, providence qui permet d'échapper de justesse à un drame.

Analyse
C'est étrange, je viens d'apprendre cette semaine, qu'il s'est produit un accident à ce rond-point cité dans mon rêve. Un camion citerne s'est renversé. Je n'ai pas plus de précisions mais essayerais d'en avoir car il me semble intéressant d'avoir des détails qui pourront peut-être m'éclairer. Ce rêve me paraît conclure en beauté ce qui a été dit dans les rêves précédents. Les personnages de mon rêve, représentent la totalité de mon être : l'animus qui conduit la voiture, l'anima attentive à ce qui se passe, regard sur le monde et l'enfant, à la place qui lui est réservée, se laissant guider à l'arrière. Le fait d'échapper à un accident en suivant sans hésiter sa route, chaque partie de soi agissant comme elle se doit de le faire. Chaque rôle distribué et joué à merveille. le fait de prendre du recul et de prendre conscience de ce à quoi on a échappé gràce au respect de soi : L'enfant à l'arrière, à l'endroit le moins risqué, protégé. L'animus qui permet d'avancer, qui agit en donnant l'impulsion nécessaire , et l'anima partie féminine qui veille, inspire, et signale le danger. Partie intuitive qu'il faut écouter.

Confiance. Insouciance. Voilà, pour mes rêves.

Thérèse : Gwendiii@aol.com



Rêve précédent
Previous dream

Back to summary
Retour au sommaire

Rêve suivant
Next dream