TROUBLES DU SOMMEIL

LIÉS AU DÉCALAGE HORAIRE


1. LE CHANGEMENT D'HEURE SAISONNIER

 

Effets négatifs du changement d'heure

 

Voir Wikipedia


Le changement d’heure est controversé pour de nombreuses raisons.
L’heure ne correspond plus au rythme solaire naturel puisque, dans certaines zones occidentales de l’Europe (France — à Brest, le décalage est de 2 h 18 —, Benelux et Espagne), il est «midi (solaire) à quatorze heures (légales)» en été.

Des études récentes mettent en relation la réduction du temps de sommeil liée à l’avancement de l’heure au printemps (qui retarde la sécrétion de la mélatonine – l’hormone du sommeil), avec l’augmentation du nombre et de la gravité d’accidents divers, comme : des accidents cardiaques, des accidents du travail et des accidents de la circulation.

Selon le Dr Marc Schwob : «Changer d'heure provoque entre autres des troubles du sommeil et de l'attention. Les enfants et les personnes agées sont particulièrement touchés et mettent environ une semaine pour s'adapter aux nouveaux horaires».

Un rapport remis au Sénat français en 1997 concluait : «Il ressort de l’ensemble de cette étude que les avantages annoncés ou attendus du changement semestriel de l’heure ne sont pas suffisamment importants pour compenser les inconvénients ressentis par les populations», en particulier en ce qui concerne la santé publique, les conditions de travail et les modes de vie, l'agriculture, la protection de l'environnement et la sécurité routière.

Les changements d’heure ont également une incidence notable sur les animaux domestiques : le changement d’heure de la traite des vaches laitières les perturbe profondément et il s’ensuit toujours une baisse de production de lait et surtout du stress dont il est largement démontré qu’il altère la qualité du lait.

La baisse de consommation d’éclairage pourrait être compensée par l’augmentation des besoins de chauffage le matin au début du printemps — un rapport de l’École des mines de 1992 concluait cependant à un effet minime (< 0,1 TWh pour la France). Si d’un côté l’on observe une plus large diffusion des lampes à économie d’énergie depuis 2000 (les fluocompactes), ce qui contredit l’argument «économies d’éclairage», en revanche, les loisirs modernes ont majoritairement lieu le soir et sont grands consommateurs d’électricité, qu’il fasse jour ou qu’il fasse nuit : le home-cinéma, les écrans plats géants, les vidéoprojecteurs, les consoles de jeux vidéo, les ordinateurs (d’autant que l’arrivée massive de l’internet à haut débit incite à laisser les ordinateurs allumés plus longtemps).
Une étude portant sur l’État de l’Indiana conclut que la faible économie d’énergie réalisée sur l’éclairage est très largement compensée par une utilisation accrue de la climatisation. Le supplément d’énergie est estimé dans ce rapport à environ 2 % à 4 %.
Plusieurs pays ont déjà abandonné le changement d'heure comme la Russie depuis 2011, mais aussi le Japon et la Corée du Sud.

 

La situation en France

 

Voir l'Association "Contre l'Heure d'Été Double" (ACHED)

http://www.heure-ete.net/

Extrait de Timeticker

 

En France, la situation de l'heure légale est exceptionnelle : en effet, en «hiver», l'heure légale du pays est déjà avancée d'une heure par rapport à l'heure du méridien.

Comme on le voit sur cette carte, la France (comme l'Espagne et quelques autres pays) devrait avoir la même heure légale que le Royaume-Uni et le Portugal, à savoir GMT et non GMT + 1.

Ainsi, l'heure légale française cumule un avancement d'une heure en période «hivernale» et un avancement de deux heures en période «estivale», à la suite de cet avancement par rapport au méridien central du fuseau horaire géographique.

En été, avec l'heure d'été double, les horloges françaises affichent 14 heures lorsqu'il est en fait midi. Ou comment chercher midi à quatorze heures…


Historique de l'heure d'été en France

 

«Le changement d’heure qui introduit l’heure avancée d’été n’est pas une fin en soi, mais seulement un moyen, très lourd et contraignant, d’avancer les activités humaines. Le même résultat peut être obtenu en utilisant simplement des horaires de travail avancés pendant la même période. Les effets pervers sont presque les mêmes, mais ce moyen est davantage réversible et ne fait pas pression sur les transports internationaux, pression qui force les pays proches, voire lointains, de l‘utiliser également. De plus, il permet des adaptations par régions.

L’avancement permanent des heures, «hiver» comme «été», conduit en période «été» au même résultat que le système dit «heure d’été», en faisant l’économie des changements d’heure. Mais le fait d’avoir une heure avancée en «hiver» peut causer certains problèmes, surtout dans les pays du Nord de l’Europe, comme l’Ecosse.

En France, une heure d’été dite «simple» a été adoptée pendant la première grande guerre mondiale, quand l’heure est passée de GMT à GMT+1 an période «été». L'heure dite "d'été" a été légalisée par la loi du 9 juin 1916 (JO du 11 juin 1916).

Ce système a duré jusqu’à la deuxième grande guerre, quand les envahisseurs [les nazis] nous ont imposé l’heure GMT+1 en «hiver» (l’heure du fuseau de Berlin) et GMT+2 en «été».

Puis, le général De Gaulle a supprimé l’avancement d’été : la France est restée pendant une trentaine d’années à l’heure GMT+1 «fixe» (c’est le système que l’ACHED préconise actuellement).

Ensuite, le gouvernement français [sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing] a repris en 1976 le régime GMT+1/GMT+2»

Extrait du rapport de l'ACHED (novembre 2012) : L’AVANCEMENT RECORD DE L’HEURE LÉGALE FRANCAISE : BILAN ET POSSIBILITÉS DE RÉFORME.

Voir : http://www.reformonslheurelegale.fr/142309299

Le fondement du système est qu'à l'intérieur d'un fuseau de 15° d'intervalle longitudial, toutes les horloges signalent l'heure solaire moyenne du méridien central du fuseau (méridien de référence). Entre les deux guerres mondiales, tous les pays de l'Europe, y compris la France et l'Espagne, utilisaient un système «d'heure d'été simple» (une heure d'avance en «été» — en fait pendant cinq mois — sur l'heure du fuseau).

Après 1945, la France et l'Espagne ont maintenu toute l'année l'heure antérieure «d'été», tandis que les pays d'Europe centrale gardaient toute l'année l'heure «d'hiver». Quelques pays (Italie, Royaume-Uni, Irlande) ont continué à avoir des systèmes d'heure d'été «simple».

Depuis 1976, l'ensemble des pays d'Europe a adopté des systèmes «heure d'été» pendant six mois de l'année… et pendant sept mois depuis 1996. La France, l'Espagne, le Benelux utilisent donc des heures d'été «doubles». (Le Portugal a aussi utilisé des heures d'été «doubles», mais seulement pendant quatre ans, de 1992 à 1996.) Les autres pays concernés ont maintenu des systèmes d'heure d'été «simple».

Voir : http://www.heure-ete.net/introduction.htm

 

L'ACHED

Éléonore GABARAIN,
Présidente de l'association
14, avenue de St-Germain
78160 Marly-le-Roi (France)
tél : 06 68 54 37 14
télécopie : 01 39 58 70 72
egabarain@gmail.com

 

Changement d'heure : Bayrou pointe les effets négatifs

Voila.fr - 30/3/13 - Le président du MoDem Fraçois Bayrou a appelé samedi à remettre en cause le changement d'heure, abandonné récemment par la Russie, en pointant ses "effets négatifs sur les plus fragiles" (bébés, personnes âgées) alors que les bénéfices en terme d'économies d'énergie sont "très faibles".

"Ca mérite qu'on se repose la question et qu'on réfléchisse, dans une démarche nouvelle", a déclaré le responsable centriste à l'AFP, à quelques heures du passage à l'heure d'été en France et en Europe (dimanche à 2 h. il sera 3 h.).

Et "bien entendu une telle question doit être posée dans l'ensemble européen, elle est discutée dans beaucoup de pays, la Russie y a renoncé il y a peu de temps (...) Il faut repenser sérieusement cette question", a-t-il insisté.

Selon l'ancien député, ex-candidat à l'Elysée, "les effets négatifs du changement d'heure sur les plus fragiles, sur les personnes âgées, les malades dans les hôpitaux et les bébés sont constatés chaque année, en même temps que les perturbations sur bien d'autres activités humaines". Il a cité notamment les coûts en terme de transport, et les heures de sommeil perdues que les plus fragiles "n'arrivent pas à retrouver".

"En même temps, a-t-il poursuivi, les économies espérées ne sont pas au rendez-vous comme l'ont constaté après de longues études le Sénat et la Commission européenne. En effet ce changement avait été décidé au moment du choc pétrolier dans les années 70 pour économiser principalement l'énergie de l'éclairage du soir. Or aujourd'hui, en raison des ampoules à basse consommation et du changement des habitudes, l'éclairage ne représente qu'une part secondaire de la consommation alors que les écrans, télés, ordinateurs et toutes les autres utilisations domestiques en représentent la plus grande part".

"On a donc d'importantes perturbations sur le genre de vie et des bénéfices énergétiques très faibles", a conclu M. Bayrou.

 

Heure d'été : dimanche à 2 H du matin, il sera 3 H !

Le passage à l'heure d'été aura lieu, en France et dans les pays européens, dans la nuit de samedi à dimanche, qui sera raccourcie d'une heure.

Dimanche à 2H00, il faudra avancer les montres et les pendules d'une heure et afficher 3H00.

La France passera ainsi de GMT (Greenwich Mean Time) plus une heure à GMT plus deux heures jusqu'au dimanche 27 octobre, où l'on reviendra à l'heure d'hiver.

Le changement à l'heure d'été fin mars et à l'heure d'hiver fin octobre est entré en vigueur en 1976, à la suite du choc pétrolier de 1973-1974, dans le but de réaliser des économies d'énergie en réduisant les besoins en éclairage en fin de journée.

Depuis 1998, les dates de changement d'heure ont été harmonisées au sein de l'Union européenne.

Dans une étude publiée en 2010, l'Ademe (Agence de la maîtrise de l'énergie et de l'environnement) avait estimé que le gain sur l'éclairage était de l'ordre de 440 GWh, soit l'équivalent de la consommation en éclairage d'environ 800.000 ménages. Grâce à ces économies, l'émission de 44.000 tonnes de CO2 est évitée.

Ces gains engendrés grâce à une réduction des besoins en éclairage ont diminué avec le temps, en raison de l'équipement grandissant en lampes basse consommation et d'un meilleur pilotage de l'éclairage public, selon l'Ademe.

 


Heure d'hiver : la France vit encore sur le fuseau horaire de l’Occupation [allemande]

Par La Voix de la Russie - 27/10/13 - A l'arrivée des nazis en 1940, la France a avancé sa montre d'une heure pour s'aligner avec l'Allemagne. Cette décision n'a jamais été annulée.

Ce dimanche 26 octobre, comme tous les ans à la même période, la France recule ses montres d'une heure : à 3 heures du matin, il sera 2 heures.
Ce changement est devenu une habitude. Pourtant, si l'on voulait vraiment vivre calés sur le soleil, on retarderait son horloge non pas d'une mais de deux heures. Parce que cela fait 73 ans que la France vit en décalage avec le soleil, à cause des Allemands (et de la SNCF).
Hé oui : s'il vous arrive de traverser la Manche, vous savez sans doute que le fuseau horaire de la France est UTC+1. Ce qui veut dire, en langage normal, qu'il est une heure plus tard en France qu'en Angleterre, l'heure de Londres étant désignée comme l'heure universelle - en langage technique, ça donne UTC (temps universel coordonné) ou GMT (temps moyen de Greenwich). Pourtant, Paris et Londres ne sont séparés que de deux degrés de longitude et le méridien de Greenwich, qui coupe l'Angleterre, traverse aussi l'ouest de la France.
Or, ce décalage horaire n'a pas toujours existé : avant l'Occupation, la France et l'Angleterre étaient à la même heure.
Notons que la France n’est pas le seul pays à avoir changé son heure légale pendant la Seconde Guerre mondiale : l'Angleterre a suivi la France pendant la guerre, mais a fait marche arrière après la Libération. En 1940, les Pays-Bas ont eux aussi dû avancer leur montre, de 40 minutes cette fois-ci. Quant à la Malaisie, elle a avancé ses horloges d’une heure et demie en 1942 suite à l’invasion japonaise.
L’Espagne, elle a aussi avancé d’une heure sous Franco en 1942 pour s’aligner sur l’Allemagne. En septembre 2013, le pays a d’ailleurs fait part de son envie de repasser à l’heure anglaise. Selon Ignacio Buqueras, président de la Commission nationale pour la rationalisation des horaires, ce décalage horaire nuit à l'économie du pays et mine la santé des Espagnols, qui ne dorment pas assez la nuit et sont obligés de faire la sieste le jour. Le gouvernement Rajoy a promis de s'intéresser à la question.

-

Le décalage horaire entre la Russie et l'Europe va de nouveau augmenter d'une heure

Par La Voix de la Russie - Dans la nuit de samedi à dimanche la plupart des pays du continent passent à l'heure d'hiver.
Pour la première fois, les horloges ont été avancées en Grande-Bretagne en 1908 où l'heure d'été a été introduite en vue d'économiser l'électricité. Son exemple est actuellement suivi par 78 pays. La Russie a abandonné le changement de l'heure en 2011. Les parlementaires ont estimé que la mesure nuisait à la santé de la population. Depuis le pays n'utilise que l'heure d'été.

La Russie va passer à l'heure d'hiver pour toujours

Par La Voix de la Russie - 23/10/14 - Le passage permanent à l’heure d’hiver se déroulera en Russie dans la nuit du 26 octobre 2014.

À 2 heures du matin (heure de Moscou), il faudra retirer 60 minutes à l’heure légale, après quoi ce mode ne sera plus modifié.
Seulement 5 régions de la Fédération de Russie conserveront l'heure d'été, en particulier, le Kamtchatka a décidé de renoncer au passage à l’heure d’hiver.
L’heure d’été, instaurée dans le pays depuis 2011 à l'initiative du président Dmitri Medvedev, devançait l'heure astronomique d’une ou de deux heures en fonction de la région. L’annulation de passage à l'heure d'hiver était expliquée par l’objectif visant à économiser l'énergie, mais, selon les dernières données, des économies importantes n’avaient pas eu lieu.



— *


Pour récupérer rapidement du décalage horaire

 

La relaxation énergétique

par Daniel Zanin

 

 


Très souvent partir effectuer un trekking lointain, c'est commencer par un voyage en avion souvent long, avec des escales, des correspondances, bref une durée parfois importante sans véritable repos.
Il existe une technique simple, très facile à apprendre qui permet de récupérer en une demi-heure environ, l'équivalent de repos de 5/6 heures de sommeil : la relaxation énergétique. A l'arrivée elle permet en outre de récupérer rapidement du décalage horaire.

L'avantage de cette relaxation énergétique c'est qu'elle peut être pratiquée même assis, ce qui donne la possibilité de la faire durant le voyage en avion. Ceci aussi souvent que nécessaire, sans aucune contre-indication.

L'énergie et son utilisation en thérapeutique, qui se présentent comme des données naturelles en Inde, au Japon, en Chine, ont aussi suscité l'intérêt de plusieurs chercheurs en Occident.

Parmi ceux ci, l'anglais L. E. Eeman (mort en 1958) *, a mis au point un circuit de relaxation qui agit sur la circulation énergétique et induit un état de relaxation particulier ayant des effets sur les rythmes biologiques et les niveaux de conscience.


Le circuit énergétique naturel


La première expérience à laquelle je veux vous convier, c'est simplement de vous allonger tranquillement, dans un endroit calme où vous ne serez pas dérangé(e), de fermer les yeux, de croiser les chevilles et les mains, qui reposent sur le ventre. Les épaules, le cou, les mâchoires sont détendus. Cette position constitue le circuit énergétique naturel (CEN) qui, en permettant la polarisation de l'énergie, va induire détente, chaleur, respiration, calme et endormissement. Cet état particulier est nommé transe énergétique. Il est recommandé de rester en position de circuit énergétique naturel pendant trente minutes. Certaines personnes peuvent ressentir au début de leur pratique l'envie de bouger, d'ouvrir les yeux, avoir de très nombreuses pensées. Ces phénomènes parasites disparaissent avec la pratique.


Les lois de l'énergétique


Les lois de l'énergétique, qui sont regroupées en cinq points, concernent la relaxation, la visualisation, l'abréaction, les processus de la psychothérapie.

1. L'énergie est libérée et distribuée à partir du cerveau vers le système nerveux et le système nerveux autonome par la pensée consciente ou inconsciente;
2. La quantité d'énergie libérée pour toute action dépend de la quantité d'énergie disponible et de la quantité d'énergie présumée pour accomplir l'action;
3. L'énergie une fois libérée ne peut être retenue et doit être dépens ;
4. La relaxation musculaire est la condition de la circulation énergétique. Cette relaxation doit être conscient ;
5. La concentration de la pensée sur une partie du corps entraîne la distribution de l'énergie vers cette partie.


La transe énergétique


La position du circuit énergétique naturel va induire un état de profonde relaxation.
Après un certain temps de pratique, la personne va s'endormir et se réveiller fraîche et régénérée, comme après un profond sommeil réparateur. Cet état de conscience modifié, la transe énergétique dont un des effets les plus remarquables est la relaxation, mérite toute notre attention car il présente des spécificités étonnantes.


L'auto-induction de la transe-énergétique

La personne va ressentir au bout d'un moment des sensations différentes dans son corps : légèreté, impressions de changement de taille, de poids, différences entre le côté droit et le côté gauche. Elle peut avoir l'impression de flotter, de décoller, d'être attirée ou aspirée en arrière ou de basculer sur le côté. Elle peut ressentir ces phénomènes, ou juste avoir l'impression de glisser vers le sommeil comme dans le moment qui précède l'endormissement. Elle va se ressentir ailleurs, comme si l'environnement et les stimuli extérieurs n'existaient plus ou étaient fortement atténués.
La personne peut contacter un état de relaxation qu'elle décrit comme extraordinaire, extatique : «J'ai vraiment tout lâché.» Cet état est vécu comme particulièrement agréable. A la différence de tous les états de conscience modifiés induits verbalement (hypnose, sophrologie, relaxation...) et présentant donc un point de départ cortical, la transe énergétique ne nécessite pas une induction verbale pour se réaliser.
Elle se produit quand une personne est installée en position de circuit énergétique naturel, en dehors de toute suggestion, et cela est son intérêt. Nous sommes donc en présence d'un phénomène biologique et énergétique où le corps peut, dans certaines conditions facilitatrices (le circuit énergétique) produire un effet particulier.


Les caractéristiques de la transe énergétique

La transe se développe sur une période de trente à trente-cinq minutes. Il semblerait qu'il s'agisse d'un cycle spécifique. Le sujet, après ce temps, se réveille frais et dispos. Il va se sentir ré-unifié. Le circuit, en facilitant la circulation énergétique, amène la personne à une réunification des différents plans : musculaire, émotionnel, mental.
La sensation de bien être et d'énergie, décrite spontanément par les pratiquants montre l'importance de la perception de l'énergie circulant en nous, qui forme la conscience que nous avons de nous même. Au niveau thérapeutique, le fait qu'il n'y ait pas d'induction verbale permet de diminuer les résistances du sujet au lâcher-prise cortical.
Durant cet état de conscience modifié, nous remarquons le changement de différents paramètres physiques et physiologiques : la respiration s'amplifie, les tensions musculaires se détendent. Dans l'induction par le circuit énergétique, tout le corps participe et non pas seulement le cortex. L'induction est donc neurovégétative et correspond à un lâcher-prise cortical avec des mouvements particuliers de l'énergie.
L'énergie, en quittant la tête et en circulant plus librement, induit un état spécifique. Il s'agit d'une distribution énergétique particulière où sont reliés à la fois les centres végétatifs de la base du crâne et le sacrum.
Une spécificité remarquable de la transe énergétique est que la personne est à la fois complètement «dissociée», «endormie» et très présente. Elle peut agir en un instant si besoin est, et redevenir vigile en une fraction de seconde.

La transe énergétique : lien corps-esprit

L'expérience vécue dans le circuit énergétique nous amène à intégrer l'état modifié de conscience et son utilisation pratique.
La transe énergétique est un vecteur de conscience qui permet le passage de la relaxation légère à un état très modifié. Elle est le lien énergétique reliant le psychique et le somatique. Elle est la condition du changement thérapeutique.
En état de transe énergétique vont apparaître certains phénomènes d'ordre psychique, et certains phénomènes d'ordre énergétique.
Les phénomènes psychiques peuvent être des rêves, des pensées, une grande intuition, ou des capacités télépathiques correspondant à l'expansion du champ de conscience. Les capacités se développent avec la pratique. La transe énergétique permet à la personne d'augmenter sa capacité à tourner sa conscience à la fois vers l'intérieur et vers l'extérieur, dans un double mouvement de concentration et d'expansion.

Elle est un état de conscience spécifique, caractérisé par la sensation des vibrations et courants énergétiques, par la capacité à être à la fois dissocié et présent, grâce au lâcher-prise du contrôle cortical.
Totalement inoffensive, elle représente une modification de l'état de conscience d'autant plus surprenante que la personne ne fait rien. Elle demande donc quelques précautions méthodologiques car, chez certaines personnes, le fait de quitter le contrôle volontaire fait remonter peurs et angoisses. Elle nécessite dons un apprentissage guidé où sont examinées les difficultés rencontrées sur ce chemin vers le «lâcher-prise cortical» et la sensation des mouvements de l'énergie en nous.


Formule sommeil express

Allongez-vous;
Entrouvrez vos mâchoires, inspirez et expirez en soupirant quelques fois; Relâchez vos mâchoires, vos épaules;
Croisez pieds et mains reposant sur le ventre;
Contactez votre rythme respiratoire, sans le modifier, en ressentant l'inspiration et l'expiration;
Restez une demi-heure, puis reprenez votre position habituelle pour dormir. Si le sommeil vient, vous pouvez également garder la position du circuit énergétique naturel.

J'utilise très fréquemment cette relaxation notamment quand je voyage en avion et que je ne peux pas dormir suffisamment.

* Léon-Ernest Eeman, L'Art de bien dormir, Leymarie, 1940, 117 p.

Voir aussi le fichier pdf «Récupération énergétique», avec le mode opératoire, adressé par Christian Boyron le 2/2/2016 : «Je pratique cette technique/thérapeutique toutes les nuits avant endormissement depuis deux semaines : les effets sont très réels.»



 

 

Retour à Rêve et sommeil

Accueil