SANTÉ

Le virus du chikungunya

Le virus du chikungunya

L'épidémie à la Réunion

Prévention

Traitement

Aedes albopictus, le moustique femelle qui transmet le virus du chikungunya

Le virus du chikungunya, provoquant une épidémie qui continue de s'étendre dans l'île de La Réunion,
n'est pas mortel [sic], mais il n'existe ni vaccin ni traitement préventif médicamenteux...

*

From Wikipedia, the free encyclopedia

Chikungunya virus (le Chik)

Family : Togavirida - Genus : Alphavirus - Species : Chikungunya virus

Chikungunya is a rare form of viral fever caused by an alphavirus that is spread by mosquito bites from the Aedes aegypti mosquito. The name is derived from the Swahili word meaning "that which bends up" in reference to the stooped posture developed as a result of the arthritic symptoms of the disease.

The Aedes aegypti mosquito

This disease was first described in Tanzania, Africa in 1952. An outbreak of Chikungunya was discovered in Port Klang in Malaysia in 1999 affecting 27 people [1].

A serological test for Chikungunya is available from the University of Malaya in Kuala Lumpur, Malaysia.

It is closely related to O'nyong'nyong virus. (PMID 15891138)

In February 2005, an outbreak was recorded on the French island of Réunion in the Indian Ocean. As of January 2006, 30,000 residents have been hit by the virus. In neighboring Mauritius, 5000 islanders have been hit in 2005.[2]

Symptoms

The symptoms of this disease include fever which can reach 39 °C, a rash typically described as petechial or maculopapular usually involving the limbs and trunk, and arthralgia or arthritis affecting multiple joints which can be debilitating in severity. There can also be headache, conjunctival injection and slight photophobia.

Treatment

There is no specific treatment for Chikungunya. The illness is usually self-limiting and will resolve with time. Symptomatic treatment is recommended after excluding other more dangerous diseases.

*

ALPHAVIRUSES

S.K. Lam and K.B. Chua, WHO Collaborating Centre for Arbovirus Reference and Research (DF/DHF), Department of Medical Microbiology, Faculty of Medicine, University of Malaya, 50603 Kuala Lumpur.

Alphaviruses are known to give rise to a spectrum of disease in humans, ranging from silent asymptomatic infections to undifferentiated febrile illness to devastating encephalitis. The following alphaviruses have been associated primarily with fever and polyarthritis.

Chikungunya virus

CHIK is responsible for extensive Aedes aegypti-transmitted urban disease in cities in Africa and major epidemics in Asia. The crippling arthralgia and frequent arthritis that accompany the fever and other systemic symptoms are clinically distinct. Several other togaviruses of the alphavirus genus (Ross River, O’nyong-nyong, etc) have been associated with a similar syndrome. CHIK activity in Asia has been documented since its isolation in Bangkok in 1958. Other countries which have reported CHIK activity include Cambodia, Vietnam, Myanmar, Sri Lanka, India, Indonesia, and the Philippines.

CHIK virus is transmitted in the savannahs and forests of tropical Africa by Aedes mosquitoes of the subgenera Stegomyia and Diceromyia. Aedes aegypti is an important vector in urban epidemics in both Africa and Asia.

Clinical Features

CHIK is an acute infection of abrupt onset, heralded by fever and severe arthralgia, followed by other constitutional symptoms and rash, and lasting for a period of 1-7 days. The incubation period is usually 2-3 days, with a range of 1-12 days. Fever rises abruptly, often reaching 39 to 40 degrees centigrade and accompanied by intermittent shaking chills. This acute phase lasts 2-3 days. The temperature may remit for 1-2 days, resulting in a "saddle-back" fever curve.

The arthralgias are polyarticular, migratory, and predominantly affect the small joints of the hands, wrists, ankles and feet, with lesser involvement of larger joints. Pain on movement is worse in the morning, improved by mild exercise, and exacerbated by strenous exercise. Swelling may occur, but fluid accumulation is uncommon. Patients with milder articular manifestations are usually symptom-free within a few weeks, but more severe cases require months to resolve entirely. Generalized myalgia, as well as back and shoulder pain, is common.

Cutaneous manifestations are typical with many patients presenting with a flush over the face and trunk. This is usually followed by a rash generally described as maculopapular. The trunks and limbs are commonly involved, but face, palms and soles may also show lesions. Pruritis or irritation may accompany the eruption.

During the acute disease, most patients will have headache, but it is not usually severe. Photophobia and retroorbital pain also occur but not severe. Conjunctival injection is present in some cases. Some patients will complain of sore throat and have pharyngitis on examination.

CHIK infection has a somewhat different picture in younger patients. Arthralgia and arthritis occur but are less prominent and last a shorter time. Rash may be less frequent; but in infants and younger children, prominent flushing and early appearance of maculopapular or urticarial eruption may be a useful indicator.

In Asia, several virus isolations have been made from severely ill children diagnosed as having haemorrhagic fever, similar to DHF.

Treatment

Supportive care with rest is indicated during the acute joint symptoms. Movement and mild exercise tend to improve stiffness and morning arthralgia, but heavy exercise may exacerbate rheumatic symptoms. In unresolved arthritis refractory to aspirin and nonsteroidal antiinflammatory drugs, chloroquine phosphate (250 mg/day) has given promising results.

Diagnosis

The definitive diagnosis can only be made by laboratory means, but CHIK should be suspected when epidemic disease occurs with the characteristic triad of fever, rash and rheumatic manifestations.

Virus isolation is readily accomplished by inoculation of mosquito cell culture, mosquito, mammalian cell culture or suckling mice. Viremia will be present in most patients during the first 48 hours of disease and may be detected as late as day 4 in some patients.

Virus-specific IgM antibodies are readily detected by capture ELISA in patients recovering from CHIK infection and they persist in excess of 6 months. Haemagglutination inhibition (HI) antibodies appear with the cessation of viremia. All patients will be positive by day 5 to 7 of illness. Neutralization antibodies parallel HI antibodies.

Chikungunya IgM serology test is available in University Malaya.

Ross River Virus (Epidemic Polyarthritis)

Striking epidemics of rash and fever were noted in rural Australia as early as 1928. Both endemic and epidemic transmissions in Australia pose major public health problems. Although never fatal, the discomfort and loss of productivity from joint symptoms persist for weeks and occasionally even years. The isolation of Ross River virus from mosquitoes and its serologic association with epidemic polyarthritis led to better understanding of the disease.

RRV is endemic and epidemic in tropical and temperate regions of Australia. Large epidemics have been reported from Northern Territory, Queensland, Victoria, South Australia and New South Wales. Aedes mosquitoes such as Aedes vigilax and Aedes camptorhynchites, Culex annulirostris and Mansonia uniformis have been implicated as vectors.

Clinical Features

In Australian cases, the incubation period has been estimated to be 10-11 days. Onset is relatively sudden and the first symptom is usually joint pain. Rash occurs in the majority of patients, usually coincident with, or 1-2 days after, initial symptoms but in some cases rash preceded joint pains by 11 days and followed them as much as 15 days. The eruption is usually macular, papular, or both and occasionally is accompanied by vesiculation of the papules or petechiae. The eruption is typically most prominent on the trunk and limbs and may involve the palms, soles, and face. In a minority of patients it is itchy, and it fades within a few days. Constitutional symptoms such as fatigue and lethargy occur in only half the patients. Body temperature is normal, or in half the patients modestly elevated for 1-3 days. Myalgia, headache, anorexia, and nausea are common.

Three-fourths of patients have joint manifestations and are incapacitated for considerable periods of time. The severity of the pain interferes with sleeping, walking or grasping everyday objects. Involvement of multiple joints, often asymmetrical and usually migratory, occurs. Wrists, ankles, metacarpophalangeal, interphalangeal, and knee joints are most common, although toes, shoulders, and elbows are also targets. Joints of the spine, hip and jaws are least often affected. Arthralgias are worse in the mornings or after immobilization; modest exercise may improve them. About one-third of patients will have true arthritis. Periarticular swelling and tenosynovitis are also common. 10-30% of patients will have paresthesias and/or pain in the palms and soles.

Most patients will be unable to work or perform house work; but by 4 weeks, half will be able to resume normal activities, albeit with residual arthralgia. About 10% will still be limited by joint symptoms at 3 months. Occasional patients will continue to have signs and symptoms of articular disease for 1-3 years.

Treatment and Prevention

Aspirin and, if no relief obtained, nonsteroidal antiinflammatory drugs should be used for relief of joint pains. Because eventual complete recovery is always assured, steroids should not be used.

A prototype inactivated vaccine has been produced in Australia.

SOURCE : FIELDS VIROLOGY (3RD EDITION)

http://www.vadscorner.com/alphaviruses.html

*

ÉPIDÉMIE A LA RÉUNION


Bérézina totale et pitoyable

Source :

Alain Pascal

Journal de l'Ile - 30/1/6 - Concernant les tentatives d’éradication du CHIK, j’ai tout récemment pu me rendre compte de l’inefficacité de l’action de la Drass sur le terrain et je pense que ce n’était pas un cas isolé. Peu avant midi, un véhicule 4x4 arrive, flanqué d’un pulvérisateur et bombarde à tout va, sans distinction en direction des habitations ou des jardins. Le vent aidant, le produit est dispersé en quelques minutes, d’autant plus rapidement qu’il a été pulvérisé vers le haut et non vers le sol.

1/ Quid des mesures de protection individuelle dont on parle tant ? J’ai pourtant vu des utilisateurs de pulvérisateur d’insecticide couverts de la tête aux pieds ! Apprendrons-nous un jour, que les produits utilisés avaient tel ou tel degré de nocivité pour notre santé ?

2/ Quelle est l’efficacité d’un traitement effectué à midi, par vent moyen ? J’ai pourtant entendu un responsable de la Drass expliquer que le moustique est plus actif le matin et en fin d’après midi !

3/ Le moustique a-t-il décidé de s’installer confortablement en ville et dans nos jardins et de déserter les lits des ravines et autres décharges à ciel ouvert où les 4x4 pourraient accéder sans grande difficulté ? Ma réflexion est la suivante : le virus est apparu à la Réunion il y a près d’un an. Les pouvoirs publics auraient dû anticiper l’ampleur d’un phénomène qui les dépasse complètement car cette maladie n’est pas orpheline, on la connaît bien et selon certains médias, un vaccin aurait même été mis au point par des Américains. Nous assistons à une Bérézina totale et pitoyable dont la population fait hélas les frais dans tous les sens du terme. De nombreuses communes de l’île commencent timidement à organiser un début de plan de bataille contre le moustique qui a déjà 10 longueurs d’avance. Mais sans moyens ou presque, dans quelques mois, un département français sera terrassé par un simple moustique. Nous sommes en... 2006.

Réagissez sur “chik@jir.fr”

Vous souhaitez partager votre opinion, votre témoignage, vos connaissances sur le chikungunya avec les lecteurs du Jir.
Transmettez-nous votre courrier par e-mail sur chik@jir.fr ou par La Poste au
Journal de l’île
:
357, rue Maréchal-Leclerc - BP166 - 97463 Saint-Denis Cedex.

*

Chikungunya : le gouvernement accentue la mobilisation à La Réunion

PARIS (AFP) - 28/1/6 - Le gouvernement a décidé samedi d'accentuer la mobilisation pour tenter d'enrayer l'épidémie de Chikungunya à La Réunion, qui a déjà touché quelque 30.000 personnes depuis février 2005, dont plus de 5.000 nouveaux cas dans la deuxième semaine de janvier.
Face à l'ampleur de l'épidémie, le Premier ministre Dominique de Villepin a "décidé d'accentuer la mobilisation des moyens de l'Etat dans le cadre d'une stratégie globale de lutte contre l'épidémie", lors d'une réunion à Matignon avec les ministres de la Santé, Xavier Bertrand, et de l'Outre-mer, François Baroin.

Il a notamment décidé d'affecter 400 militaires supplémentaires à la campagne de lutte contre le moustique à l'origine du Chikungunya. Ces personnels, qui se trouvent déjà sur l'île, se consacreront à partir de lundi à la campagne de démoustication, à laquelle participent déjà plus de 1.500 personnes (militaires et agents communaux), réparties en une quarantaine de brigades.
De leur côté, le Conseil régional et le Conseil général de l'île ont annoncé le renfort sur le terrain de près de 2.000 agents supplémentaires pour participer à la lutte contre l'épidémie.

M. de Villepin a également demandé au ministre de la Santé de se rendre "d'ici lundi" à La Réunion.

M. Bertrand a indiqué qu'il irait à la Réunion avec "plusieurs dizaines de professionnels de santé, du matériel supplémentaire - notamment dans le domaine de la néo-natologie - pour renforcer la prise en charge des malades, notamment dans les hôpitaux".

Il a précisé que le but de sa mission sur l'île était aussi de parvenir à un bilan plus précis de l'épidémie.

Selon l'Institut de Veille Sanitaire (InVS), elle a touché 30.000 personnes depuis son apparition sur l'île en février 2005 et connaît depuis décembre une recrudescence, en raison de conditions climatiques favorables au développement du moustique vecteur du Chikungunya.

Plus de 5.000 nouveaux cas ont ainsi été enregistrés dans la deuxième semaine de janvier, selon l'InVS qui a toutefois précisé qu'à ce jour, "aucun décès directement lié à une infection aiguë à Chikungunya n'a été rapporté".

Dès le retour de M. Bertrand, M. de Villepin réunira les ministres concernés "pour arrêter un plan global et interministériel dans les domaines de la prise en charge des malades, de la démoustication et de la recherche dans les îles de la Réunion et de Mayotte", où de premiers cas ont aussi été observés.

Par ailleurs, trois membres de la sécurité civile ont été envoyés vendredi à La Réunion pour une "mission d'évaluation" des moyens à déployer pour renforcer la campagne de lutte. Elle devrait durer "quelques jours" et pourrait déboucher sur l'envoi de renforts et de matériel.

Le préfet de la Réunion Laurent Cayrel a annoncé samedi la mise en place d'"une cellule de crise permanente analogue à un plan Orsec" (organisation des secours).

L'épidémie touche aujourd'hui tous les arrondissements de La Réunion, y compris ceux de Saint-Denis et Saint-Paul épargnés jusque là, l'arrondissement de Saint-Pierre restant le plus touché. Elle a provoqué le report de la rentrée des lycées et collèges.

Le Chikungunya, ou virus de "l'homme courbé", ne peut être combattu par aucun vaccin, ni traitement préventif médicamenteux. La maladie se traduit par une forte fièvre (plus de 39°C), des éruptions cutanées, des courbatures dans les articulations, souvent celles des doigts et des genoux, obligeant le malade à se déplacer courbé.

*

Villepin accroît la mobilisation contre le chikungunya...

 

PARIS (Reuters) - 28/1/6 - Dominique de Villepin a décidé samedi d'accentuer la mobilisation de l'Etat face à l'épidémie de chikungunya qui frappe l'île de la Réunion et a dépêché sur place le ministre de la Santé, Xavier Bertrand.

Le Premier ministre, qui a convoqué samedi à Matignon les ministres de la Santé et de l'Outre-Mer, "a décidé d'accentuer la mobilisation des moyens de l'Etat, dans le cadre d'une stratégie globale de lutte contre l'épidémie". Il a demandé à Xavier Bertrand de se rendre à la Réunion "d'ici lundi".

Matignon précise dans un communiqué que, "sans délai, 400 militaires supplémentaires seront mis à disposition de la lutte anti-moustique" à la Réunion et que "plusieurs dizaines de professionnels de santé avec des matériels nouveaux renforceront également la capacité de prise en charge des malades, notamment dans les hôpitaux".

Dès le retour de Xavier Bertrand, dont la date n'est pas précisée, Dominique de Villepin "réunira les ministres concernés pour arrêter un plan global et interministériel dans les domaines de la prise en charge des malades, de la démoustication et de la recherche dans les îles de la Réunion et de Mayotte".

L'épidémie qui frappe l'île de la Réunion depuis mars 2005 aurait déjà touché plus de 22.000 personnes.

Xavier Bertrand a indiqué à l'issue de la réunion de Matignon qu'environ 5.000 nouveaux cas par semaine étaient actuellement enregistrés.

"LE VIRUS DE L'HOMME COURBÉ"

"Nous sommes aujourd'hui face à un tout nouveau pic dans l'épidémie (...) Il peut y avoir encore une accélération de l'épidémie. Nous sommes particulièrement mobilisés face à l'évolution de la situation à Mayotte, où de premiers cas ont été observés", a-t-il précisé.

Le ministre de la Santé a mis aussi l'accent sur l'intensification des moyens de recherche pour "identifier le meilleur traitement".

Le chikungunya, ou "virus de l'homme courbé", n'est pas mortel, mais il n'existe ni vaccin ni traitement préventif médicamenteux.

La maladie, transmise par les piqûres de moustiques, se traduit par une forte fièvre, des éruptions cutanées, des courbatures dans les articulations, souvent celles des doigts et des genoux, obligeant le malade à se déplacer courbé. Les médecins spécialistes recommandent le repos et la prise d'anti-inflammatoires.

Trois membres de la Sécurité civile avaient été envoyés vendredi à la Réunion pour une mission d'évaluation des moyens à déployer pour endiguer l'épidémie, qui a provoqué un report de la rentrée des lycées et collèges pour pouvoir démoustiquer les établissements.

François Baroin a fait savoir jeudi dernier lors des questions du gouvernement au Sénat, que "plus de 1.500 personnes sont actuellement sur le terrain pour engager la démoustication" à la Réunion.


Le CHIK enfin pris au sérieux

Philippe Le Claire


Journal de l'Ile - 26/1/6 - Les hiérarques de la Santé nationale admettent le caractère exceptionnel de la crise qui affecte La Réunion. La situation étant hors contrôle, l’État passe à la vitesse supérieure et la solidarité nationale va jouer. Mais les deux “mandarins” avertissent : la crise ne va pas cesser à court terme. Il faudra subir jusqu’à l’hiver prochain... et se préparer à l’avenir. D’autres arboviroses menacent.

Le ministre de l’Outre-mer, François Baroin, vient de déléguer à La Réunion l’un de ses missi dominici, le directeur des affaires politiques et financières Richard Samuel, accompagné des deux plus éminentes autorités de la santé nationale, le directeur général de la Santé Didier Houssin et Gilles Brucker, directeur général de l’Institut de veille sanitaire (InVS). Cette ambassade, qui se déroule évidemment sous l’égide conjointe de Xavier Bertrand, ministre de la Santé et des Solidarités, ira à la rencontre des Réunionnais, de leurs élus et des professionnels de santé afin de faire un point sur la maladie et présenter sur place le rapport des experts (Ndlr : le rapport Duhamel, mission commune IRD, InVS et IGAS), qui sont venus en décembre dernier.

La mission Houssin-Brucker est une émanation directe de la structure d’appui interministérielle sur le chikungunya, pilotée par le ministère de la Santé et des Solidarités en lien étroit avec Medetom et les autres départements ministériels. Cette cellule mobilise les meilleurs organismes d’expertise publique, elle est le pendant national de la cellule de crise permanente pilotée par le Préfet de Région.

Comme de bien entendu, l’arrivée de ce triumvirat de hauts fonctionnaires et “mandarins” ne suffira pas à terroriser les moustiques. Les deux scientifiques, que nous avons rencontrés dès leur descente d’avion, dans les salons de l’aéroport Roland-Garros, en conviennent volontiers, à l’instar de Didier Houssin : “Il ne faut pas se faire d’illusion, l’épidémie ne s’arrêtera pas du simple fait de notre présence...” Mais, explique Laurent Cayrel, leur arrivée montre que pour le gouvernement, l’heure est à la “mobilisation générale”.

“UN FAUX SENTIMENT D’IMPUNITÉ...”

Pour Gilles Brucker, “boss” de l’InVS en charge de la surveillance de l’état de santé de toute la population, la situation à La Réunion est régulièrement suivie depuis le printemps dernier, “mais elle a basculé à partir de décembre, ce qui implique une révision des dispositifs à la hauteur de la dynamique et des conséquences de l’épidémie...” Gilles Brucker est de toute évidence l’homme de la situation. Spécialiste en épidémiologie des maladies transmissibles, il a dirigé le Centre de coordination de la lutte des infections nosocomiales Paris-Nord pendant plus de dix ans, et le service de santé publique de l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière sans oublier son passé de chargé de mission auprès du ministre délégué à la Santé pour les questions relatives aux alertes sanitaires.

Sa lecture des événements est significative : “Notre dispositif de surveillance est débordé par une situation de transmission hyper-épidémique (...). Le chikungunya était connu de longue date, mais il n’avait pas franchement été étudié dans les pays concernés, et il vient de nous apparaître qu’il n’est plus véritablement bénin en cas de développement important de l’épidémie, comme le prouvent les cas graves chez les nouveaux-nés, les arthralgies chez les adultes, les méningoencéphalites, et l’impact du virus sur les personnes vulnérables (Ndlr : les décès)”.

Dans le détail, la mise à niveau des dispositifs passe, selon Gilles Brucker, “par le dialogue avec les praticiens, le redimensionnement du réseau Sentinelle (...) et la définition d’une stratégie dotée de moyens adéquats...” Mais l’épistémologiste prévient, “même en tel cas, avec la dengue par exemple, les résultats ne sont pas immédiats...” Les Dr. Houssin et Brucker conviennent de ce que l’épidémie est loin d’être terminée, qu’elle suivra son cours vraisemblablement jusqu’à l’hiver prochain, que le succès local de la lutte contre le paludisme a introduit sur l’île un faux sentiment d’impunité, voilé le caractère pernicieux des moustiques.

PAS QUESTION DE SANCTUARISER LE DÉPARTEMENT

Et d’admettre que la crise CHIK est ”un cruel rappel à la réalité “. En conséquence de quoi, aujourd’hui et à l’avenir, la lutte anti-vectorielle doit être une préoccupation permanente. Pour ce faire, des spécialistes métropolitains qui sont récemment intervenus aux Antilles où la dengue frappe, apporteront leur secours, et une étude rigoureuse des produits insecticides sera conduite de façon à adapter étroitement les produits aux besoins et à la préservation de l’environnement. Enfin, comme il n’est pas question de sanctuariser le département, la nécessité de mettre en place des politiques de coopération Réunion-Mayotte, avec les Ententes Interdépartementales de démoustication métropolitaines, via l’Adege (Agence nationale pour la démoustication et la gestion des espaces naturels démoustiqués), par exemple, paraît séduire le directeur général de la Santé, quand le Préfet de Région, lui insiste sur la nécessité d’engager au niveau de la Commission de l’océan Indien, des politiques de coopération centrées sur la surveillance et la lutte contre les arboviroses...

Pour information : http: //www.eid-med.org/

*

Le déluge d’insecticides en tous genres délivré sur l'Ile de la Réunion département est inutile.
Les larves de moustiques sont contaminées sur cinq générations.
Les opérations de lutte anti- vectorielle s’apparentent à “de la politique cosmétique”.

René Le Berre, entomologiste de renommée internationale, met les pieds dans le plat dans une interview de l’agence de presse Destination Santé que nous vous livrons in extenso.

De quoi gamberger un peu !

Près de 160 000 cas sur l’Île de la Réunion, 1 173 à l’Île Maurice et 1 800 à Mayotte. Encore n’est-ce pas tout : le virus du chikungunya sévit également aux Seychelles et aux Comores.
Partout, des campagnes de démoustication sont à l’oeuvre. Un pis aller ? Les îles de l’océan Indien sont en quelque sorte peuplées par les moustiques, vecteurs de maladies que les spécialistes appellent des “arboviroses”.
Dans un dossier de presse diffusé le 1er mars, le ministère de la Santé parle “d’effort massif en faveur de la démoustication”. Un moyen de lutte qui en réalité, serait voué à... l’inanité. C’est l’avis de René Le Berre, entomologiste de réputation internationale et ancien Inspecteur général de Recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). “Cela ne sert à rien. Car pour être efficace, il faudrait éliminer pratiquement tous les moustiques vecteurs. Ce qui est impossible ! Nous avions mené une expérience (dans ce sens) contre une autre parasitose transmise par insecte. Et même en éliminant 98% des vecteurs, il y avait encore beaucoup trop de cas.” D’autant plus que dans le cas d’Aedes Albopictus - le moustique vecteur du chikungunya -, l’infection “se transmet jusqu’à la cinquième génération. C’est-à dire que l’arrière arrière-petite-fille d’une femelle porteuse du virus n’aura même pas besoin d’avoir piqué quelqu’un pour être contaminée. Elle le sera de naissance. Elle pourra ainsi, dès le premier jour de son existence, transmettre un virus acquis de son arrière grand-mère.”

“Impossible de juger leur efficacité intrinsèque...”
Pour notre spécialiste, il est déjà trop tard. “Là on est en retard.
C’est de la politique cosmétique. Il faut montrer qu’on est là, agir (pour agir), donner de l’argent. Par exemple, le gouvernement va distribuer des répulsifs. Or dans un climat chaud et humide comme celui de la Réunion, ces produits ne vont agir que trois heures au maximum.” Il existe pourtant d’autres solutions.
Notamment celle de l’assèchement des gîtes larvaires qui sont pour la plupart domestiques. “La seule chose que l’on puisse faire et que l’on fait très bien d’ailleurs, c’est d’empêcher les moustiques de se développer. C’est-à-dire qu’il faut assécher tous les gîtes larvaires créés par l’homme.” Et sans doute aussi, mettre toute l’énergie possible dans la recherche thérapeutique ou vaccinale. Comme pour le paludisme. Mais c’est un investissement à moyen voire long terme.
Ce réquisitoire prêterait à sourire si René Le Berre ne comptait pas au nombre des fondateurs de la prestigieuse École française d’entomologie médicale de l’IRD (Ndlr : IRD, ex-ORSTOM, Institut de recherche pour le développement). Et si encore, ces remarques ne recoupaient pas certains passages du rapport Duhamel, rédigé en décembre 2005 par des membres de l’IGAS, de l’IRD et de l’InVS, à la demande du préfet de région Laurent Cayrel.
Ce rapport soulignait en page 25 : “Dans l’état actuel, il est très difficile de juger de l’efficacité des actions de lutte anti-vectorielle mises en place et ceci pour deux raisons ; en l’absence de données sur la sensibilité du vecteur Aedes albopictus vis-à-vis des insecticides utilisés, il est impossible de juger leur efficacité intrinsèque. En l’absence d’outil permettant le suivi des densités de vecteurs, il est impossible de juger de l’efficacité des traitements effectués. La surveillance entomologique - qui demande la mobilisation de moyens humains importants - qui avait été mise en place à partir d’octobre 2004 a dû être interrompue dès le début de l’épidémie faute de moyens humains suffisants, priorité ayant été donnée aux traitement...”
En page 27 du rapport, s’agissant des insecticides employés et de la pertinence de la lutte chimique contre le fameux Aedes, il était écrit que “la sensibilité des populations d’Aedes albopictus vis-à-vis du Téméphos (Ndlr : larvicide) et du Fénitrothion (Ndlr : adulticide) devra être évaluée de manière urgente...” On sait que depuis, polémique aidant, le Téméphos condamné à l’horizon septembre 2006 par la communauté européenne a été remplacé par le fameux BTI et que le Fénitrothion jugé un peu trop agressif, a cédé le terrain à des pyréthrinoïdes de synthèse... Mais comme dans l’absolu on n’a jamais su quel était l’état d’infestation de La Réunion à l’Aedes albopictus, pas plus que l’importance des populations de moustiques à traiter, il semble acquis que l’on soit en train de “flytoxer” à l’aveuglette, à saturation... Ce qui a toutes les chances d’obérer l’efficacité éventuelle de telles méthodes, empiriques, en plein pic épidémique et au beau milieu de la saison cyclonique, synonyme de pullulation maximale des moustiques...

Que Saint-Flytox et Saint-Expédit nous protègent

Au regard de la pratique ordinaire en matière de démoustication telle qu’elle a lieu dans les zones où les populations d’insectes sont suivies depuis longtemps, les opérations anti-vectorielles sont toujours limitées dans l’espace et dans le temps. Les espèces sont précisément ciblées et font l’objet d’attaques formatées de façon à garantir un maximum d’efficacité pour un minimum de dégâts sur l’environnement et les autres espèces. On est bien loin de ces procédures à La Réunion ! Et pour cause. Ici, les rescapés du service de lutte anti-vectorielle de la Drass étaient formés à la lutte anti-vectorielle contre le vecteur du paludisme, l’anophèle, et pas le moins du monde à la guerre contre l’Aedes albopictus.
Julien Thiria, ingénieur sanitaire à la Drass et responsable de la lutte antivectorielle (LAV), interrogé sur les déclarations de M. Le Berre s’est exclamé : “Voilà une position bien étonnante. C’est très surprenant de dire que même en éliminant 98 % des vecteurs, il y a encore énormément de cas. Ce n’est pas logique. Si on réduit le vecteur, on a forcément moins de chance, ou de malchance, d’être piqué par un moustique contaminé. C’est de la logique pure et du bon sens. Je ne veux pas rentrer dans un débat polémique, il a son opinion et moi j’ai la mienne.”
Concernant les déclarations de René Le Berre sur le fait que l’infection chikungunya peut se transmettre chez l’aedes albopictus jusqu’à la cinquième génération, M. Thiria est plus que dubitatif : “C’est très surprenant qu’il fasse référence à la transmission verticale (transmission du moustique adulte à l’oeuf, ndlr). Car elle a été démontrée dans le cadre de la dengue, pour environ 1 oeuf sur 600. Mais dans le cas du chikungunya, ça n’a jamais été prouvé qu’il y ait une transmission de la mère à l’oeuf. Nous avons réalisé plus de 3 à 4 000 analyses et nous n’avons retrouvé aucun virus parmi les lots de larves.” Au-delà, pour Julien Thiria, il n’est pas question de parler d’inefficacité : “Il faut avoir recours aux adulticides et aux larvicides. Une action ciblée, car ce serait inutile de le faire de manière systématique. Les pulvérisations ont un impact sur les foyers”, assure-t-il, avant de reconnaître : “On n’est pas dans une perspective de mesurer concrètement un impact car là, on est dans l’urgence”. Que Saint-Flytox et Saint-Expédit nous protègent. La LAV est une affaire de foi !

Auteur : Philippe Le Claire et Marie Payrard - Journal de l'Ile de La Réunion

*

Ruée sur les anti-moustiques, mais pas de pénurie


Journal de l'Ile - Face à l’ampleur de l’épidémie, les Réunionnais se ruent sur les répulsifs à moustiques. Mais si certains produits semblent manquer et des rayons se vider, la pénurie n’est pas à l’ordre du jour. Trois containers sont arrivés vendredi et cinq autres doivent suivre dès demain.

Samedi matin, dans le rayon “produits anti-moustiques” d’une grande surface de Sainte-Clotilde. Une armada de clients se presse entre les rayonnages exigus et les palettes de produits qui ne sont pas encore déballées. Ils jouent des coudes pour se frayer un chemin vers les répulsifs. Dans les caddies, serpentins, lotions et les recharges font florès. Il n’est plus question d’acheter boîte par boîte. Cette famille de La Montagne glisse une dizaine de boîtes de serpentins entre ses courses. “Je n’en ai jamais autant acheté, expliquent Valérie et Hugues. Nous sommes devenus très vigilants. Surtout pour notre enfant”. “À La Montagne, ces derniers jours, il n’y a plus grand-chose. Alors, vu qu’on est venu faire les courses ici, on en profite pour faire des stocks”, poursuivent-ils. Joy’s, de Saint-Denis achète quelques boîtes de serpentins aussi, mais “pas plus que les autres années”. En effet : “Là où j’habite, le quartier a été désinsectisé”.

HUIT CONTAINERS EN CINQ JOURS

Mickaëlle profite d’une escapade à Saint-Denis, pour chercher des serpentins : “Au Tampon, je n’en trouve plus depuis deux jours”. En revanche, Mélanie de Sainte-Clotilde est inquiète surtout pour l’une de ses filles qui est enceinte. Elle se rue sur tous les produits du rayon et achète en grand nombre : “Là, j’en ai pour environ soixante euros. Je prévois au cas où une pénurie s’installerait”, lâche-t-elle. Mais, pour l’heure, il ne manque de rien dans ce rayon. “Nous avons connu quelques moments de rupture, surtout il y a une quinzaine de jours. Les grossistes locaux ne pouvaient plus fournir, alors nous avons fait appel à notre plate-forme de métropole pour faire venir un maximum de produits”, explique le responsable du magasin en question. Ce chargement est attendu par voie aérienne aujourd’hui ou demain. En revanche, samedi midi, le rayon d’une moyenne surface de Saint-Denis était vide. “Je suis en rupture de spirales, annonce le gérant. Et je ne peux pas commander les quantités que je souhaite. Les fournisseurs limitent en fonction de chaque dépositaire”. Alors oui, quelques points de vente semblent manquer de certains produits, mais l’île est régulièrement approvisionnée, et les grandes surfaces semblent avoir du stock. Du côté de la préfecture, on affirme qu’“aucune difficulté majeure d’approvisionnement n’est enregistrée”, même si “en fin de semaine passée, il a pu être constaté, dans certains secteurs du département, l’absence de certains produits dans les commerces”. Trois containers de produits anti-moustiques sont arrivés vendredi dernier et cinq autres sont prévus pour demain. Et les arrivées par avion sont facilitées. “Il s’agit là, de problèmes de réassortiment ponctuels, les grossistes et les grandes surfaces ont des stocks, analysait hier Laurent Cayrel, le préfet. Et l’avion du Premier ministre emmène des crèmes et des serpentins dans ses soutes”. La pénurie n’est donc pas à l’ordre du jour, mais la préfecture demande à la population de ne pas “céder à un mouvement incontrôlé de surstockage”.

*
Le chik et les tiques, c’est pas chic !


Journal de l'Ile - De nombreux habitants de l’Hermitage, Étang Saint-Paul et Piton Saint-Leu s’inquiètent depuis quelques jours d’une “étrange” invasion parasitaire dans leur maison et sur les chiens. Infestation que certains attribuent volontiers aux opérations de démoustication. Les responsables d’une société spécialisée dans la désinsectisation se disent étonnés de voir autant de tiques en cette période.

Canaille et Zazie font beaucoup de peine à voir. Depuis que Nelly Barret, leur maîtresse les a accueillies il y a deux ans, c’est la première fois qu’elles sont ainsi infestées de parasites. Les deux chiennes commencent même à présenter des plaies au niveau de leur cou. La faute à une invasion de tiques, comme venues de nulle part. Pourtant, avec les deux bêtes, Mme Barret est au petit soin régulièrement. “Elles sont équipées de collier antiparasitaire et on les lave pratiquement tous les jours”, assure Nelly Barret dont la maison n’est pas épargnée par cette soudaine invasion. “Tous les matins à mon réveil j’enlève plusieurs dizaines de ces tiques sur les murs”, fustige la riveraine de la plage de l’Hermitage. Les nombreuses petites tâches de sang au niveau du parquet de la maison témoignent de cette lutte acharnée. Nelly Barret, 70 ans, habite au niveau de la passerelle en surplomb de la ravine de l’Hermitage. Sa cour jouxte l’école primaire censée avoir été démoustiquée dans le cadre de la lutte contre le chikungunya. “Je ne sais pas si cette infestation parasitaire est liée à l’opération de démoustication, mais je suis inquiète”, affirme la septuagénaire. Une inquiétude ressentie dans une bonne partie de la cité balnéaire et même jusqu’à la rue Jacot à l’Étang Saint-Paul. “Mon voisin a traité chez lui et chez moi dans le courant de la semaine. Le lendemain nous avons constaté une remontée de parasites”, raconte Gertrude Orphé, adjointe au maire, déléguée aux affaires scolaires. De là à faire le rapprochement entre cette infestation de tiques et la lutte contre le chikungunya, il n’y a qu’un pas que l’élue saint-pauloise franchit sans aucune hésitation. “Je pense que les deux phénomène sont liés. L’un est la conséquence directe de l’autre”, dit-elle.

 

“CE QUI SE FAIT, C’EST DU N’IMPORTE QUOI”

Par leurs repas de sang, les tiques affaiblissent les chiens et provoquent des démangeaisons allergiques douloureuses principalement localisées au niveau du cou, de l’abdomen, de la croupe et de la base de la queue. En avalant les parasites, les bêtes peuvent aussi contracter un téniasis, maladie dûe à une forme de ver solitaire. Plus communément appelées “carapates”, les tiques elles-mêmes ne présentent aucun danger pour l’homme, selon un médecin saint-paulois. Mais elles sont repoussantes. Chez les chiens, elles occasionnent des inflammations locales et peuvent transmettre une affection anémiante mortelle : la piroplasmose. Par mesure de précaution, Gertrude Orphée a emmené son chien chez le vétérinaire. Face à l’ampleur du phénomène, Nelly Barret a fait appel à la société Vitak, spécialisée dans les opérations de désinsectisation. “Nous sommes étonnés de voir autant de tiques et de puces en cette période”, souligne la direction de la société. “Il y en a de partout”.

Quant à la question de savoir si les opérations de démoustications organisées par la Drass et les équipes mises en place au niveau des communes sont directement liées à ces invasions, Vitak ne dit pas vraiment le contraire. “Vous évoquez quelque chose d’intéressant que moi, je ne peux pas prouver”, affirme simplement la société.

L’entreprise basée à Souris Chaude critique en tout cas la façon dont sont menées les opérations de démoustication et déplore l’absence de concertation avec les sociétés spécialisées. “Ce qui se fait actuellement, c’est n’importe quoi. Ce n’est pas ciblé, toute la faune y passe et c’est loin d’être efficace”, s’emporte Thierry, le technicien. Tout en reconnaissant que les sociétés de la place n’auraient pas eu les moyens humains de répondre à la très forte demande, la direction de l’entreprise de Souris Chaude estime que ces sociétés auraient pu encadrer certaines interventions et apporter leurs précieux conseils pour plus d’efficacité sur le terrain. “En tout cas, c’est généralement vers les mois de juin juillet que nous intervenons pour combattre les tiques”, conclut Thierry. Une chose est sûre, en plus des opérations de démoustication, les autorités vont sans doute devoir mettre à profit cette semaine de vacances supplémentaire pour éradiquer les parasites dans les établissements scolaires. Notamment à l’Hermitage...

*

La déchetterie de l’Hermitage déborde !


Journal de l'Ile - La déchetterie de l’Hermitage déborde actuellement. Face à la menace liée au chikungunya et afin de ne pas favoriser chez eux le développement des moustiques, les habitants de la cité balnéaire sont de plus en plus nombreux à y déposer leurs ordures.

La population de la Saline-les-Bains a l’impression que la société Onyx est dépassée par la situation. “Il existe plusieurs dépôts d’ordures à la Saline-les-Bains. Pourtant les camions d’Onyx procèdent normalement aux enlèvements des déchets”, explique Gisèle Carlier. Sans être alarmiste, la présidente de l’Association des consommateurs contribuables de la côte ouest (Accro) se dit inquiète. “Pour lutter chez eux contre les gîtes larvaires, les habitants se débarrassent de leurs déchets verts ou autres comme on leur a recommandé. Mais il y en a trop. Il faut trouver une solution. Peut-être à travers une grande chaîne de solidarité”, suggère Mme Carlier.

GUÉGUERRE ENTRE MAIRE ET SOUS-PRÉFET

Elle-même se rend régulièrement à la déchetterie de l’Hermitage pour vider sa cour des ordures susceptibles de favoriser le développement des moustiques. Mais la situation n’y est pas plus facile. “Les bacs explosent. Si on ne traite pas rapidement ces déchets, la déchetterie elle-même peut développer des gîtes”, s’angoisse la présidente de l’Accro. Sans vouloir soulever une vile polémique, celle-ci se demande bien à quoi a servi jusqu’à présent la taxe d’enlèvement des ordures si l’île est sale au point de faire intervenir des “commandos”...

Face à l’ampleur que prend le phénomène, dans la cité balnéaire, certains habitants fustigent même la guéguerre entre le maire de Saint-Paul et le sous-préfet d’arrondissement. “Ils doivent mettre de côté leurs différences et travailler ensemble pour plus d’efficacité dans cette lutte contre les moustiques”, peste Patricia Maret, membre de l’Accro. “C’est la population qui est en train de payer”.

Elle-même malade depuis quelques jours, Mme Maret s’inquiète d’un dépôt d’ordures au niveau de la cheminée de Bruniquel, des carcasses de voitures en centre ville de la Saline-les-Bains, mais surtout des branchages stockés dans des conteneurs au niveau de la voie de contournement. “Ces branchages sont susceptibles de favoriser le développement de gîtes de moustiques”, dit-elle. Mme Maret évoque la nécessité pour la société chargée de l’enlèvement des ordures, compte tenu de la situation, “de s’équiper rapidement d’un broyeur afin de traiter efficacement ces déchets verts”.

*

Chikungunya : "maîtrise totale de la situation" en vue,
selon Laurent Cayrel, préfet de la Réunion !

PARIS (AFP) - 29/1/6 - Le préfet de la Réunion, Laurent Cayrel, a jugé dimanche qu'une "maîtrise totale de la situation" était en vue dans l'île où sévit une épidémie de Chikungunya qui a touché quelque 30.000 personnes depuis février 2005, du fait des moyens supplémentaires débloqués par le gouvernement.
S'exprimant sur France Inter, le préfet Cayrel a fait valoir que "les moyens qui lui ont été donnés (étaient) extrêmement importants". "Ils viennent s'ajouter à ce qui avait déjà été mobilisé par le gouvernement et devraient nous amener (...) à une maîtrise totale de la situation", a-t-il dit.

Samedi, à l'issue d'une réunion avec les ministres de l'Outre-mer François Baroin et de la Santé Xavier Bertrand, le Premier ministre Dominique de Villepin a décidé notamment d'affecter 400 militaires supplémentaires à la campagne de lutte contre le moustique à l'origine du Chikungunya.
Ces personnels, qui se trouvent déjà sur l'île, se consacreront à partir de lundi à la campagne de démoustication, à laquelle participent déjà plus de 1.500 personnes (militaires et agents communaux), réparties en une quarantaine de brigades.

De leur côté, le Conseil régional et le Conseil général de l'île ont annoncé le renfort sur le terrain de près de 2.000 agents supplémentaires pour participer à la lutte contre l'épidémie.
"Il s'agit de maîtriser l'épidémie car d'un point de vue épidémiologique, on n'éradique pas une épidémie de moustique mais on la maîtrise", a expliqué le préfet de la Réunion.

Le Chikungunya, ou virus de "l'homme courbé", ne peut être combattu par aucun vaccin, ni traitement préventif médicamenteux. La maladie se traduit par une forte fièvre (plus de 39°C), des éruptions cutanées, des courbatures dans les articulations, souvent celles des doigts et des genoux, obligeant le malade à se déplacer courbé.

*

L'épidémie de chikungunya en "croissance exponentielle" à La Réunion

SAINT-DENIS-DE-LA-RÉUNION (AFP) - 2/2/6 - L'épidémie de chikungunya est en "croissance exponentielle" à La Réunion, où 50.000 personnes, soit 7% de la population, auraient été contaminées, dont 45.000 depuis la mi-décembre, contraignant les autorités à intensifier la lutte contre le moustique vecteur du virus.
"Depuis la mi-décembre, nous sommes en croissance exponentielle, c'est-à-dire que d'une semaine sur l'autre, le nombre de cas croît de manière considérable", a indiqué jeudi le Dr Philippe Renault, médecin épidémiologiste à la Cellule interrégionale épidémiologique de la Réunion et de Mayotte (Cire).

"Actuellement, lors de la 4ème semaine de janvier, nous estimons que nous sommes aux environs de 15.000 cas avec le nouveau dispositif de surveillance", a-t-il ajouté, en référence au "système sentinelle basé sur un réseau de médecins répartis dans l'île".
"Nous sommes actuellement à 15.000 cas par semaine, ce qui nous donne un total sur l'ensemble de l'épidémie d'environ 50.000 cas, dont 45.000 depuis la mi-décembre" sur une population estimée à environ 700.000 habitants, a-t-il ajouté.

Le précédent bilan, fourni le 27 janvier par l'institut de veille sanitaire (InVS), tablait sur 30.000 cas depuis février 2005, dont plus de 5.000 nouveaux dans la deuxième semaine de janvier.

En revanche, aucun décès n'a pu être imputé directement au chikungunya, et le nombre de cas graves recensés s'établissait toujours à 22, a souligné le Dr Renault.

"Nous sommes à la date d'hier (mercredi) soir à 20 décès qui sont rapportés avec une cause mentionnant le chikungunya", dont l'un "fait l'objet d'une vérification en médecine légale", a-t-il indiqué.

"Il s'agit de décès dans lesquels le chikungunya n'est pas la cause principale du décès, c'est-à-dire qu'on ne peut pas imputer ce décès à l'action du virus lui-même, mais plutôt à la déstabilisation d'un état pathologique antérieur, et surtout beaucoup de personnes âgées", a expliqué le Dr Renault.

Alors que "le pic épidémique ne semble pas atteint", selon la préfecture, le dispositif de lutte contre les moustiques est monté d'un cran.

"Au 5 février, ce seront 800 hommes, notamment avec l'ajout des 400 (militaires) qui ont été mobilisés par le Premier ministre, qui sont donc opérationnels" et "nous devrions être à 1.500 hommes à mi-février", a indiqué le préfet Laurent Cayrel.

Ils sont répartis en brigades spéciales de militaires, brigades zonales du Conseil régional et du Conseil général, et brigades communales.

"Les brigades spéciales sont essentiellement composées de personnels des forces armées, 15 à 20 hommes par brigade" et "elles peuvent traiter 1.000 maisons en deux semaines", a précisé le préfet.

"L'objectif global est de traiter de l'ordre de 200.000 maisons (...) nous prévoyons deux passages sur la même zone à une semaine d'intervalle", a-t-il poursuivi.

Le préfet a confirmé que la rentrée scolaire, reportée d'une semaine pour permettre la démoustication des établissements, aurait bien lieu le 6 février, l'opération devant s'achever jeudi soir.

Le chikungunya, ou virus de "l'homme courbé", n'est pas mortel, mais il n'existe ni vaccin, ni traitement préventif médicamenteux. La maladie se traduit par une forte fièvre (plus de 39°C), des éruptions cutanées, des courbatures dans les articulations.

*


70 morts... le CHIK s’emballe

Le Journal de l'Ile - 22/2/6 - La semaine dernière les autorités sanitaires qui avaient longtemps cultivé l’euphémisme, annonçaient 52 décès dûs au chikungunya. Douloureux décompte. Ces chiffres étaient arrêtés au 12 février. On en serait aujourd’hui à 70 décès ! Soit pour le moins 18 morts en une dizaine de jours, ce qui fait tout de même beaucoup pour une maladie, qui pour être qualifiée d’invalidante, bénéficie toujours du qualificatif de bénigne. En d’autres termes, le chikungunya tue de plus en plus. Impossible d’attribuer cette décimation à une rafale de “morts subites” !

Le fait est que le CHIK frappe sans distinction toutes les classes d’âge. Bébés, enfants, quadras, personnes âgées, pompiers professionnels et gens sans histoire. En moins de deux mois, le chikungunya s’offre un décompte fatal plus élevé que les accidents de la route. Il faudra bien investir dans la démoustication autant d’argent, sinon plus, que ce que l’on investit dans les radars automatiques et les PV informatisés. De quoi considérer avec horreur la légèreté avec laquelle une certaine collectivité territoriale a fait l’impasse sur ces fameux moustiques pendant si longtemps.

De quoi considérer avec mépris les ridicules polémiques de certains parlementaires à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui certains socialistes prétendent faire la leçon au gouvernement UMP. Mais les gouvernements socialistes ont tout autant failli que les autres. Et si le ministre Kouchner, en son temps, chargeait un certain Pr. Brucker de présider les travaux d’une commission savante sur les risques induits par les maladies émergentes, force est de constater que rien n’a été suivi d’effet, alors que tout était dit sur l’épée de Damoclés qui planait au dessus de nos têtes.

De 1986 à 2005, l’Aedes albopictus vecteur de tant d’arboviroses, a prospéré en toute quiétude sur l’île de La Réunion. Et ce cher, très cher Dr. Perrin, dont le job est paraît-il d’éviter les catastrophes sanitaires, use aujourd’hui sa salive à expliquer que les décès d’enfants tels que Dylan et Tricia sont, en termes de pourcentages, quantité négligeable...

Philippe Le Claire

*


Vanessa, la compagne d’Alain Deurveilher, et Lutricia, sa petite fille, sont aujourd’hui démunies face à ce décès brutal.

“On nous cache des choses”
Alain Deurveilher est-il mort du chikungunya ? Impossible de le savoir pour le moment.

Il n’en reste pas moins que les faits sont troublants. Âgé de 33 ans, le jeune homme était en pleine santé avant les premiers symptômes de la maladie.

 

Journal de l'Ile - 16/2/6 - C’est la consternation dans la petite case du 10 chemin des Barrières à Trois-Bassins. Sa famille et ses amis pleurent Alain Deurveilher, mort soudainement mardi. Pourtant tout allait bien pour ce père de famille avant qu’il ne contracte le chikungunya. Dans le quartier on est stupéfait par ce décès encore inexpliqué. Tout le monde regrette déjà Alain qui était, de l’avis de tous, “un bon marmaille qui s’occupait bien de sa femme et de son enfant.” Pour sa famille, la douleur est d’autant plus forte que la mort a été foudroyante.

Mort foudroyante

Lundi, Alain Deurveilher ne se sent pas bien. Il se rend alors chez son médecin traitant. Celui-ci repère les symptômes classiques du chikungunya chez le trentenaire. Il lui prescrit des cachets d’Efferalgan pour faire baisser la fièvre et diminuer les douleurs articulaires. “On ne s’est pas inquiété, mes frères avaient déjà eu le chikungunya et ça c’était bien passé”, raconte Vanessa Zitte, la compagne d’Alain Deurveilher. C’est donc très calmement que le Trois-Bassinois envisage sa convalescence. Le soir venu, il se couche sereinement et malgré quelques douleurs il parvient à trouver le sommeil. Le lendemain, il semble que la maladie le fasse moins souffrir. Il décide donc de mettre à profit son temps libre pour effectuer quelques travaux dans sa maison. Alors qu’il est en train de s’affairer sur le chauffe-eau, il est soudain pris de malaises. Il pose ses outils et s’assoit sur le canapé, la crise s’intensifie alors. Les yeux révulsés, le jeune homme ne répond plus aux cris de ses proches qui tentent de l’empêcher de sombrer. Rien à faire, Alain Deurveilher perd connaissance. Il ne se réveillera pas. Malgré une tentative de réanimation des pompiers, il décède d’un arrêt cardiaque. Vanessa Zitte, sa compagne, est sous le choc. Pour elle il n’y a pas de doute, Alain est mort du chikungunya. Il est vrai que ce décès est troublant. Cet homme de 33 ans travaillait comme maçon, c’était aussi un joueur de football. De l’avis de tous, c’était “un gars solide, qui n’avait pas la santé fragile”. En effet, hormis un léger diabète, on ne connaissait aucune pathologie particulière au jeune père de famille. Des analyses sanguines révéleront s’il était bien atteint par le virus. Pour l’heure tout le laisse penser.

“Le chikungunya peut être mortel”

Alain Deurveilher laisse derrière lui une femme et une petite fille de 3 ans. Pour Vanessa Zitte, “l’État nous cache beaucoup de choses, cette maladie est dangereuse. Il faut faire très attention, et ne surtout pas prendre ce virus à la légère.” La jeune femme en est maintenant persuadée, “le chikungunya peut être mortel”. D’ailleurs, désormais elle a décidé de “protéger sa fille par tous les moyens.” La jeune femme est désespérée, elle venait à peine d’emménager dans sa nouvelle maison avec son compagnon. C’est une famille qui vient de se briser. Scholastie, la maman d’Alain Deurveilher, est dévastée. Elle aussi s’emporte contre les autorités. “Ce n’est pas normal, un homme dans la force de l’âge qui meurt comme ça ! On nous ment sur cette maladie”, s’exclame-t-elle avant de fondre en larmes, dépassée par l’émotion. Les amis d’Alain sont du même avis. “Ça fait un gros choc, on a grandi ensemble. On ne nous dit pas tout sur le chikungunya, explique Jakson Zéphir, un proche du disparu. À 33 ans, mourir dans ces conditions, c’est dur de voir ça”, ajoute-t-il. Les voisins de la famille Deurveilher sont aussi très surpris, face à la mort d’un homme qui paraissait en parfaite santé il y a encore quelques jours. Le sentiment qui domine, c’est l’inquiétude. “Il n’y a pas eu de démoustication dans la rue, alors on est inquiet, on est peut-être les prochains sur la liste”, s’interroge une voisine. Impossible pour le moment d’affirmer avec certitude que c’est bien le chikungunya qui est à l’origine de la mort d’Alain Deurveilher. Les circonstances de ce décès foudroyant restent toutefois inquiétantes. La crainte du virus est maintenant bien installée à Trois-Bassins, une commune qui jusque-là avait été relativement épargnée par l’épidémie.

Adrien Lecomte

  La municipalité réagit “C’est triste de voir quelqu’un, surtout de cet âge, mourir dans des conditions aussi terribles”, regrette Bernard Hoarau, responsable de la cellule de suivi de l’épidémie sur la commune de Trois-Bassins. Toutefois, celui-ci préfère rester prudent dans ses analyses. “On ne sait pas si le chikungunya est directement lié à ce décès brutal ou si la maladie a été un facteur aidant ou accompagnant”, explique-t-il. En tout état de cause, avec 55 cas signalés en mairie au dernier recensement, Trois-Bassins semble relativement épargnée par le virus. La municipalité a constitué sa propre brigade d’une vingtaine de personnes pour intensifier la lutte contre les gîtes larvaires. “À présent, on travaille uniquement sur la destruction mécanique et avec larvicide”, précise M. Hoarau. Par ailleurs, des répulsifs sont mis à la disposition des personnes âgées et des handicapés. Bref la municipalité, se mobilise face à l’épidémie.

- Une autopsie controversée

Pour tenter de comprendre les raisons de la mort d’Alain Durveilher, une autopsie a été décidée. Elle devrait permettre de savoir si le chikungunya est une cause directe ou indirecte du décès. Elle pourrait aussi mettre en évidence que la mort n’est pas due au virus. Cette première autopsie pour cause de chikungunya est donc plutôt une bonne nouvelle pour les scientifiques qui travaillent sur le virus. En revanche la famille d’Alain Durveilher n’est pas satisfaite par cette procédure. “Nous ne sommes pas contre le principe d’une autopsie, mais nous dénonçons la manière dont ça c’est passé”, explique Gabriel Durveilher, le frère d’Alain. Au départ, lorsque le corps est envoyé au service médico-légal de Saint-Pierre, il ne devait y avoir qu’une simple analyse corporelle accompagnée de prélèvements sanguins. Ce n’est qu’hier, vers 14 heures, alors que la famille vient récupérer le corps qu’elle apprend qu’une autopsie sera pratiquée. Les proches sont donc rentrés à Trois-Bassins sans le corps. “Jusque là on nous avait parlé d’une simple analyse corporelle, il n’était pas question d’une autopsie. En tant que catholique, ça nous gêne de savoir que le corps va être ouvert”, déplore le frère du disparu. Déçue par l’attitude des autorités, la famille envisage de porter l’affaire devant la justice.

- Un décès “inexpliqué”

Le décès d’Alain Deurveilher reste à ce jour inexpliqué. C’est pour cette raison que le médecin du Samu qui a signé le certificat de décès de cet homme de 33 ans, n’a en revanche pas délivré de permis d’inhumer, en dressant un obstacle médico-légal. Dès lors, la machine judiciaire prenait le relais du monde médical, la Drass n’ayant pu être contactée à l’heure du décès. Le parquet de Saint-Pierre, territorialement compétent, a suivi les recommandations du médecin pour faire procéder aux recherches des causes du décès. En ordonnant, logiquement, une autopsie du corps de cet homme. L’examen médical devrait ainsi permettre de dire avec exactitude de quoi est mort cet homme dans la force de l’âge et en bonne santé. Il présentait en effet les symptômes du chikungunya. Son autopsie devrait être pratiquée aujourd’hui.

*

L’aedes expliqué aux militaires

Source : le JIR

Anne Dalaine


Les nouveaux commandos anti-moustiques devraient arriver sur le terrain aujourd’hui. Lundi, les responsables de section avaient droit à un vrai cours de sciences naturelles sur leur futur ennemi. Le Jir vous emmène sur les bancs de l’école...

Le prof est un ingénieur sanitaire de la Drass. Devant lui, plus de 80 militaires retrouvent les joies du collège ou plutôt de la fac, tant les places assises sont limitées dans l’amphi. Seuls les responsables de section sont présents et ils se chargeront ensuite de transmettre l’info à leur groupe. Le but de l’opération pour les hommes en vert est de connaître l’ennemi qu’ils seront amenés à combattre. En effet, si tout le monde connaît aujourd’hui son nom scientifique, l’aedes albopictus, son mode de reproduction ou les connaissances sur l’épidémie sont souvent plus limitées. Or les démoustiqueurs sont amenés à répondre aux interrogations de la population.

La maladie

Le chikungunya n’est pas une maladie nouvelle. Son nom a été utilisé pour la première fois en 1953 lors d’une épidémie en Tanzanie. Deux souches de chikungunya existent dans le monde. L’une asiatique, qui frappe régulièrement Java, par exemple. L’autre africaine, celle que l’on connaît actuellement à La Réunion. Les scientifiques du Centre national de références l’ont identifié dès mai 2005. Notre île n’est d’ailleurs pas la seule touchée actuellement. Le nord de Madagascar, Maurice, Mayotte et les Comores, avec plus de 5000 cas recensés, ne sont pas épargnés, même si l’on en parle finalement assez peu. Si les risques de la maladie, eux, n’ont plus de secret pour les Réunionnais, une attention particulière doit toutefois être portée aux nourrissons : les douleurs bloquent souvent leur mâchoire, les empêchant de se nourrir. Rappelons aussi que la transmission d’homme à homme, encore une fois, n’existe pas. Trop de personnes âgées se sont retrouvées seules, car contaminées, à Noël.

Côtoyer des “chikungunyés” ne présente pas de risques directs. C’est bien le moustique qui est le vecteur de transmission locale du CHIK. Quelques cas de contaminations sanguines existent toutefois dans la littérature médicale. Ils sont extrêmement rares et concernent du personnel soignant qui s’est involontairement inoculé le virus.

En revanche, ce n’est pas un moustique vivant qui a amené le virus sur notre île, mais très probablement des personnes infectées qui se sont ensuite fait piquer par la petite bête zébrée. L’incubation de la maladie dure de quatre à sept jours en moyenne. La virémie, c’est-à-dire la période de présence du virus dans le sang et donc de transmission possible, s’étale sur environ cinq jours. Les anticorps se déclarent ensuite. Ils restent dans le sang. L’immunité est donc normalement acquise à vie. Il n’existe pas de traitement virucide (“tueur de virus”) et aucun vaccin n’est finalisé et donc commercialisable.

Cycle du virus

Sur les 12 espèces de moustiques recensés à La Réunion, seul l’aedes albopictus, et uniquement la femelle, est capable de transmettre le CHIK. Cette capacité “vectorielle” de la femelle aedes s’explique par une faculté à dupliquer le virus (et non pas la quantité de sang absorbé, bien insuffisante). Et contrairement aux idées reçues, ce n’est pas en absorbant le sang mais juste avant, en injectant un peu de salive dans le corps de sa victime, que le moustique commet l’irréparable. Un moustique s’infecte en effet en piquant un humain contaminé. Le sang traverse ensuite la frontière stomacale de l’animal pour passer dans ses glandes salivaires. La femelle devenue infectante le reste toute sa vie, soit environ un mois si elle ne croise pas sur son chemin l’humain muni de vaporisateur. Or elle pique et pond tous les quatre jours environ. 7 à 8 transmissions par moustique sont donc envisageables. “Mère aedes” pond environ 300 œufs au cours de son existence. Les connaissances actuelles n’ont pas permis de trouver de cas de transmission verticale, c’est-à-dire que les œufs pondus par une femelle infectée ne sont a priori pas contaminés. Pour la dengue en revanche, c’est prouvé mais seulement pour un œuf sur 600.

De la larve au moustique

De là à limiter la lutte anti-moustiques à la seule éradication des adultes, il y a un pas qu’il ne faut surtout pas franchir ! “Il est beaucoup plus simple et efficace de s’attaquer à une flaque d’eau contenant des centaines de larves immobiles, que de courir derrière le même nombre de moustiques adultes et donc volants”, insiste le formateur. L’œuf devient larve. La larve connaît une évolution en quatre phases, avant de se transformer en nymphe. La phase nymphale dure 48 heures et se clôt par un vol nuptial au-dessus du gîte larvaire. Tout ce cycle dure de six à dix jours. Plutôt six jours en ce moment car les circonstances, humidité et chaleur, sont malheureusement idéales. D’où l’intérêt de bien connaître les sites recherchés par l’aedes. Il n’est pas trop difficile sur la qualité et la taille de sa maternité : une canette lui suffit pour peu qu’elle contienne un peu d’eau. En revanche, il ne pond que dans l’eau douce, stagnante, non croupie et à l’ombre. Bonne chasse.

 

*

Pour Villepin, la polémique sur le chikungunya est "dépassée"

SAINT-DENIS-DE-LA-REUNION (Reuters) - 26/2/6 - Dominique de Villepin a réaffirmé dimanche la "détermination totale" du gouvernement à lutter contre l'épidémie de chikungunya à la Réunion et annoncé le déblocage de 76 millions d'aides supplémentaires.

Accusé par l'opposition et la population locale d'avoir tardé à réagir face à la crise, le chef du gouvernement a rendu public dès son arrivée sur l'île le montant de l'enveloppe que l'Etat mettait immédiatement à la disposition de l'économie locale.

"Le temps de la polémique, ce n'est pas pour maintenant, c'est dépassé", a-t-il estimé sur RFO.

"Aujourd'hui, la Réunion est frappée, et c'est toute la France avec vous qui est dans l'épreuve", a-t-il souligné dans son allocution à la préfecture de Saint-Denis.

Soixante millions d'euros seront dégagés à titre provisionnel pour soutenir les entreprises touchées, dans le cadre d'un plan d'action dont François Baroin avait dévoilé les grandes lignes mercredi.

Le secteur du tourisme, l'une des principales ressources de l'île, fera l'objet d'une attention particulière, dispositif spécial de formation professionnelle à l'appui, a souligné Dominique de Villepin.

Ces mesures répondent en partie aux attentes des collectivités et des professionnels, qui critiquaient le manque de précision budgétaire des propositions de François Baroin.

"LE MINIMUM EST ASSURÉ"

"Enfin nous sommes entendus", s'est exclamée Gélita Hoarau, sénatrice communiste qui avait dénoncé dès le mois de novembre la "fatalité annoncée" du chikungunya face à l'inaction des autorités.

Pour Eric Magamootoo, président de la Chambre de commerce et d'industrie de la Réunion, "le minimum est assuré".

De plus, neuf millions seront consacrés à l'effort de recherche sur le virus et sept millions financeront des mesures nouvelles pour le traitement sanitaire de la maladie et sa prévention, en complément des 15 millions déjà mobilisés.

Pour mieux lutter contre la maladie, "300.000 doses de produit répulsif ou de protection contre les moustiques arriveront sur l'île à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 5 mars afin d'être distribuées aux personnes les plus fragiles", a précisé le Premier ministre.

Arrivé en début de matinée, Dominique de Villepin a visité médecins et malades du Centre hospitalier départemental de Bellepierre, à Saint-Denis, où les médecins lui ont présenté différents programmes de recherche sur le virus. Certains sont déjà lancés mais beaucoup attendent toujours un financement.

Dans les vapeurs de répulsifs anti-moustique, le Premier ministre a ensuite parcouru les rues verdoyantes d'un quartier populaire de Bras-Panon, où une opération de démoustication était en cours.

Accompagné de François Baroin et du ministre de la Santé, Xavier Bertrand, il doit rencontrer lundi à Saint-Denis les représentants du monde économique avant de s'envoler pour Paris.

A la date du 19 février, 157.000 personnes avaient déjà été atteintes par le virus, qui provoque de fortes fièvres et des douleurs articulaires. Au total, 77 décès - dont ceux de deux enfants auparavant en bonne santé - peuvent lui être imputés, directement ou indirectement.

En l'absence de vaccin et de traitement spécifique, le seul moyen de se prémunir est d'éviter les piqûres de moustiques.

*

Le chikungunya peut-il arriver en France métropolitaine ?

par Gilbert Spagnolo dit P@py, sa biographie

 

Cet article a été rédigé par un reporter d'AgoraVox, le journal média citoyen qui vous donne la parole.

16/2/6 - C'est sûrement la question que beaucoup de personnes se posent actuellement ! Le chikungunya est une maladie virale transmise par piqûre de moustiques, on sait qu'au cours de la première semaine de février, à la Réunion, plus de 70 000 cas de chikungunya ont été recensés, donc il est facile d'imaginer que des milliers d'autres individus sont porteurs du germe de ce virus qui provoque cette maladie. Parmi les porteurs qui n'ont pas encore développé la maladie,( car sa période d'incubation peut varier entre 4 et 7 jours, voire plus), il y a bien entendu les habitants de l'île, mais aussi des touristes, et les personnels appelés en renfort ( militaires, services de santé, etc.), qui vont venir ou revenir en Métropole. Une fois arrivés en France, certains porteurs de ces germes risquent de se faire piquer par un moustique du type Aedes Albopictus* : ce moustique est le vecteur du virus Chikungunya, et il est présent depuis la fin des années 1990 dans la région Sud-Ouest, vers Nice / Menton et également dans l'Orne, le Poitou/Charente et l'Oise (sur des sites de pneumatiques usagés importés). Dans cette région du Sud, la « saison » du moustique démarre au début du printemps, (on peut même en trouver quelques-uns toute l'année !), donc, ...il est logique de penser que dans cette conjoncture, une apparition du chikungunya dans ces lieux et alentour est possible ! Personnellement, je pense qu'il ne faut pas exclure cette éventualité, alors dans cette hypothèse, nos responsables sanitaires ont-ils prévu un plan d'action ? *Ce moustique est originaire de l'Asie du sud-est, comment est-il arrivé en Europe ? (voir le lien ci-dessous : Dans " EID-info " n° 8, avril 1997 http://www.eid-med.org/)

Une carte de son implantation :

http://www.inrs.fr/

http://www.lefigaro.fr/sciences/20060209.FIG0064.html?082616

COMMENT SE PROPAGE LA MALADIE

Pour la propagation de cette maladie, il faut l'association de deux éléments.

1 : le moustique, qui est le vecteur.

2 : une personne, porteuse du virus.

OU NAISSENT LES MOUSTIQUES ?

Les moustiques naissent et se développent dans les zones humides où l'on rencontre moult réserves d'eau stagnante, elles servent ainsi de « gîtes larvaires » . Ces endroits peuvent être : mares, ruisseaux, étangs, bassins d'agrément, piscines non entretenues, (pour celles qui le sont, les bâches étanches de protection qui recueillent l'eau de pluie) , et tous les récipients qui peuvent recueillir l'eau de pluie, bidons, gamelles, boîtes, vieux pneus, etc.

J'ai personnellement fait l'expérience qu'une boîte de conserve (de sardines par exemple) placée à l'ombre et remplie avec de l'eau de pluie, et riche en matières organiques issues de cadavres d'insectes, (mouches, sauterelles, etc.), était suffisante pour permettre le développement des larves jusqu'au stade adulte !

LA LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE

Voyons en premier les moyens préventifs... et écologiques :

Comme, à l'état larvaire, les moustiques ne causent pas de nuisances, on oublie facilement les moyens de prévention qui sont : le curage des ruisseaux, l'entretien des piscines et des bassins d'agrément, (à noter que dans vos bassins d'agrément, pour détruire les larves, vous pouvez mettre des gambusias, petits poissons de la taille du Guppy dont ils sont cousins.)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gambusia_affinis

Prévention encore, vider tous les récipients qui ont recueilli l'eau de pluie, vérifier ou grillager (moustiquaire) les ouvertures de vos vides sanitaires, grillager également les aérations des fosses septiques, vous pouvez également verser quelques gouttes de gas-oil dans l'eau où sont susceptibles de venir pondre les moustiques, ça marche, on en élimine pas mal, mais il faut renouveler l'opération à chaque pluie.

La lutte biologique : ( de loin la meilleure !)

Le moyen le plus efficace pour détruire les moustiques, c'est de les détruire lorsqu'ils sont à l'état larvaire, c'est-à-dire avant qu'ils ne deviennent adultes... (ou plutôt qu'elles, car ce sont uniquement les femelles qui piquent les animaux à sang *chaud : oiseaux, mammifères dont évidemment l'homme).

*Ce « repas sanguin » leur apporte un apport supplémentaire en protéines, nécessaire à la maturation de leurs oeufs.

Nous venons de le voir, les moustiques, du moins leurs larves, ont besoin, pour se développer, de zones humides, et d'endroits où stagne de l'eau dormante. C'est en agissant sur ces gîtes larvaires que la lutte biologique contre le moustique est la plus efficace. En outre, ce traitement est sans danger pour la flore et la faune (sauvage ou domestique), ce qui est aussi très important pour l'homme. Cet insecticide biologique est le bacillus thuringiensis, variété Israelensis.

http://www.pmra-arla.gc.ca/francais/pdf/fact/fs_bti-f.pdf

Il peut s'employer en pulvérisations terrestres ou aériennes (une autre méthode consiste larguer dans l'eau, par moyens aériens, des glaçons contenant du B.T., ces derniers en fondant libèrent l'insecticide : CQFD !)

Plusieurs types de larvicides biologiques à base de B.T.sont sur le marché, sous 3 formes : poudre, liquide, granules et briquettes. Je pense que celui qui est le plus pratique d'emploi pour un usage domestique est celui qui est conditionné en granulés ou en pastilles ou briquettes.

Ces larvicides sont commercialisés sous le nom de : Aquabac 200 G, c'est un larvicide biologique à base de B.T., il se présente en granulés ou en plaquettes, il est très couramment vendu au Canada pour un usage domestique.

Ou celui-ci : Vectobac G granulés, et Vectobac WG granulés dispersifs dans l'eau. (Le plus difficile sera évidemment de trouver ces produits près de chez vous.)

Dans vos moteurs de recherches, (textes et images), tapez ces deux mots clefs : AQUABAC 200G et Vectobac G.

L'emploi du Vectobac g à la Réunion, La lutte biologique marque un point :

http://www.clicanoo.com/article.php?id_article=122587

La lutte chimique (très agressive !)

A la Réunion, un insecticide a été employé «à haute dose», il s'agit du Téméphos
http://www.reunion.wanadoo.fr/web/Actualite.php?refactu=6938

Sa toxicité : http://www.inra.fr/...

Comme, à l'état larvaire, les moustiques ne causent pas de nuisance, une insouciance fait qu'en général les traitements larvaires ne sont pas effectués... ou oubliés. Alors les larves poursuivent leur développement, et soudainement éclosent, c'est ainsi qu'on assiste à une véritable prolifération, à une «invasion» de moustique adultes.... et surtout malheureusement .... piqueurs !
Leurs terribles «gratouillis» et autres désagréments du même ordre font qu'en général, on agit dans l'urgence... mais hélas, dans ce cas-là, il ne reste plus que les traitements chimiques, et à la Réunion comme ailleurs, un des insecticides les plus employés est le Fénitrothion. Inconvénient, ce dernier n'est pas sans danger pour l'environnement, les animaux... et les humains. Ainsi, à la Réunion, des personnels ( policiers pompiers, militaires) ont été plus ou moins intoxiqués, des écoles et des collèges ont dû être évacués.

La page INRA sur la toxicité du Fénitrothion http://www.inra.fr/...

A la lecture de ces dernières lignes, il est facile de comprendre que pour le bien de tous (faune, et les humains) il est nettement préférable de réduire autant que possible les gîtes larvaires, et d'utiliser un insecticide biologique.

LES SYMPTOMES DU CHIKUNGUNYA

Au début, le Chikungunya était présenté comme une maladie non mortelle, juste des symptômes grippaux, les symptômes de la fièvre chikungunya sont les suivants : une attaque soudaine, marquée par une fièvre aiguë, des douleurs musculaires et articulaires (aux extrémités des membres : poignets, chevilles et phalanges), ainsi que des éruptions cutanées. Les symptômes durent de 2 à 5 jours, et le patient se rétablit souvent sans autres manifestations particulières. Dans des cas plus sévères, ces symptômes peuvent être accompagnés de maux de tête, de nausées et de vomissements. Les douleurs articulaires peuvent persister jusqu'à trois mois après leur apparition.

Le terme «chikungunya» signifie en swahili, «celui qui est courbé», en raison des douleurs articulaires caractéristiques qui obligent le patient à adopter cette posture. Le cycle épidémique de la fièvre chikungunya est similaire à celui de la dengue et de la fièvre jaune. Les médecins sont assez désarmés face à ce virus contre lequel aucun traitement n'est disponible. Ils prescrivent des anti-inflammatoires et du repos. Depuis l'épidémie de la Réunion, certains décès suspects lui sont attribués, des vieillards, et des personnes ayant un système immunitaire fragile ou faible, ont été hospitalisés dans un service de réanimation; des formes graves dans le secteur méningo-encéphalite chez le nouveau-né ont été observés. En outre, il y a de fortes suspicions de transmission in utero, entre la mère et l'enfant. Le chikungunya est suspecté de provoquer des lésions neurologiques graves chez le fœtus, pouvant entraîner son décès in utero. Voir également le site du ministère de la Santé : http://www.sante.gouv.fr/

Article de Var Matin pour justifier sur ce sujet mes connaissances d'amateur éclairé :

http://www.mezimages.com/image/p@py/DSC03462.JPG

Pour info, liens utiles : L'entende interdépartementale pour la démoustication ( Montpellier )

http://www.eid-med.org/fr/accueil/une.htm

Les variétés de moustiques :

http://www.eid-med.org/FR/Moustique/moustiqueespece.htm

Site de l'INRA sur la toxicité des produits AGRITOX - Base de données sur les substances actives phytopharmaceutiques http://www.inra.fr/Internet/Produits/agritox/php/fiches.php

Le site du ministère de l'Agriculture sur ce larvicide biologique :

http://e-phy.agriculture.gouv.fr/usa/41012001.htm

La mission d'appui à la lutte contre l'épidémie du chikungunya à la Réunion.
http://www.ird.fr/fr/institut/rapport/2005/chikungunya.pdf

Tous ces éléments font qu'il faut être attentif et prévoyant, car prévoir est bien le début de la sagesse.

Conclusion : la lutte contre les moustiques est l'affaire de tous, pouvoirs publics et aussi, particuliers !

186.000 cas de chikungunya à la Réunion, signes de stabilisation

SAINT-DENIS-DE-LA-REUNION (Reuters) - 3/3/6 - Vingt neuf mille nouveaux cas de chikungunya ont été dénombrés à la Réunion du 20 au 26 février, des chiffres qui portent le total à 186000 depuis le début de l'épidémie mais témoignent d'une stabilisation de la propagation de la maladie.

Selon les chiffres communiqués vendredi par la Cellule InterRégionale Epidémiologique (CIRE), 173.600 personnes ont été infectées par le virus transmis par un moustique depuis le 1er janvier.

L'épidémie a connu une croissance exponentielle à partir de la fin décembre, culminant à plus de 45.000 cas dans la semaine du 30 janvier au 5 février.

Le nombre de nouveaux cas hebdomadaires régresse depuis, bien que les chiffres enregistrés après le 15 février soient susceptibles d'être réévalués en raison de déclarations tardives au réseau de surveillance.

L'épidémie est stabilisée à un niveau très élevé, estime Philippe Renault, médecin épidémiologiste à la CIRE.

"Une maladie vectorielle peut atteindre un palier puis redémarrer, il faudra attendre que la décroissance soit franche sur tous les indicateurs" pour conclure au franchissement du pic épidémique, ajoute-t-il.

Le nombre de décès imputables directement ou indirectement au chikungunya depuis le 1er janvier s'élève à 93, contre 77 une semaine plus tôt. L'âge médian des victimes est de 78 ans.

"Nous sommes en train de gagner la bataille contre le moustique, nous enregistrons des premiers résultats encourageants", a déclaré vendredi le préfet de la Réunion.

CONTROVERSE SUR LA DEMOUSTICATION

Il s'est dit soucieux de "tordre le cou" aux doutes sur l'utilité de la démoustication exprimés par des entomologistes.

Laurent Cayrel a rendu public un courrier signé par Didier Fontenille, spécialiste des insectes nuisibles à l'Institut de Recherche et de Développement, basé à Paris, soulignant que "limiter l'abondance du vecteur fait diminuer la propagation" de l'épidémie.

Le spécialiste relève plusieurs "erreurs" dans les récents propos d'un ancien inspecteur général de l'IRD, René Le Berre, qui a qualifié de "politique cosmétique" les actions de démoustication engagées à la Réunion.

"Cela ne sert à rien, car pour être efficace il faudrait éliminer pratiquement tous les moustiques vecteurs, ce qui est impossible", affirmait ce dernier le 1er mars sur un site internet, repris par la presse locale.

La poursuite des opérations de démoustication pourrait être perturbée dans les prochains jours par la dégradation des conditions météorologiques.

La Réunion est en alerte cyclonique depuis vendredi midi (08h00 GMT) en raison de la formation d'une dépression tropicale, baptisée Diwa, à moins de 1.000 Km des côtes nord de l'île.

Selon Météo France, le phénomène se renforcera en tempête au cours des prochaines 48 heures et passera au plus près de la Réunion dans la journée de dimanche.

*

Chikungunya : premiers cas officiels à Madagascar

ANTANANARIVO (AFP) - 4/3/6 - Des premiers cas de chikungunya, maladie transmise par un moustique, ont été enregistrés à Madagascar, ont annoncé samedi soir les autorités sanitaires malgaches.
"Il y a des cas sporadiques de chikungunya", a déclaré le ministre malgache de la Santé, le Dr Jean-Louis Robinson, sans avancer de chiffres.

Parallèlement, la Grande Ile connaît "une épidémie de dengue classique", infection aussi véhiculée par un moustique, a-t-il ajouté.

Il s'exprimait à Antananarivo lors d'une conférence de presse conjointe avec le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Lee Jong-wook, actuellement en visite dans l'océan Indien.

Apres Madagascar, ce dernier doit se rendre à l'île Maurice voisine, aussi touchée par le chikungunya.

Cette maladie n'est pas mortelle, mais peut être fatale chez des personnes déjà faibles. Il n'existe ni vaccin ni traitement préventif pour le combattre. La maladie se traduit par une forte fièvre, des éruptions cutanées, des courbatures dans les articulations, obligeant le malade à se déplacer courbé.

Elle a causé 93 décès directs ou indirects sur l'île voisine française de la Réunion, et les Seychelles et Maurice ne sont pas épargnées.

La semaine dernière, la France avait envoyé à Madagascar une vingtaine de civils et militaires français pour former du personnel local à démoustiquer la Grande Ile.

Quant à la grippe aviaire, le ministre malgache a affirmé qu'aucun cas n'avait été constaté dans toute l'île, rappelant que son gouvernement avait pris depuis novembre des mesures pour "prévenir l'entrée de cette maladie, comme la mise en quarantaine des oiseaux à plumes importés et amenés à Madagascar".

Le redoutable virus H5N1 de la grippe aviaire a fait plus de 90 morts, principalement en Asie, depuis 2003, et provoqué la mort de quelque 200 millions de volatiles ayant succombé à cet agent infectieux ou ayant été abattus dans le but d'enrayer sa propagation

*

Le chikungunya : "la maladie qui brise les os"

Vitraulle Mboungou

Afrik.com - 9/6/3 - Le nombre de victimes du chikungunya ne cesse d’augmenter depuis son apparition sur l’île de la Réunion en mars 2005. Après avoir fait près de 80 morts, cette maladie qui signifie en swahili, « maladie qui brise les os ou maladie de l’homme courbé » provoque de fortes douleurs articulaires aux conséquences dramatiques pour ceux qui en souffrent.

Le chikungunya, maladie (mortelle) transmise par les moustiques, tourmente inlassablement ses victimes en les faisant horriblement souffrir. Comme en témoigne la signification même de son nom en swahili : « maladie qui brise les os », Elle a touché un quart de la population réunionnaise et continue de faire des ravages. Stéphanie, jeune Réunionnaise de 24 ans, installée en métropole depuis une dizaine d’années, a contracté le chikungunya lors de ses dernières vacances sur l’île en décembre dernier. Elle a été infectée dix jours avant son retour. La jeune femme témoigne de sa terrible expérience dont elle porte encore les séquelles.

La maladie s’est d’abord manifestée, chez elle, sous la forme d’une légère fièvre, accompagnée de plaques rouges sur tout le corps, assimilée à une «allergie géante». Est apparue ensuite une douleur «insupportable» suivie d’une forte fièvre atteignant les quarante degrés. «Du jour au lendemain, je me suis retrouvée paralysée de douleur. Il m’était devenu presque impossible de bouger», explique Stéphanie. « J’avais l’impression de ne plus avoir de chair sous les pieds, que mes os touchaient le sol lorsque je marchais », une douleur atroce que les six comprimés de paracétamol et les anti-inflammatoires n’arrivaient pas à soulager. De simples activités quotidiennes, comme se lever du lit, deviennent très vite de véritables épreuves physiques. D’autres symptômes viennent se rajouter aux douleurs articulaires. La jeune Réunionnaise parle ainsi de « démangeaisons horribles » qui l’ont pris au bout de trois jours de maladie : « j’en ai développé des tics pour éviter de me gratter ».

Une douleur amplifiée par le moindre souci de santé

Mais une fois la fièvre passée, la douleur demeure. Elle se manifeste de manière cyclique et amplifie le moindre souci de santé. Stéphanie, qui avait un problème de circulation de sang, s’est ainsi retrouvée avec les jambes enflées et des forts maux de tête. Tout est alors devenu très vite insupportable. Le simple fait de marcher relève ainsi, encore aujourd’hui, du parcours de combattant. La douleur s’est généralisée dans tout le corps, les articulations en particulier, souligne-t-elle. « C’est devenu très gênant pour la pratique de mon métier, je suis créatrice de bijoux ». Ces douleurs à répétition paralysent sa dextérité et l’agilité de ses doigts : « à cause de mes douleurs, au niveau des phalanges notamment, j’ai dû mettre mon travail en stand by, cela retarde mes projets professionnels car je voulais me mettre à mon compte ».

Ces douleurs sont réellement handicapantes au quotidien pour cette jeune Parisienne. Il n’existe pratiquement aucun moment où la douleur ne se fait pas sentir : «la moindre fatigue me cloue au lit, il est difficile de trouver le juste milieu entre mes différentes activités et rester complètement immobile pour éviter la douleur», explique-t-elle. « Mais, je suis plus inquiète pour ma famille restée à La Réunion car ils sont tous touchés, sauf les enfants ». La Réunion dénombre à ce jour, près de 80 morts et près de 150 000 malades atteints du chikungunya.

*

Chikungunya : presque toute la population de la Réunion menacée

 

SAINT-DENIS-DE-LA-REUNION (Reuters) - 8/3/6 - La quasi totalité de la population de la Réunion risque à terme d'être touchée par l'épidémie de chikungunya, en raison d'une faible proportion de porteurs sains, montre une étude rendue publique dans ce département français d'outre-mer.

Selon cette étude de séroprévalence, sur 567 femmes enceintes de l'île, dont le sang a été prélevé entre le 15 janvier et le 15 février, 19% présentaient des traces d'anticorps générés par le virus.

Ce pourcentage est similaire à celui de la population déjà atteinte par le chikungunya à la même date.

"Cette cohérence nous a surpris. Nous avions tendance à penser qu'il y avait des formes asymptomatiques. En fait il y en a extrêmement peu", a déclaré à la presse le professeur Antoine Flahaut, directeur de recherche à l'Inserm et chargé de la coordination des recherches sur le virus. "Cela veut dire que cette histoire n'est pas derrière nous."

Les analyses ont été pratiquées par le Centre national de référence des arboviroses, à Lyon.

La quasi-absence de porteurs sains du virus, c'est-à-dire qui ont été infectés mais n'ont pas développé de symptômes de la maladie, indique que la marge d'infection est encore très forte sur l'île. Selon le préfet de la Réunion Laurent Cayrel, "80% de la population risquent encore de contracter le chikungunya puisque 20% ont déjà été atteints".

 

REPRISE DES OPERATIONS DE DEMOUSTICATION

Les derniers chiffres communiqués par l'Institut national de veille sanitaire montrent qu'au 26 février 186.000 personnes avaient été touchées par le virus, sur une population totale de 780.000 habitants.

Quatre-vingt treize décès sont d'autre part imputables, directement ou indirectement, au virus. L'âge médian des victimes est de 78 ans.

En l'absence de vaccin, la démoustication et la protection individuelle contre les piqûres de moustique restent les seuls moyens de lutte contre l'épidémie.

Les opérations de démoustication, menées par 3.600 civils et militaires, ont été suspendues de samedi à lundi en raison des fortes pluies générées par le passage de la tempête tropicale Diwa à proximité de La Réunion. Ces opérations ont repris mardi dans certaines régions de l'île.

La tempête a eu un effet destructeur sur les vecteurs de la maladie mais "la population de moustiques va chercher à se reconstituer", souligne le préfet.

La prolifération des moustiques s'interrompt naturellement au début de l'hiver austral, en mai-juin.

Invité du "Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI, le ministre de la Santé Xavier Bertrand s'était montré "prudent", dimanche, sur l'évolution de l'épidémie.

"Nous semblons aujourd'hui avoir moins de nouveaux cas de chikungunya", a-t-il dit, tout en ajoutant qu'il ne fallait pas "donner le sentiment que le gros de l'épidémie" était passé.

*

Chikungunya : Chirac assure la Réunion et Mayotte de "la mobilisation de la Nation"


PARIS (AFP) - 16/3/6 - Le président Jacques Chirac a assuré jeudi les habitants de la Réunion et de Mayotte de "la mobilisation de la Nation toute entière" en recevant les élus de ces deux îles françaises de l'Océan indien touchées par l'épidémie de chikungunya.
Le chef de l'Etat a reçu quinze parlementaires de la Réunion et de Mayotte pendant deux heures à l'Elysée pour "faire le point sur l'épidémie", selon un communiqué de la présidence. Xavier Bertrand (Santé), François Baroin (Outre-mer) et Léon Bertrand (Tourisme) ont également pris part à cette réunion.

L'épidémie de chikungunya qui sévit depuis plus d'un an à la Réunion a franchi vendredi dernier le cap de 200.000 personnes contaminées - soit près d'un quart des Réunionnais, après avoir provoqué 125 décès depuis le début de l'année, mais elle a amorcé une phase descendante.

M. Chirac "a exprimé sa profonde solidarité avec nos concitoyens touchés par la maladie" et "a assuré que tout est fait et que tout sera fait pour leur venir en aide comme il a tenu à rappeler que tout est également mis en oeuvre pour faire face aux conséquences économiques", selon l'Elysée.

Le gouvernement a annoncé que 60 millions d'euros d'aide seront versées à la Réunion pour faire face aux conséquences de l'épidémie et le taux d'indemnisation pour les entreprises a été porté à 80%.

Le président de la République a également souligné "la volonté des pouvoirs publics de contribuer à l'amélioration de la situation sanitaire outre-mer, particulièrement dans le domaine de la veille épidémiologique et de la recherche", selon le communiqué.

Après avoir rendu hommage "à la dignité" des habitants des deux îles, ainsi qu'aux personnels de santé, aux fonctionnaires et militaires, M. Chirac a affirmé que "les Réunionnais et les Mahorais peuvent compter sur la mobilisation de la Nation tout entière".

"Je pense que ça été très positif, ça été une réunion réussie", a déclaré aux journalistes la sénatrice communiste de la Réunion Gélita Hoarau.

"Le président a écouté tous les élus (...). Tous les aspects sanitaires, économiques, sociaux, écologiques ont été abordés et il y a eu des réponses concrètes avec notamment la création d'un centre de recherche à la Réunion même", s'est-elle félicitée.

Provoqué par la piqûre d'un moustique infecté, le chikungunya ("celui qui marche courbé" en swahili) provoque de fortes fièvres, des céphalées et des douleurs articulaires

*

 

PRÉVENTION CHIMIQUE

LE DEET

Mosquitoes and Mosquito Repellents :
A Clinician's Guide

Mark S. Fradin, MD

N,N-diethyl-3-methylbenzamide (DEET) is the most effective, and best studied, insect repellent currently on the market. This substance has a remarkable safety profile after 40 years of worldwide use, but toxic reactions can occur (usually when the product is misused).
When DEET-based repellents are applied in combination with permethrin-treated clothing, protection against bites of nearly 100% can be achieved.
Plant-based repellents are generally less effective than DEET-based products.
Ultrasonic devices, outdoor bug "zappers," and bat houses are not effective against mosquitoes.
Highly sensitive persons may want to take oral antihistamines to minimize cutaneous reactions to mosquito bites.


The quest to make humans less attractive to mosquitoes has fueled decades of scientific research on mosquito behavior and control. In the United States, mosquito bites are mostly a nuisance. Worldwide, however, mosquitoes transmit disease to more than 700 000 000 people annually and will be responsible for the deaths of 1 of every 17 people currently alive [1].
Malaria results from infection with a protozoan carried by mosquitoes and, according to reports from the World Health Organization, causes as many as 3 000 000 deaths annually [2].
Mosquitoes transmit the arboviruses responsible for yellow fever, dengue hemorrhagic fever, epidemic polyarthritis, and several forms of encephalitis (some of which are found in the United States). Bancroftian filariasis is caused by a nematode transmitted by mosquito bite.

Historically, the strategies for reducing the incidence of mosquito-borne disease have been two-pronged, centering around habitat control (through chemical and biological means) and the use of personal protection in the form of insect repellents. This paper reviews the scientific data on chemical (synthetic) and natural (plant-derived) insect repellents currently available, debunks some of the popular myths about alternative repellents, reviews effective techniques for reducing mosquito populations in the local environment, and provides the clinician with the practical information needed to advise patients on how to safely and effectively reduce their likelihood of being bitten by mosquitoes.
By doing a MEDLINE search with the keywords DEET, insect repellents, mosquito, citronella, and permethrin, pertinent articles published in English-language journals between 1966 and 1997 were identified and reviewed. The World Wide Web and the Extension Toxicity Network database were also searched for toxicology data and other pertinent information. Selection from the bibliographies of relevant articles augmented the database search. Major distributors of natural insect repellents were contacted and asked to provide scientific data, if available, supporting the efficacy of their products.

Mosquitoes are found all over the world, except in Antarctica. These two-winged insects belong to the order Diptera. Members of the genera Anopheles, Culex, and Aedes are most commonly responsible for bites in humans. There are approximately 170 species of mosquitoes in North America alone.

To develop, mosquitoes require an environment of standing water. As a group, they have adapted to complete their life cycle in diverse aquatic habitats, including fresh water; salt water marshes; brackish water; or water found in containers, old tires, or tree holes. The life cycle of the mosquito has four stages. The female mosquito lays her eggs, up to several hundred at a time, on the surface of the water or in an area subject to flooding. Unhatched eggs of some species can withstand weeks to months of desiccation, remaining viable until the right conditions for hatching occur. The eggs of most species hatch in 2 to 3 days, and the larvae feed on organic matter in the water for about a week until they change into pupae. The pupae live at the surface of the water for 2 to 3 days before metamorphosing into adult mosquitoes.

Only female mosquitoes bite. Male mosquitoes feed primarily on flower nectar, whereas female mosquitoes require a blood meal to produce eggs. They usually feed every 3 to 4 days; in a single feeding, a female mosquito typically consumes more than its own weight in blood [3]. Certain species of mosquitoes prefer to feed at twilight or nighttime; others bite mostly during the day.

Some mosquito species are zoophilic (preferring to feed on animals) and others are anthropophilic (showing a preference for human blood). In some mosquito species, seasonal switching of hosts provides a mechanism for transmitting diseases from animal to human. (It is worth noting, however, that mosquitoes cannot transmit HIV because the virus neither survives nor replicates in mosquitoes and the blood from the last bitten person is not flushed into the next person during subsequent feeds. In addition, the circulating viral load of most HIV-infected persons is so low that the theoretical risk that a mosquito bite would transmit HIV is estimated to be less than 1 in 10 000 000 [4, 5].)

Stimuli That Attract Mosquitoes

The factors involved in attracting mosquitoes to a host are complex and are not fully understood [6-11]. Mosquitoes use visual, thermal, and olfactory stimuli to locate a host. Of these, olfactory cues are probably most important. For mosquitoes that feed during the daytime, movement of the host and the wearing of dark-colored clothing may initiate orientation toward a person [3, 12]. Visual stimuli seem to be important for in-flight orientation, particularly over long ranges, whereas olfactory stimuli become more important as a mosquito nears its host.

It has been estimated that 300 to 400 compounds are released from the body as by-products of metabolism and that more than 100 volatile compounds can be detected in human breath [9]. Of these odors, only a fraction have been isolated and fully characterized. Carbon dioxide and lactic acid are the two best-studied mosquito attractants. Carbon dioxide, released mainly from breath but also from skin, serves as a long-range airborne attractant and can be detected by mosquitoes at distances of up to 36 meters [3, 13-15]. Lactic acid, in combination with carbon dioxide, is also an attractant. Mosquitoes have chemoreceptors on their antennae that are stimulated by lactic acid. These same receptors may be inhibited by N,N-diethyl-3-methyl-benzamide (DEET)-based insect repellents [16].

At close range, skin temperature and moisture serve as attractants [3, 9, 17]. Different species of mosquitoes may show strong biting preferences for different parts of the human body (such as the head or feet), which may be related to local skin temperature and eccrine sweat gland output [18, 19]. Anhidrotic persons show markedly decreased attractiveness to mosquitoes [6]. Other volatile compounds, derived from sebum, eccrine and apocrine sweat, or the cutaneous microflora bacterial action on these secretions, may also act as chemoattractants [6, 20, 21]. Whole-host odors are more attractive than carbon dioxide and lactic acid alone [22]. Floral fragrances from perfumes, soaps, lotions, and hair-care products may also attract mosquitoes [23].

The attractiveness of different persons to the same or different species of mosquitoes varies substantially [17, 24]. In general, adults are more likely to be bitten than children [17, 25], although adults may become less attractive to mosquitoes as they age [6]. Men are bitten more readily than women [3, 26]. Larger persons tend to attract more mosquitoes, perhaps because of their greater relative heat or carbon dioxide output [27].

Insect Repellents


Despite the obvious desirability of finding an effective oral mosquito repellent, no such agent has been identified [28, 29]. Thus, the search for the perfect topical insect repellent continues. This ideal agent would repel multiple species of biting arthropods, remain effective for at least 8 hours, cause no irritation to the skin or mucous membranes, cause no systemic toxicity, be resistant to abrasion and rub-off, and be greaseless and odorless. No available insect repellent meets all of these criteria.

Efforts to find such a compound have been hampered by the numerous variables that affect the inherent repellency of any chemical. Repellents do not all share a single mode of action, and surprisingly little is known about how repellents act on their target insects [30, 31]. Moreover, different species of mosquitoes may react differently to the same repellent [32].

To be effective, a repellent must show an optimal degree of volatility, making it possible for an effective repellent vapor concentration to be maintained at the skin surface without evaporating so quickly that it loses its effectiveness. Many factors play a role in how effective any repellent is, including the frequency and uniformity of application, the number and species of the organisms attempting to bite, the user's inherent attractiveness to blood-sucking arthropods, and the overall activity level of the potential host [33]. Abrasion from clothing, evaporation and absorption from the skin surface, wash-off from sweat or rain, higher temperatures, or a windy environment all decrease repellent effectiveness [17, 34-37]. Each 10°C increase in temperature can lead to as much as a 50% reduction in protection time [37]. The repellents currently available must be applied to all exposed areas of skin; unprotected skin a few centimeters away from a treated area can be attacked by hungry mosquitoes [33, 35].

Chemical Insect Repellents


N,N-Diethyl-3-Methylbenzamide (DEET)

Previously called N,N-diethyl-m-toluamide, N,N-diethyl-3-methylbenzamide (DEET) remains the gold standard of currently available insect repellents. This substance was discovered and developed by scientists at the U.S. Department of Agriculture and was patented by the U.S. Army in 1946. It was subsequently registered for use by the general public in 1957. It is a broad-spectrum repellent that is effective against mosquitoes, biting flies, chiggers, fleas, and ticks. Twenty years of empirical testing of more than 20 000 other compounds has not resulted in another marketed chemical product with the duration of protection and broad-spectrum effectiveness of DEET [30, 33, 38-41]. The U.S. Environmental Protection Agency (EPA) estimates that more than 38% of the U.S. population uses a DEET-based insect repellent every year and that worldwide use exceeds 200 000 000 people annually [42].

*

PERMETHRIN

What is Permethrin ?

Permethrin is a man-made insecticide, structurally similar to a naturally-occurring chemical called pyrethrum. Pyrethrum was initially derived from the crushed dried flowers of the daisy Chrysanthemum, whose insecticidal properties have been recognized since the 18th century. The permethrin which is currently sold to consumers is a synthesized product that was developed in the 1970's

How does permethrin work ?

 Permethrin works as a contact insecticide, damaging the nervous system of insects which come in contact with it, leading to either their death or "knockdown". Permethrin is effective against multiple species of crawling and flying insects, including mosquitoes, ticks, fleas, bedbugs, chiggers, and flies. Ticks crawling across permethrin-treated pant legs or socks are likely to drop off before they are able to attach and feed. Studies have shown that permethrin-treated bednets can dramatically reduce the risk of getting malaria, through their ability to kill mosquitoes that fly into the treated netting.


What is the difference between DEET and permethrin ? Can I use them interchangeably ?

 DEET and permethrin complement one another, but they are not interchangeable. DEET works to repel biting insects, by blocking the receptors on an insect's antennae which help it home in on its host. Permethrin is not an insect repellent. It works as a contact insecticide, stunning or killing insects that come in contact with it.


Can I use DEET and permethrin together, or is the combination unnecessary ?

 
When maximum protection against insect bites is needed or desired, the ideal solution is to use a combination of DEET on exposed skin, and wear permethrin-treated clothing. An extended-duration DEET insect repellent (Ultrathon®) and permethrin-treated clothing is the standard personal protection system used by the U.S. military deployed in areas of the world where insect-borne disease is a real threat. One field study showed that the use of both of these products provided 99.9% protection against mosquito bites, in an environment where unprotected persons received an average of 1,188 bites per hour !


What is the proper way to use permethrin ?

 
Permethrin should be applied to clothing, or to other fabrics (tent walls, mosquito nets, etc.). It is not intended for direct application to the skin. When treating a garment with permethrin spray, spray the cloth outdoors and allow it to dry before wearing.

 
Does permethrin need to be reapplied frequently to keep working ?

 No. One of the best things about permethrin is its length of effectiveness per application. When applied to clothing by aerosol or trigger spray, permethrin provides protection lasting up to two weeks or two washings, whichever comes first. Clothing soaked in permethrin solution is effective for up to 4 months per application on stored garments.

 
Is permethrin approved for children ?

Permethrin-treated fabrics should be safe for children of any age. Once the permethrin has dried on the clothing, it is bound so tightly to the fibers that any potential for absorption through the skin is negligible.

 
Will permethrin damage my clothes ?

No. Permethrin is colorless, odorless, and non-staining. It should not change the feel or look of the clothing to which it is applied.

 
Do I have to worry about using it around my pets ?

Permethrin should not be sprayed around ponds or any other areas where fish are found, since the chemical is toxic to fish. Permethrin has not been shown to be toxic to birds.
Although there are permethrin sprays specifically sold for use on dogs, these products should never be used on cats. Because of their grooming habits and slow metabolism of permethrin, cats are much more susceptible to toxicity from permethrin. Again, once the permethrin has dried on any fabric, toxicity should no longer be of any concern.

 Is there any toxicity associated with permethrin use that I need to worry about ?

 Since permethrin is not intended for direct use on the skin, there are very few concerns about toxicity. Any permethrin that might inadvertently get on the skin, however, is very poorly absorbed (less than 2% of the applied dose). Permethrin is rapidly inactivated by skin and liver esterases, and its metabolites are then readily excreted by the kidneys. There is no evidence that permethrin accumulates in human tissues. Although occupational exposure to large amounts of permethrin has been associated with transient symptoms of itching, burning, or numbness, these symptoms have not been reported in consumers applying the products to clothing. Studies have not shown permethrin to be a human teratogen, mutagen, or carcinogen.

 Given that permethrin is an insecticide, am I hurting the environment when I use it ?

 Studies have shown that permethrin is environmentally safe. Permethrin is degraded by sunlight, which limits its persistence in the environment. Its half-life is less than 30 days in soil, and the chemical is readily metabolized by soil microorganisms. Once dried on fabric, permethrin is so tightly bound to the fibers themselves, that "leaching" into the environment is essentially not possible.

 
Mark S. Fradin, M.D. is Adjucnt Clinical Associate Professor of Dermatology, University of North Carolina/Chapel Hill and the author of Mosquitoes and Mosquito Repellents: A Clinician's Guide.

*

Des répulsifs à prix repoussants

 

Lotion cinq sur cinq

*

Marie Payrard


Journal de l'Ile - 3/2/6 - L’art du yo-yo selon les pharmaciens. Les prix pratiqués dans les officines de l’île peuvent varier du simple au double pour un même produit anti-moustiques. Comme quoi, le chikungunya n’est pas néfaste pour tout le monde. La répression des fraudes veillera au grain, avait annoncé avec fermeté le dernier ministre de passage. Le hic, c’est que les prix de vente sont libres et qu’aucune mesure répressive n’existe.

Le chikungunya ne fait pas que des malheureux. Pendant que des milliers de Réunionnais se tordent de douleur et que les chefs d’entreprise développent des ulcères, d’autres se frottent les mains. Ainsi, certains pharmaciens n’hésitent pas à profiter de la hausse de la demande de produits anti-moustiques pour gonfler leur prix de vente. Si vous souhaitez acquérir la lotion “cinq sur cinq tropic”, répulsif réputé depuis des décennies dans le monde comme l’un des sprays les plus efficaces - c’est le chouchou des routards et le produit le plus recommandé pour les touristes qui se rendent dans les pays sous-développés - vous pouvez aligner jusqu’à 14,64 euros. Sachant que pour la protection optimale d’une famille de 4 personnes, il sera vidé en 15 jours, il faut que les portefeuilles des Réunionnais soient bien remplis s’ils veulent éviter de choper ce virus (le calcul est rapide : puisque la maladie est partie pour durer, c’est un budget annuel de 350 euros).

AUCUNE SANCTION

Sans compter les serpentins, bracelets, crèmes et autres remèdes miracle... Le problème, c’est que pour un même produit, les prix peuvent varier du simple au double d’une officine à l’autre. Vous débourserez 7,5 euros pour un répulsif dans une parapharmacie du Port contre 14,64 euros si vous vous rendez dans une autre de Cilaos (lire tableau ci-contre). Non, nous ne sommes pas tous égaux devant la maladie. Une fluctuation que l’on doit à plusieurs facteurs. Tout d’abord, en amont, les laboratoires n’hésitent pas à pratiquer des prix à la hausse. “Un laboratoire me réclame désormais 2 euros de plus que le prix habituellement pratiqué sur mon produit, rapporte un fournisseur. Il voit que la demande augmente à la Réunion, alors il en profite.” Si le grossiste n’accroît pas également sa marge, les deux euros seront répercutés directement dans les rayons. Reste qu’à l’autre bout de la chaîne, les commerçants sont libres d’afficher les prix qu’ils désirent. Et c’est là que le bât blesse. Depuis décembre1986, la France est régie par un système de liberté des prix et de la concurrence.

ÉNORMÉMENT D’ABUS

Aucune sanction n’est envisageable pour un pharmacien qui décide du jour au lendemain de multiplier son prix de vente par deux puisqu’il n’existe pas d’infraction d’abus de tarif. “Nous pouvons juste leur conseiller de baisser les prix”, reconnaît Marc Garcia, directeur départemental de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (Ddccrf). Le préfet fait donc appel “au comportement citoyen de chacun”, dénonçant dans un même temps des personnes effectuant des achats de produits anti-moustiques dans les grandes surfaces, revendus le double dans leur commerce. Apparemment, les services de l’État ne fonctionnent plus en vase clos puisque, de son côté, Marc Garcia estime que “d’une manière générale, les prix sont restés raisonnables” et qu’il n’y a “pas de cas d’abus manifeste” constaté par les quatre agents qui enquêtent sur le terrain depuis la semaine dernière. Ce n’est pas non plus l’avis des associations de consommateurs. “On nous a signalé énormément d’abus au niveau des serpentins”, insiste Olivier Bassand, président de l’organisation générale des consommateurs réunionnais (Orgeco). Depuis deux jours, les services préfectoraux ont mis en place un numéro vert (0800 402 402) destiné à recueillir les difficultés d’approvisionnement ou constats de prix excessifs avec l’aide des consommateurs. Mais à moins que la préfecture ne rende publique la liste des abus observés, elle reste impuissante à agir contre ces pratiques. La seule sanction efficace : le consommateur et son choix de se rendre chez le concurrent le moins cher.

La pénurie s’installe. Malgré les propos rassurants du préfet à propos des stocks, il existe de grosses difficultés d’approvisionnement pour plusieurs magasins ou répulsifs. Exemple dans la parapharmacie de Carrefour, plus aucun produit anti-moustiques n’est à la vente. “C’est sûr, c’est pas un flux tendu, mais les containers arrivent régulièrement”, affirme Marc Garcia, directeur départemental de la répression des fraudes. De son côté, Laurent Cayrel reconnaît que “certains containers sont retardés en Arabie Saoudite”, même s’il estime qu’il n’y a pas pénurie. Cependant, nous avons pu observer qu’un tiers des pharmacies interrogées (27) n’ont plus de “cinq sur cinq tropic” dans leurs rayons et que les deux tiers restants n’en possèdent qu’une poignée. La plupart des pharmaciens avouent que la date d’arrivage du stock a été renvoyée aux calendes grecques. Certains abandonnent même l’idée de commander à nouveau ce produit faute de le voir arriver depuis des semaines

*


Ruée sur les anti-moustiques, mais pas de pénurie


Journal de l'Ile - Face à l’ampleur de l’épidémie, les Réunionnais se ruent sur les répulsifs à moustiques. Mais si certains produits semblent manquer et des rayons se vider, la pénurie n’est pas à l’ordre du jour. Trois containers sont arrivés vendredi et cinq autres doivent suivre dès demain.

Samedi matin, dans le rayon “produits anti-moustiques” d’une grande surface de Sainte-Clotilde. Une armada de clients se presse entre les rayonnages exigus et les palettes de produits qui ne sont pas encore déballées. Ils jouent des coudes pour se frayer un chemin vers les répulsifs. Dans les caddies, serpentins, lotions et les recharges font florès. Il n’est plus question d’acheter boîte par boîte. Cette famille de La Montagne glisse une dizaine de boîtes de serpentins entre ses courses. “Je n’en ai jamais autant acheté, expliquent Valérie et Hugues. Nous sommes devenus très vigilants. Surtout pour notre enfant”. “À La Montagne, ces derniers jours, il n’y a plus grand-chose. Alors, vu qu’on est venu faire les courses ici, on en profite pour faire des stocks”, poursuivent-ils. Joy’s, de Saint-Denis achète quelques boîtes de serpentins aussi, mais “pas plus que les autres années”. En effet : “Là où j’habite, le quartier a été désinsectisé”.

HUIT CONTAINERS EN CINQ JOURS

Mickaëlle profite d’une escapade à Saint-Denis, pour chercher des serpentins : “Au Tampon, je n’en trouve plus depuis deux jours”. En revanche, Mélanie de Sainte-Clotilde est inquiète surtout pour l’une de ses filles qui est enceinte. Elle se rue sur tous les produits du rayon et achète en grand nombre : “Là, j’en ai pour environ soixante euros. Je prévois au cas où une pénurie s’installerait”, lâche-t-elle. Mais, pour l’heure, il ne manque de rien dans ce rayon. “Nous avons connu quelques moments de rupture, surtout il y a une quinzaine de jours. Les grossistes locaux ne pouvaient plus fournir, alors nous avons fait appel à notre plate-forme de métropole pour faire venir un maximum de produits”, explique le responsable du magasin en question. Ce chargement est attendu par voie aérienne aujourd’hui ou demain. En revanche, samedi midi, le rayon d’une moyenne surface de Saint-Denis était vide. “Je suis en rupture de spirales, annonce le gérant. Et je ne peux pas commander les quantités que je souhaite. Les fournisseurs limitent en fonction de chaque dépositaire”. Alors oui, quelques points de vente semblent manquer de certains produits, mais l’île est régulièrement approvisionnée, et les grandes surfaces semblent avoir du stock. Du côté de la préfecture, on affirme qu’“aucune difficulté majeure d’approvisionnement n’est enregistrée”, même si “en fin de semaine passée, il a pu être constaté, dans certains secteurs du département, l’absence de certains produits dans les commerces”. Trois containers de produits anti-moustiques sont arrivés vendredi dernier et cinq autres sont prévus pour demain. Et les arrivées par avion sont facilitées. “Il s’agit là, de problèmes de réassortiment ponctuels, les grossistes et les grandes surfaces ont des stocks, analysait hier Laurent Cayrel, le préfet. Et l’avion du Premier ministre emmène des crèmes et des serpentins dans ses soutes”. La pénurie n’est donc pas à l’ordre du jour, mais la préfecture demande à la population de ne pas “céder à un mouvement incontrôlé de surstockage”.

*

TÉMOIGNAGES

La Réunion : des habitants résignés à vivre longtemps avec le chikungunya

LA RAVINE DES CABRIS (AFP) - 3/2/6 - Le chikungunya a élu domicile dans chaque rue, chaque ruelle de la Ravine des Cabris, et ses habitants, sceptiques sur les méthodes de lutte contre l'épidémie, craignent de devoir vivre des années encore avec le virus.
"C'est rare qu'on ne connaisse pas quelqu'un qui a attrapé le chikungunya", le virus de "l'homme courbé", reconnaît Liliane Boyer, qui vit dans une petite maison de ce quartier très agricole de l'arrondissement de Saint-Pierre, dans le sud de La Réunion, la zone la plus touchée.

"Moi, je l'ai eu en premier, depuis le 13 janvier, mon mari l'a eu et ma petite l'a eu", énumère cette mère au foyer, inquiète de l'inefficacité des mesures de prévention pour sa fille Aindra, 5 ans et demi.

"On enlève l'eau, on met des spirales anti-moustique, tous les jours elle avait de la crème, mais elle a été piquée quand même", précise-t-elle. "Quand je vois un moustique, je m'affole".

Au début, on avait du mal à retenir le nom", se souvient Liliane Boyer. "J'ai peur pour après, si le virus reste là".

"Moi, je pense que le moustique sera toujours là. S'il n'y a pas un vaccin, je ne vois pas à quoi bon démoustiquer", assure son mari Irénée Fidélis, chauffeur routier.

Junot Payet, un jardinier habitant dans un ensemble de logements dans la même rue, raconte que "d'abord, ça a été ma soeur, puis mon frère qui était en vacances et l'a ramené en métropole". Cet homme robuste de 46 ans se remet lentement de la maladie se traduisant par une forte fièvre (plus de 39°C), des éruptions cutanées, des douleurs dans les articulations.

"Au début, je faisais attention, puis je ne prenais pas bien garde parce que je travaillais. Je travaille à l'air libre, je suis exposé", explique-t-il. "Et encore, on a de la chance, il ne pleut pas, sinon ç'aurait été infesté de partout".

"Maintenant, je suis immunisé", se console Junot Payet, qui a renoncé à utiliser des produits antimoustiques: "il faut en acheter tout le temps".

Selon les données scientifiques disponibles, une personne ne peut être contaminée qu'une seule fois, mais peut connaître des rechutes, et il n'existe ni vaccin, ni traitement préventif médicamenteux.

"On va être tous piqués", poursuit Junot Payet. "On a l'impression d'être vieux, vous avez mal partout dans le corps".

"Hier, j'étais chez le docteur dans la salle d'attente il n'y avait que ça, des malades du chikungunya", ajoute sa femme Jeannine, qui comme lui ne voit d'autre solution qu'un "bon cyclone" pour nettoyer l'île de ses miasmes.

Nadège Dolphin se montre sceptique sur l'efficacité de la campagne de démoustication.

"Si on démoustique dans les ravines, les moustiques viennent dans les habitations", affirme-t-elle. "Si ça se fait, ça prendra plusieurs années, c'est à long terme, plutôt".

A brève échéance, elle envisage, sans plaisanter tout à fait, une issue plus radicale : que le virus finisse par contaminer la totalité de la population, "On sera tous immunisés, c'est tout".

*

Le témoignage d'Océane

PITON SAINT-LEU - 2/6/5 - Je fais partie de ceux qui ont été piqués par le chikungunya fin décembre 2005.
Ce qui signifie que si on avait pris au sérieux ce début d'épidémie, j'aurais pu éviter d'être piquée. Mais ce n'était pas mon destin !
Les premiers symptomes furent violents : nausées, courbatures, 40° de fièvre, gonflements articulaires...
J'ai compris tout de suite que ce n'était pas une grippe ordinaire. J'ai pris ce que tous les médecins prescrivent dans ce cas et la fièvre est tombée.
La première semaine fut délicate (éruption cutanée durant deux jours, courbatures...) mais avec mon positivisme j'ai pu dépasser tout ça et faire comme si.
Mais voilà, 20 jours plus tard, je me rends compte que les douleurs articulaires sont plus fortes, surtout la nuit, des lancements dans le bras droit qui m'empêchent de rester au lit. J'ai dû vivre cela 5 nuits ! J'ai compris qu'il fallait que je dorme sur le dos, les bras le long du corps...
J'essaie tous les remèdes possibles en anti-inflammatoires naturels, mais rien n'y fait !
La dernière potion que j'essaie, c'est la tisane de longue vie et du quinquina : on donne ça contre le paludisme, il faut beaucoup boire et se nettoyer !
Bon, je vais tester et vous dirai plus tard si cela m'a guéri ! Je ne prends pas de chimique... pour l'instant !
(Texte transcrit par Roger Ripert)

 

*

TRAITEMENT ANTI-INFLAMMATOIRE

Harpagophytum   

Source : Dr Nature (Yves Donadieu)

   Nom latin : Harpagophytum procumbens
   Famille : Pédaliacées
   Noms vernaculaires : Griffe du Diable - Racine de Windhoek.
  
L'harpagophytum est une plante herbacée pourvue d'une racine principale (qui s'enfonce dans le sol jusqu'à 1 m) porteuse elle-même de racines latérales (dites "secondaires") en forme de gros tubercules. Ses tiges longues de 1 à 1,50 m reposent  à plat sur le sol. Les feuilles charnues, pétiolées, opposées et lobées sont de couleur vert clair. Les magnifiques fleurs solitaires et tubulaires de 4 à 6 cm se développent à l'aisselle des feuilles, d'abord rose pâle pour devenir légèrement rouge violet à maturité. Les fruits ligneux, de 10 à 20 cm de long, reposent directement sur le sol, et sont garnis sur les côtés d'aiguillons crochus et acérés en forme de grappin ou d'ancre marine longs de 5 à 8 cm, qui leur donne une forme très caractéristique. 

Il pousse dans des sols argileux ou sablonneux, spécifiquement dans le sud-ouest africain, et plus particulièrement dans les savanes des désert de Namibie et du Botswana (désert de Kalahari en particulier).

PRINCIPES ACTIFS MAJEURS   

La racine secondaire d'harpagophytum contient de nombreux composants mais surtout des glucosides monoterpinique amers iridoïdes du type aucuboside : l'harpagoside, l'harpagide et le procumbide, ainsi que des bêta-sitostérols qui ont la propriété d'inhiber la formation d'une enzyme qui participe au processus inflammatoire : la prostaglandine-synthétase, tous ces principes actifs (qui agissent vraisemblablement en synergie) étant à l'origine de ses propriétés anti-inflammatoire et antirhumatismale.

PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES ESSENTIELLES
 
      La racine secondaire d'harpagophytum possède des propriétés :

   • analgésique et anti-inflammatoire (équivalentes à celle de la phénylbutazone mais sans aucun des
      graves inconvénients et aucune des nombreuses contre-indications de cette médication chimiothérapique);
   • spasmolytique ;
   • antirhumatismale ;
   • hypocholestérolémiante et hypo-uricémique.

INDICATIONS PRINCIPALES

      Actuellement, l'harpagophytum est surtout utilisé :

  1) En général : 

   • Chaque fois qu'il est nécessaire de lutter contre un état douloureux, inflammatoire et/ou spasmodique. 

  2) En particulier :

   • Sphère ostéo-articulaire : Arthrite sous toutes ses formes et, surtout, l'arthrose à tous les niveaux
      (colonne vertébrale cervicale, dorsale ou lombaire, hanche, genou, main) - Lumbago - Tendinite - 
      Capsulite - Bursite - Synovite - Entorse.
   • Autres sphères : Sciatique - Goutte.

FORMES D'UTILISATION

   - Les formes habituelles d'administration de l'harpagophytum en phytothérapie contemporaine sont la poudre sèche (micronisée, et de préférence cryobroyée) en gélules qui représente le totum végétal de la racine secondaire dans toute son intégrité et toute son intégralité, et l'extrait sec (souvent sous forme de nébulisat) en gélules ou  en capsules.

   - Il peut aussi être pris (pour les troubles mineurs) sous forme de décoction (faire bouillir 25 g de racines séchées dans un litre d'eau pendant 10 mn, laisser macérer toute la nuit et filtrer le lendemain matin); sous forme d'infusion (faire infuser une cuillerée à café de poudre de racine séchée dans un demi-litre d'eau bouillante pendant toute la nuit et filtrer; ou, pour plus de facilité, en utilisant les sachets-doses prêts à l'emploi de certaines spécialités pharmaceutiques mentionnées ci-dessous); et sous forme d'extrait aqueux en spécialités prêtes à l'emploi (en ampoules buvables) vendues dans les pharmacies et les magasins de diététique.

   - Il est également utilisé dans de nombreuses préparations magistrales associant diverses autres plantes complémentaires (sous forme de décoctions et d'infusions composées, mais surtout aujourd'hui sous forme de mélanges de poudres totales ou d'extraits secs en gélules, ainsi qu'en association sous forme d'autres présentations comme l'extrait hydro-glycolique) choisies et prescrites en fonction de chaque malade par les médecins phytothérapeutes.

   - L'harpagophytum existe enfin sous forme de nombreuses spécialités pharmaceutiques phytothérapiques répondant à ses indications (seul ou en association avec d'autres plantes aux vertus complémentaires) :
   Artrosan* - Diétaroma Harpagophytum* - Élusanes Harpagésic* - Extrait aqueux d'Harpagophytum
   Superdiet* - Gifrer Harpagophytum* - Harpagophytum Boiron* - LBP Harpagophytum* - Phytescens
   F47* - Titrex Harpagophytum* - Vitaflor Harpagophytum* - etc. 

POSOLOGIE MOYENNE

      Les doses moyennes journalières à prendre pour les différentes formes habituelles d'utilisation sont les suivantes :

   • Poudre totale sèche micronisée en gélules : 3 à 6 g en traitement d'attaque, à prendre avec un verre
      d'eau en trois prises : matin, midi et soir au moment des repas (cette dose pouvant être encore
      légérement supérieure si nécessaire et aller jusqu'à 8 g) ; et 2 g en traitement d'entretien (voire 3 g si
      nécessaire).

   • Extrait sec (nébulisat) en gélules ou capsules : 1 à 2 g à prendre avec un verre d'eau en trois prises :
       matin, midi et soir après les repas  (cette dose pouvant, là encore, être légérement supérieure si
      nécessaire et aller jusqu'à 3 g) .

   • Décoction : Boire une tasse matin, midi et soir après les repas.

   • Infusion : Boire une tasse matin, midi et soir après les repas.

   • Extrait aqueux : Prendre une ampoule dans un verre d'eau matin, midi et soir après les repas.

      La durée du traitement sous ces formes et à ces doses est éminemment variable en fonction des troubles à traiter et de leur importance. En règle générale, il doit être poursuivi jusqu'à disparition - ou nette amélioration - de ceux-ci et ne pas être inférieur à 3 semaines avant de juger valablement des résultats. 

   • Préparations magistrales médicales : Suivre strictement les indications mentionnées sur l'ordonnance par le médecin traitant.

   • Spécialités pharmaceutiques : Suivre les recommandations d'utilisation du laboratoire quant à la dose, la durée du traitement et - pour les enfants - l'âge à partir duquel la spécialité peut être prise.

REMARQUES IMPORTANTES

   - L'harpagophytum est d'une totale innocuité (même à fortes doses), n'engendre aucune accoutumance, n'a aucune contre-indication formelle (il est seulement déconseillé chez la femme enceinte, surtout en fin de grossesse, du fait de son action ocytocique : accélératrice de l'accouchement), ne provoque aucun effet secondaire aux doses conseillées ci-dessus (notamment au niveau du tube digestif comme c'est le cas avec les anti-inflammatoires de synthèse, seul un petit effet laxatif peut apparaître avec de très fortes doses), et ne présente aucune incompatibilité avec d'autres thérapeutiques (y compris chimiothérapiques) pouvant lui être associées. Il peut donc être utilisé - quand nécessaire - à fortes doses et en cure prolongée sans aucun risque

   - L'origine du nom vernaculaire de l'harpagophytum : Griffe du diable est tout à fait justifiée. En effet, les  fruits ligneux garnis de griffes acérées qui sont sur le sol s'incrustent sous les sabots des animaux itinérants (moutons et antilopes notamment) qui, handicapés dans leur mobilité, essaient - souvent en vain - de s'en débarrasser en frappant furieusement la terre de leurs pattes, ce qui donne lieu à une sorte de danse endiablée.

 

HARPAGOPHYTUM

Source : Naturamedic

Harpagophytum procumbens

La racine de l'Harpagophytum est utilisée depuis très longtemps pour soigner toutes sortes de maux. C'est un Allemand, témoin d'une guérison miraculeuse en Namibie, qui trouva d'où provenait la plante et fit envoyer des échantillons en Allemagn. La plante y fut identifiée sous le nom d'Harpagophytum Procumbens D.C.

Les racines de l'Harpagophytum possèdent d'excellentes propriétés anti-inflammatoires grâce aux harpagosides qu'elles contiennent.

L'harpagophytum agit à la fois sur la douleur et sur l'inflammation et son efficacité est remarquable dans le traitement des rhumatismes et de l'arthrose. Non toxique, il remplace les anti-inflammatoires classiques sans provoquer d'effets indésirables (maux d'estomac).

Ainsi, on peut l'utiliser dans le domaine sportif pour éviter les douleurs articulaires et tendinites dûes à l'effort.

En cas de contracture musculaire, prendre 2 gélules 3 fois par jour (à la fin des repas), pendant 2 ou 3 jours. On peut l'associer au cassis pour encore plus d'efficacité. L'Harpagophytum existe en gélules et en gel de massage, très pratique pour une action locale.

Enfin, l'harpagophytum favorise l'élimination de l'acide urique ce qui en fait une plante efficace dans le traitement de la goutte.

De nombreuses études ont confirmé les propriétés de cette plante.
Copyright ©Naturamedic 2000-2005

*

CHIKUNGUNYA : IL EXISTE UN TRAITEMENT !

Courrier de Mari Billi à ATTAC


Je prends la liberté de vous contacter en ces moments si difficiles pour vous, car je n'en peux plus d'assister impuissante aux informations catastrophiques sur ce sujet.
Sans doute aurez-vous du mal à le croire, mais un traitement rapide, efficace, économique, existe pour ce virus. Je l'utilise depuis plus de trente ans, à des fins personnelles et également en Afrique lors de missions, avec à chaque fois des résultats à la clé.
Il s'agit du CHLORURE DE MAGNESIUM, vendu en sachets de 20 g en pharmacie, sans ordonnance. En France le coût est de 1,20 e le sachet. Il suffit de le diluer dans un litre d'eau et de le boire le plus rapidement possible (c'est vraiment très mauvais au goût - prendre un jus de fruit derrière). Après quelques heures, vous irez aux toilettes (ne pas s'inquiéter) et juste après les bienfaits vont se faire sentir.
En 12 heures, voire moins, on guérit de toutes les maladies virales, n'importe laquelle en fait car l'action du chlorure de magnésium est d'agir sur le système immunitaire, en augmentant de manière très très importante le nombre de globules blancs macrophages. Et c'est donc votre corps qui va lutter contre le virus, pas le médicament. Vu l'importance de cette maladie, il serait bien après cette prise de continuer à en boire un verre par jour pendant 20 jours.
Cette dose est pour un adulte ; il faut la diminuer pour les enfants (3 verres devraient suffire) et pour les bébés quelques cuillerées à café.
La seule restriction est pour les personnes gravement atteintes d'insuffisance rénale; pour toutes les autres, aucune contre-indication.
S'il existe dans vos magasins diététiques du NIGARI c'est encore mieux et moins cher ! Il coûte chez nous 4 e le kilo et il suffit de 3
grosses cuillères à soupe par litre d'eau. Le Nigari est une algue du Japon qui contient 87 % de chlorure de magnésium naturel, extrait de la mer.
Je comprends votre perplexité et votre incrédulité, mais essayez-le. Des amis réunionnais l'ont déjà essayé et sont guéris.
Je suis conseillère municipale à Nice, vous pouvez me joindre au 04.93.98.55.72 le soir et au 00.377.93.10.42.42 les mardi – mercredi -
jeudi en journée.

--

J'ai eu depuis de nombreuses réactions : des responsables politiques, des journalistes, des gens (qui l'ont pris et vont mieux alors qu'ils souffraient depuis des mois !). Mon fax est parait-il distribué de la main à la main dans les rues, dans les bureaux. On commence à manquer de chlorure et de Nigari.
Les médias commencent à s'emparer de l'information.
Dès la semaine prochaine, ça va bouger énormément à ce sujet car la Médecine classique et les autorités médicales et politiques vont être confrontées à des questions. Je pense que je vais devoir faire face à des attaques en règle car je me suis là attaquée au Pouvoir (pouvoir médical, pouvoir d'une certaine recherche, pouvoir des multinationales des médicaments).

Mais je suis sereine : j'ai agi en conscience et ce n'est qu'à ma conscience que j'ai des comptes à rendre. Je ne pouvais me taire face à
ce désastre humain, sanitaire, écologique sans partager cette connaissance.

in COURRIEL D'INFORMATION ATTAC (n° 544)

Mercredi 15/03/06

Marie Billi
m.billi@giraudi.com

 

*

Les bienfaits du chlorure de magnésium
Des vertues insoupçonnées

Le Magnésium


Contrairement à ce que beaucoup de gens croient, ce n'est pas de calcium que nous avons le plus besoin, mais de magnésium, un oligoélément essentiel qui a disparu de notre alimentation en raison du raffinage des céréales d'une part, mais aussi et surtout des méfaits de l'agriculture intensive.
D'autre raisons peuvent être encore invoquées pour la carence alimentaire en magnésium : le raffinage du sel lui fait perdre une grande quantité de magnésium, les conservateurs utilisés dans l'industrie alimentaire, mais aussi la consommation d'alcool.
Nos besoins quotidiens en magnésium sont de 350 à 480 mg/jour - 400 mg/jour pour les femmes enceintes.

Au 19è siècle , alors que notre alimentation était plus équilibré et pas encore dévitalisée par l'agriculture industrielle, la carence enmagnésium n'existait pas. Il suffisait de manger 500gr de pain complet au levain qui amenait quotidiennement l'apport nécessaire. Le pain que nous mangeons aujourd'hui n'en apporte que des quantités infimes.
Le magnésium n'est pas un médicament, c'est un aliment absolument nécessaire puisque sont absence totale est incompatible avec la vie. Il est nécessaire à tous les processus biochimiques de votre organisme, au métabolisme, à la synthèse des acides nucléiques et des protéines, et à la majorité des fonctions de notre organisme, comme la reproduction cellulaire, la production d'énergie, la transmission des influx nerveux. Dans ce dernier cas, le magnésium profondément lié au calcium puisqu'il assure sa fixation, est l'un des principaux aliments de la cellule nerveuse; dans tous les troubles du système nerveux (nervosité, dépression, insomnie, anxiété...) on constate la carence de magnésium.

Le chercheur français ROBINET a montré qu'en France, les carences du sol en magnésium se superposait parfaitement sur la carte de France des suicides. Le magnésium est donc un puissant antidépresseur que l'on devrait privilégier par rapport à certains médicaments aux effets secondaires redoutables.
Dans certains cas, le rôle du magnésium par rapport au calcium est intéressant à bien des égards. Déjà, on sait que c'est le magnésium
qui fixe le calcium et intervient dans le métabolisme calcique sur les glandes parathyroïdes. Au niveau cellulaire, il contrôle et régule
l'entrée du calcium dans la cellule et les liquides intra-cellulaires.

Le Chlorure de Magnésium

Problèmes dus au manque de magnésium

Fatigue chronique ainsi que tout manque d'énergie, réactions émotives, dépressions, comportement psychotique, impulsion rapide,
confusion, colère, nervosité, irritabilité, incapacité de penser clairement, insomnie, spasmes musculaires, tremblements, convulsions,
sensibilité excessive à la douleur, problèmes vasculaires, durcissement des artères, arthrite, maladies cardiovasculaires, fibromalgie,
spasme vasculaires, spasmophilie, palpitations, crampes.
On a pu constater que l'apport de chlorure de magnésium à une action très positive sur :
- L'anxiété et son cortège de signes fonctionnels souvent caractéristiques : sensation de boule dans la gorge, sensation
d'oppression thoracique, palpitations, troubles du sommeil, hyperémotivité etc.
- Douleurs diverses sans explication organique ou fonctionnelle, se traduisant le plus souvent par des céphalées ou migraines, des douleurs vertébrales, des douleurs musculaires et articulaires mal systématisées.
- L'asthénie matinale : cette fatigue dès le lever étant un signe révélateur très fréquent.
- Infections diverses : il est générateur d'un anticorps non spécifique, la properdine (protide magnésien) qui est un bactéricide très puissant (les résultats sont ahurissants).
- L'hyperexcitabilité neuromusculaire, notamment les contractions musculaire incontrôlables au niveau des paupières, crampes
musculaires.
- Artériosclérose et hypertension : il détruit les lipides en excès par effet de catalyse des déshydrates.
- Etats de chocs (et chocs opératoires) : il prévient les ruptures de métabolisme et rétablit celui-ci.

Il se vend en pharmacie (sans ordonnance) ou en magasin diététique, en sachets de 20 g que l'on dilue dans 1 litre d'eau.
Il est conseillé de le conserver au réfrigérateur pour tuer un peu la saveur âcre et amère.
Il est aujourd'hui prouvé que le magnésium est présent dans tous les tissus et organes, qu'il participe à la bonne marche de toutes les grandes fonctions de l'organisme sans exception. Comme l'organisme ne dispose d'aucune réserve en magnésium, il lui faut un apport régulier journalier pour faire face à ses besoins physiologiques, faute de quoi des troubles vont survenir plus ou moins rapidement au niveau de telle ou telle fonction organique selon la fragilité de chacun.
La malabsorption du magnésium est associé aux problèmes gastro-intestinaux .
L'insuffisance chronique peut produire des dommages à long terme et peut être mortelle.
99% des hommes sont en déficit en magnésium (dans le monde moderne).

• Nigari : en ce qui concerne les cures d'entretien, il est conseillé de prendre plutôt le NIGARI qui est une algue très riche en chlorure de magnésium sous sa forme naturelle (en boutique diététique). Le fait d'habituer l'organisme au chlorure de magnésium (qui est tiré de la mer un peu comme le sel) érode ses réactions, et si soudainement, on a besoin pour une urgence de passer aux doses massives anti-infectieuses, le résultats risque d'être décevant.
Quelques paillettes de NIGARI dans les aliments de temps en temps assurent une charge magnésienne adéquate tout au long de l'année.


• Brûlures : appliquer une compresse de chlorure de magnésium, la douleur cesse immédiatement, il faut toujours avoir chez soi du chlorure de magnésium prêt : 1 sachet ou 20g dans un litre d'eau.
Lorsque le pansement est en place, on peut le réhydrater en versant du chlorure de magnésium sans pour autant défaire le pansement. Il n'y aura jamais d'infection.


16/05/2003

Source : http://www.onnouscachetout.com/themes/medecine/chlorure_de_magnesium.php

*
 

Un complément sous-estimé : le chlorure de magnésium

La plupart du temps, lorsque vous faites une cure de magnésium vous prenez des sels de magnésium, sulfate de magnésium. Il est beaucoup plus cher et ses propriétés sont bien moins intéressantes que celles du chlorure de magnésium.

Formes : 1 sachet de 20 g (moins de 2 €) dilué dans un litre d’eau pour une cure de 20 jours. Le goût étant très amer on peut lui préférer (pour les enfants) la forme en gélules « Magnogène » (2.30 €).

Voies : Externe pour les brûlures, plaies, problèmes dermatologiques divers.

En interne, pour les cures de 20 jours ou traitements d’urgence (dans ce cas pas plus de 4/5 jours).

Indications en cures : Ne pas dépasser 3 à 4 cures par an (l’organisme habitué ne réagirait plus en cas de traitement d’urgence)

Il joue un rôle capital au niveau du système immunitaire en augmentant notablement le nombre de globules blancs.

Pour les personnes qui prennent du calcium, le chlorure de magnésium facilite l’absorption de celui-ci.

Il est très efficaces pour tous les  problèmes fonctionnels comme la dépression, les migraines, les douleurs articulaires. pour presque tous les  problèmes de peau (notamment l’acné); l’excès de cholestérol et de triglycérides; le vieillissement et les maladies infectieuses…

Posologie : pour le «magnogène» la posologie est indiquée dans la boite (une boite pour un enfant, deux pour un adulte).

Pour la solution en sachet : 20 g dans un litre d’eau à garder au réfrigérateur. Boire, le matin à jeun et le soir au coucher 1/3 de verre de vin.

La cure peut aussi se faire sous forme Nigari (algue utilisée pour faire du tofu employé comme sel dans la cuisine)

Source : http://lesnaturelles.free.fr/sante.htm

Attention au chlorure de magnésium


Le chlorure de magnésium conseillé par Madame Billi suscite bien des interrogations quant à l’automédication. Si certains s’improvisent médecins en un clin d’œil, d’autres bûchent de longues années pour y parvenir. Le chlorure de magnésium ingéré sans avis médical entraîne déjà des complications.

D’une part, des tests scientifiques, des résultats et des notices d’utilisation : la médecine traditionnelle. À l’opposée, des supputations empiriques, aux mille vertus. Et un fossé entre les deux.

Roger Lavergne, docteur ès sciences en botanique tropicale appliquée a transmis un courrier au JIR, dans lequel il soutient la démarche de Marie Billi et intitulé “Les bienfaits du magnésium ne sont pas une illusion”. Dans ce message, l’ethnobotaniste énumère par différents exemples les bienfaits de la fameuse potion, le chlorure de magnésium.

Aujourd’hui, Roger Lavergne affirme : “Une cure magnésienne, c’est le brevet d’une vie certainement meilleure, sans parler de remède miracle, c’est trop religieux”. Il poursuit : “Les témoignages sont autant d’indications fiables”. Ce qui justement avait suscité le tollé de la médecine traditionnelle. Pas de tests rationnels, mais des cobayes. Le cartésianisme si cher à la science, se retrouve relégué aux oubliettes. Certains en ont déjà payé les frais. Roger Lavergne a pris connaissance récemment d’effets secondaires de la substance originellement magique. De fait, certains adeptes du produit ont vu se détériorer leur œsophage, ce à quoi l’intéressé répond : “À éviter pour les inflammations du tube digestif”. Une femme, à l’intestin fragile, aurait vu l’émergence d’hémorroïdes, dues à de grosses diarrhées. En conclusion : “Je souhaite que s’il y a automédication, cela n’aggrave pas l’état de la personne” ...

Pour Michel (*), médecin à Saint-Denis, “les malades sont libres d’aller voir qui ils veulent.”. Même si le cartésianisme lui tient très à cœur, il n’a pas envie de jouer les policiers. Affirmant les risques de l’automédication et le charlatanisme de certains, ce professionnel s’en remet à la confiance qu’il établit entre lui et ses patients : “Si le malade est bien avec vous, il pourra y avoir 50 charlatans qui lui tournent autour, il n’ira pas les voir”. Et de conclure : “Il y a tellement de scientifiques qui ont préconisé des cachets sans expérimentation derrière... La bêtise humaine est partout”.

D.F-B.

(*) prénom d’emprunt

  Le 28 février dernier, Marie Billi, élue communiste niçoise a inondé l’île de 400 fax, préconisant l’usage de chlorure de magnésium contre le CHIK. Forte de son expérience, plusieurs malades auraient guéri grâce à cette substance. Utilisant des documents estampillés “Mairie de Nice” pour transmettre l’information, la municipalité azuréenne a décidé de saisir la justice pour usurpation de signe d’autorité publique.

*

Rectificatif

COURRIEL D'INFORMATION ATTAC (n° 545)

Mercredi 22/03/06 (extrait)

Nous avons publié dans le précédent numéro de Grain de Sable une information provenant de Marie Billi à propos du Chikungunya qui a suscité des réactions virulentes. Voici un point de vue contradictoire et argumenté de Raphaël Monticelli que la Commission santé d'Attac nous a fait parvenir. Nous vous demandons d'y accorder une attention particulière.

Selon le journal qui a contacté plusieurs pharmaciens de l’Ile de la Réunion, le chlorure de magnésium est aujourd’hui en rupture de stock dans plusieurs officines de l’île.

C’est d’ailleurs un pharmacien réunionnais, étonné par cette soudaine ruée des patients sur le produit, qui a contacté le centre antipoison de Marseille pour lui faire part du fax de Mme Billi et lui demander conseil.

Le centre antipoison se montre plus que réservé sur l’usage du chlorure de magnésium que préconise l’élue : « C’est un traitement aux vertus laxatives connues dont la posologie doit se limiter à 5g par jour chez l’adulte sur une courte période. Or Mme Billi recommande d’en prendre 20g une première fois, puis un verre pendant vingt jours, soit un net surdosage avec de nombreux risques à la clef », estime le Dr Lucia Tichadou.

*


  Le magnésium  

Question de dosage et de présentation

 

      Le magnésium (12ème élément de la classification de Mendéléev) est un métal blanc argenté, solide et léger, pouvant brûler à l'air avec une flamme éblouissante, qui représente un nutriment essentiel de la vie cellulaire animale dont la carence entraîne de nombreux troubles maladifs, et un composant indispensable à la cellule végétale dont il constitue l'élément métallique de la chlorophylle, pigment nécessaire à la photosynthèse.

      D'innombrables travaux scientifiques réalisés depuis le début du 20 ème siècle, mais surtout au cours des dernières décennies (notamment ceux du Dr Durlach), ont démontré - expérimentalement et cliniquement - la place essentielle de ce métal dans notre vie intracellulaire et prouvé que tout déficit dans l'économie de l'organisme est source de multiples affections d'expressions cliniques variées qu'il faut savoir reconnaître, car leur traitement, qui repose sur une simple prise de magnésium à dose efficace, en est fort simple et très rapide.

      En effet, il est aujourd'hui prouvé que le magnésium est présent dans tous les tissus et organes, et qu'il participe à la bonne marche de toutes les grandes fonctions de l'organisme sans exception, notamment :
    • au métabolisme des glucides, des lipides (spécialement celui du cholestérol) et des protides ;
    • à l'équilibre acide-base, ionique et d'oxydoréduction ;
    • au maintien du potentiel de membrane cellulaire ;
    • à l'excitabilité et à la conductibilité neuromusculaire ;
    • aux processus de défense biologique avec un rôle anti-stress, anti-anoxique, anti-allergique, anti-anaphylactique, anti-inflammatoire, cardioprotecteur, stimulant de la phagocytose et de la formation des anticorps.

      Comme, par ailleurs, l'organisme ne dispose d'aucune réserve en magnésium, il lui faut un apport régulier journalier pour faire face à ses besoins physiologiques, faute de quoi des troubles vont survenir plus ou moins rapidement au niveau de telle ou telle fonction organique selon la fragilité de chacun. 

      Le besoin minimal en ion magnésium par 24 H pour un adulte en bonne santé est évalué à 6 mg par kilo de poids (soit 420 mg pour un sujet de 70 kg), en sachant que ce besoin est doublé chez la femme enceinte ainsi que chez les personnes qui pratiquent régulièrement un sport de compétition, et triplé chez l'enfant. Or actuellement, dans nos sociétés modernes, la ration moyenne atteint seulement 4 mg par kilo, soit un tiers en moins. Cette énorme insuffisance, appelée le déficit magnésique, est à l'origine - directe ou indirecte - d'une grande partie de la pathologie quotidienne contemporaine.

 

Causes du déficit magnésique   

      Actuellement, dans nos sociétés occidentales, une fraction importante de la population (environ 5 millions de personnes en France) présente, peu ou prou, un déficit magnésique lié à une insatisfaction des besoins normaux en magnésium par insuffisance d'apports alimentaires dans 99% des cas.

      Cet état de choses correspond à un phénomène de société qui met en cause divers facteurs :
  
    • agricoles, avec un appauvrissement progressif des sols lié aux cultures intensives ;
    • le raffinage systématique des aliments basiques de l'alimentation : farine blanche, riz blanc, pâte blanches, sucre blanc, sel blanc, etc. ;
    • le changement des habitudes alimentaires traditionnelles et les régimes hypocaloriques pour garder "la ligne", ces deux phénomènes supprimant pratiquement tous les aliments riches en magnésium ;
    • l'usage régulier, et souvent intempestif, de médications chimiothérapiques qui provoquent une baisse du capital magnésique cellulaire existant, parmi lesquelles il faut citer : certains antibiotiques, de nombreux anti-inflammatoires, certains diurétiques, les contraceptifs stéroïdiens utilisés par des millions de femmes, certains médicaments psychotropes (neuroleptiques et tranquillisants), dont nous sommes devenus aujourd'hui de très grands consommateurs.

Symptomatologie du déficit magnésique   

      En dehors de la classique crise de tétanie et des états spasmophiles caractérisés, la symptomatologie du déficit magnésique est très polymorphe et donc souvent difficile à diagnostiquer. Il faut savoir y penser devant les symptômes suivants qui sont parmi les plus couramment rencontrés :
  
   — l'hyperexcitabilité neuro-musculaire, notamment des clonies palpébrales (contractions musculaires  incontrôlables au niveau des paupières), des contractures et crampes musculaires, une exagération des  réflexes ostéo-tendineux ;

   — l'asthénie matinale, cette fatigue dés le lever étant un signe révélateur très fréquent ;

   — l'anxiété et son cortège de signes fonctionnels souvent caractéristiques : striction pharyngée avec sensation de "boule" dans la gorge, sensation d'oppression thoracique, palpitations, troubles du sommeil, hyperémotivité, etc. ;

   — des douleurs diverses, sans explication organique ou fonctionnelle, se traduisant le plus souvent par des céphalées ou des migraines, des douleurs vertébrales, des douleurs musculaires et articulaires mal  systématisées.

Diagnostic du déficit magnésique 

      Un des symptômes ci-dessus, et a fortiori plusieurs, doit amener à un examen clinique approfondi qui recherchera deux signes importants signant l'hyperexcitabilité neuromusculaire : le signe de Chvostek et le signe de Trousseau.

      Consultation qui sera complétée par :

    • des examens biologiques avec le dosage du magnésium plasmatique et, surtout, du magnésium érythrocytaire (c'est-à-dire intra-cellulaire) qui est le seul vraiment fiable pour déceler une carence magnésienne,
    • ainsi qu'un examen électrophysiologique en faisant pratiquer un électromyogramme.

      Mais, en cas de doute, il est également possible de pratiquer tout simplement un test de charge. Celui-ci consiste à prendre 6 mg d'ion magnésium par kilo de poids par voie orale tous les jours pendant 6 semaines. Une amélioration nette des symptômes présents avant ce traitement test permet d'établir de façon presque certaine le diagnostic de déficit magnésique.

Traitement du déficit magnésique 

      Il est extrêmement simple et très efficace. Il consiste dans un premier temps à recharger l'organisme en ion magnésium sous une forme bien assimilable, et d'apporter ensuite la dose journalière nécessaire de façon permanente puisque, comme nous vous l'avons dit, le magnésium n'est pas stocké dans l'organisme. 

      La meilleure façon d'avoir cette dose quotidienne d'entretien est de faire appel à une alimentation riche en magnésium. Il vous faut donc privilégier au maximum : 

  1) Certains aliments naturels riches en magnésium, comme l'eau de cuisson des légumes ou des conserves à utiliser systématiquement pour des potages et, surtout, les produits alimentaires non raffinés : farine complète, pain complet, pâtes complètes, riz complet, sel gris, sucre roux, etc., ainsi que tous ceux qui en contiennent un taux important (voir tableau).

  2) Certaines eaux de boisson qui en ont un taux élevé, une eau riche en magnésium étant le moyen le plus simple de prévenir toute insuffisance éventuelle (voir tableau).

  3) Certains aliments artificiellement enrichis en magnésium (notamment des biscottes et des biscuits), que vous trouverez dans les magasins de diététique et les parapharmacies. 

      Mais quand cela n'est pas possible, ou difficile à mettre en œuvre dans vos menus quotidiens, il est toujours possible de faire appel à :

   — Certains compléments alimentaires particulièrement riches en magnésium, comme les algues marines sous forme de poudre en sachets-doses, de comprimés, de tablettes, de liquide à boire en flacons ou en ampoules, de gélules de poudre totale micronisée, etc., à prendre au cours des repas. Il existe de multiples spécialités que vous trouverez sans difficulté dans les magasins de diététique et les parapharmacies. 

   — Un sel de magnésium sous forme de spécialité pharmaceutique, en sachant bien que, dans ce cas, il ne faut pas confondre la dose d'ion magnésium avec la dose de sel de magnésium contenu dans un comprimé, une gélule ou une ampoule. Afin de prendre les bonnes doses recommandées, voici les correspondances moyennes de teneurs en ion magnésium en fonction des principaux sels utilisés dans ces spécialités :

    • Ascorbo-aspartate de magnésium = 7,5 % d'ion magnésium
    • Chlorure de magnésium = 12 % d'ion magnésium
    • Citrate de magnésium = 16,2 % d'ion magnésium
    • Gluconate de magnésium = 5,4 % d'ion magnésium
    • Glycérophosphate de magnésium = 6,6 % d'ion magnésium
    • Hydroxyde de magnésium = 41,5 % d'ion magnésium
    • Lactate de magnésium = 12 % d'ion magnésium
    • Oxyde de magnésium = 60,3 % d'ion magnésium
    • Pidolate de magnésium = 8,7 % d'ion magnésium
    • Sulfate de magnésium (selon la forme chimique utilisée 7 H2O ou 3 H2O) = 10 à 14 % d'ion magnésium

      C'est ainsi que pour le lactate de magnésium (l'un des sels les plus utilisés) le rapport est de 12 %, c'est-à-dire que 1 gramme de lactate de magnésium apporte seulement 120 milligrammes d'ion magnésium. Il faut donc prendre 2 grammes de lactate de magnésium pour obtenir 240 milligrammes d'ion, chiffre qui correspond environ à la moitié de la dose journalière nécessaire.  

      Il existe de fort nombreuses spécialités pharmaceutiques (la grande majorité étant remboursée partiellement par la Sécurité Sociale) dont les principales sont répertoriées dans le tableau ci-après.

Liste des principales spécialités pharmaceutiques françaises à base de sels magnésiens (par ordre alphabétique) :

    Chloromagnésion* : Chlorure de magnésium et chlorure de calcium (solution buvable).

    Delbiase* : Chlorure et bromure de magnésium (comprimés).

    Efimag* : Pidolate de magnésium (sachets). 

    Ionimag* : Lactate de magnésium (comprimés effervescents). 

    Mag 2* : Pidolate de magnésium (comprimés, sachets, et ampoules buvables). 

    Magné B6* : Lactate de magnésium (comprimés enrobés et ampoules buvables). 

    Magnésium glycocolle Lafarge* : Chlorure de magnésium (comprimés enrobés).

    Magnéspasmyl* : Lactate de magnésium (comprimés enrobés et granulés).

    Magnogène* : Chlorure de magnésium (gélules et solution buvable). 

    Magnosol* : Oxyde de magnésium + Carbonate de magnésium (granulés effervescents).

    Mégamag* : Ascorbo-aspartate de magnésium (gélules). 

    Oromag* : Lactate et citrate de magnésium (comprimés à sucer).

    Pidolate de magnésium Ratiopharm* : Pidolate de magnésium (sachets et ampoules buvables). 

    Pidolate de magnésium RPG* : Pidolate de magnésium (sachets et ampoules buvables). 

    Solumag* : Pidolate de magnésium (sachets).

    Spasmag* : Sulfate de magnésium (gélules et ampoules buvables). 

    Top Mag* : Pidolate de magnésium (sachets).

    Uvimag B6* : Glycérophosphate de magnésium (ampoules buvables).

      La dose habituelle d'entretien journalière pour éviter tout problème de déficit est de 150 à 200 mg d'ion magnésium, à prendre matin et soir juste avant ou pendant les repas, en vous rappelant :

    • que la dose doit être plus importante chez les femmes qui prennent la "pilule" ;
    • qu'elle doit être doublée chez la femme enceinte ainsi que chez les sportifs de haut niveau ;
    • qu'elle doit être triplée chez l'enfant. 

      De toute façon, comme il n'y a pas de surdosage possible par voie orale (tout excès étant éliminé par l'organisme), il est tout à fait possible d'en prendre davantage sans aucun danger. Il faut bien savoir, en effet, que le magnésium n'est pas un médicament mais un nutriment - c'est-à-dire un simple aliment directement assimilable - mais un aliment fondamental absolument nécessaire à votre bon équilibre et à votre bonne santé.

      Derniers points importants : 

   — L'absorption simultanée de calcium peut diminuer celle du magnésium. Il est donc recommandé de prévoir un intervalle d'au moins deux heures entre les prises quand un traitement implique la prescription de ces deux ions.

   — La prise de magnésium peut nuire à l'absorption de certains médicaments. Il y a donc lieu, là encore, de prévoir, par prudence, un intervalle systématique d'au moins deux heures entre la prise de magnésium et de toute autre thérapeutique.

 

Tolérance et précautions d'utilisation du magnésium     

    Le magnésium par voie orale - la seule forme d'utilisation qui nous intéresse ici - est parfaitement bien toléré et ne provoque aucun effet secondaire.

    Il faut seulement s'abstenir d'en prendre dans trois circonstances maladives qui sont, fort heureusement, assez rares ou exceptionnelles, à savoir : 
    • les infections urinaires à leur phase aiguë ; 
    • l'insuffisance rénale grave ;
    • la myasthénie. 

      Rappelez-vous bien qu'une alimentation riche en magnésium, ou la simple prise journalière de quelques comprimés de cet ion fondamental, peut prévenir et guérir définitivement de nombreux troubles et maladies dont vous souffrez ou pourriez souffrir un jour. Voilà une thérapeutique naturelle alimentaire extrêmement facile à mettre en œuvre et qui mérite que vous l'adoptiez très rapidement pour bien ou mieux vous porter dans les meilleurs délais !...


LISTE DES EAUX LES PLUS RICHES EN ION MAGNÉSIUM A PRIVILÉGIER AU QUOTIDIEN

Nous n'avons retenu dans cette liste que les eaux permettant d'augmenter de façon significative l'apport de magnésium dans la ration alimentaire, c'est-à-dire celles ayant un taux supérieur à 30 milligrammes d'ion magnésium par litre.

   Hydroxydase   .........................................................................................................................................    243 mg
   Appolinaris*   .........................................................................................................................................    113 mg
   Didier*   ..................................................................................................................................................    113 mg
   Vittel Hépar*   ........................................................................................................................................    110 mg
   Contrexeville Pavillon*   .......................................................................................................................      86 mg
   Badoit*   ..................................................................................................................................................      83 mg
   Vittel grande Source*   ...........................................................................................................................      38 mg

 

LA SÉLECTION DU Dr DONADIEU POUR EN SAVOIR PLUS

   • Site recommandé : www.medisite.fr/Magnesium.html  
      
   • Livre conseillé : Le magnésium par le Dr Y. DONADIEU (Vigot-Maloine éditeur - www.vigotmaloine.fr/web/librairie/).

 

ACCUEIL SANTE