html> ATTAC

 

ATTAC

Association pour la Taxation des Transactions pour l'Aide aux Citoyens

*

Jean-Marie Harribey et Aurélie Trouvé, nommés co-présidents d'Attac France


Altermondialisme : une nouvelle direction "collégiale" veut relancer Attac

Par Patrice Novotny

PARIS (AFP) - 16/12/6 - Le conseil d'administration d'Attac France a désigné samedi une nouvelle direction "collégiale" pour tenter de sortir l'association altermondialiste de sa crise interne et de peser sur les débats des élections de 2007.
Aurélie Trouvé, 27 ans, agronome, économiste et membre du comité local Attac Côte d'Or, et Jean-Marie Harribey, 58 ans, maître de conférence en économie à l'Université Bordeaux IV et membre du conseil scientifique d'Attac, ont été nommés co-présidents de l'Association pour la Taxation des Transactions pour l'Aide aux Citoyens.

Militants inconnus du grand public, ils font partie des opposants à l'ancien président Jacques Nikonoff qui ont remporté l'élection au CA du 10 décembre.

M. Harribey a expliqué à l'AFP que la direction devrait désormais "fonctionner de façon plus collégiale". L'association doit faire coïncider "son fonctionnement interne avec son objectif, qui est de construire un monde de coopération, et pas de concurrence ni de lutte de pouvoir", a-t-il dit.

Une nécessité pour sortir de "la crise des deux dernières années" et de la "présidence unique et omnipotente" exercée, selon lui, par Jacques Nikonoff jusqu'à sa démission en août.

Le retrait de M. Nikonoff a constitué l'apogée de la crise qui a secoué le mouvement altermondialiste, marquée par des fraudes commises lors d'un scrutin en juin.

De nouvelles élections ont vu les opposants à M. Nikonoff remporter 38 des 42 sièges du CA, ses partisans n'obtenant que quatre sièges. Plus de 7.500 adhérents d'Attac sur les quelque 21.000 membres de l'association ont participé au vote, un record.

Joint par l'AFP, M. Nikonoff a déploré qu'une "tendance gauchiste et communautariste" ait "pris la direction d'Attac". Il a fustigé un système électoral "aberrant" qui a conduit "une liste ayant recueilli 48% des voix à gagner 83% des sièges au CA". L'ancien président a ajouté qu'"après avoir paralysé et contribué à détruire en partie Attac", il attendait de voir ce que les nouveaux dirigeants seraient "capables de construire".

Pour M. Nikonoff, l'association doit "sortir d'une attitude contestataire et anti-mondialisation, devenir vraiment altermondialiste et proposer des solutions" au libéralisme économique.

Le CA de samedi a également désigné un bureau de 13 membres, dont neuf membres actifs et quatre représentants des organisations fondatrices (syndicats FSU, Solidaires, CGT-Ugict et association Aitec).

Nouvelle et ancienne direction d'Attac divergent sur la place laissée aux membres fondateurs, les premiers voyant dans leur participation "une garantie de pluralisme et d'ancrage dans la société", alors que M. Nikonoff préférait un mouvement "indépendant de ses organisations fondatrices".Ses partisans se sont vus proposer une place dans le nouveau bureau mais ont décliné l'offre.

Le conflit interne "nous a pris beaucoup d'énergie, c'est le moment de se relancer", a déclaré à l'AFP Mme Trouvé.

Début janvier, l'association doit faire publier un "manifeste altermondialiste" qui sera une "contribution" aux débats des élections présidentielle et législatives de 2007, pour lesquelles l'association ne compte pas donner de consignes de vote.

Attac compte néanmoins "peser sur les débats" afin qu'ils "abordent sérieusement les dégâts écologiques et sociaux causés par la société du +tout marché+", a indiqué M. Harribey.

 

Retour à Globalisation

Accueil